Sanchez marine-présentation-nara

100 %
0 %
Information about Sanchez marine-présentation-nara

Published on December 16, 2016

Author: MarineSanchez2

Source: slideshare.net

1. Portrait de ville : Nara - Japon par Marine Sanchez M1 CSA SINQ15 Année 2016 – 2017 Mr. Henriot

2. Nara (奈良) est une ville japonaise qui appartient à la préfecture du même nom, et qui se trouve dans la région du Kansai. Comme nous pouvons le voir sur cette carte, elle se situe au sud de Kyōto (京都), à 42km précisément. Carte du Japon créée par la Japan National Tourism Organization en 1991

3. Empereur Kanmu (règne de 781 à 806) Il est bon de rappeler que la ville fut la capitale du pays entre 710 et 784 sous le nom de Heijō-kyō (平城京), mais également un des berceaux de l'art, de la littérature, de l’artisanat et de la culture japonaise. Mais c’est sa forte puissance religieuse qui poussa l’empereur Kammu (桓武天皇) à déplacer la capitale vers Kyōto en 784, craignant que la religion ait une trop forte emprise sur la vie publique, et que son pouvoir en soit diminué.

4. Plan de la capitale de Nara par Archivision (1868) Collection Japanese Historical Maps C’est d’ailleurs de par son statut d’ancienne capitale, que la ville a pu hériter d’une architecture et d’un urbanisme dignes des anciennes capitales asiatiques. Ainsi, Nara a su conserver son plan en damier inspiré de l'urbanisme chinois du VIIIe siècle, et demeure avec Kyōto la seule ville japonaise disposant d’un tel système de quartiers et de rues à angle droit.

5. Carte touristique provenant du site web narashikanko Aujourd’hui, Nara vit surtout grâce à son tourisme considérable. Elle compte en effet 36 temples, 16 sanctuaires, 20 musées, de nombreux parcs, ainsi que les ruines de l’ancien palais impérial Heijō. La colline de Wakakusayama domine quant à elle un immense parc boisé, peuplé de quelques 1 200 daims. Dans ce portrait, j’aimerais aborder cette ville sous un angle plus authentique. C’est pourquoi j’ai choisi de vous faire part de quelques photographies qui mettent selon moi en valeur la beauté naturelle de la ville, et qui montrent comment cette nature semble liée à la forte puissance religieuse régnant à Nara.

6. Il était une fois, Nara. La ville où s’harmonisent nature et religion.

7. Tōdai-ji – Nara par Chang Ju Wu sur Flickr (2012) Pour commencer, sur un chemin menant au temple bouddhique Tōdai-ji ( 東 大 寺 ), la nature environnante nous imprègne d’une atmosphère apaisante.

8. Tōdai-ji – Nara par Ryan Poplin sur Flickr (2002) Le temple, dont les différents bâtiments sont en bois, se fond parfaitement dans le décor naturel qu’offrent les paysages de Nara…

9. Tōdai-ji – Nara par Fredrik Rubensson sur Flickr (2012) …et se prête parfaitement au jeu des saisons.

10. Ce temple abrite la plus grande construction en bois du monde, le Daibutsu-den (大仏殿), hébergeant la célèbre statue en bronze du Grand Bouddha Vairocana, appelé Daibutsu (大仏). Le Daibutsu-den, fait d’ailleurs parti du patrimoine mondial de l’Unesco. Mensurations du Daibutsu-den : 57m de long sur 50m de large Daibutsu – Nara par David Offf sur Flickr (2011)

11. Daibutsu-den du temple Tōdai-ji – Nara par Josesiria sur Flickr (2012)

12. Nara par Jit bag sur Flickr (2013) Mais ce temple n’est pas le seul à se fondre parfaitement dans les paysages qu’offre la ville de Nara.

13. Kasuga-taisha – Nara par Jan sur Flickr (2012) Rendons-nous cette fois-ci sur le chemin du sanctuaire shinto Kasuga-taisha ( 春 日 大 社 ), qui se marie parfaitement avec la nature millénaire environnante.

14. Kasuga-taisha – Nara par Fredrick Rubensson (2012) et Bill Hails (2014) sur Flickr Non loin de ce sanctuaire se situe la forêt Kasuga, et tous deux sont inscrits en tant que patrimoines mondiaux de l’humanité de l’UNESCO.

15. Mausolée de la famille Fujiwara, le sanctuaire bâti en 768 possède un long sentier offrant des paysages saisissants, avec mille hautes lanternes en pierre gagnées par la mousse et les lichens. Avec ses piliers vermillons, ses murs blancs et ses toits en cyprès naturel, le sanctuaire semble former un contraste saisissant avec la végétation environnante. Kasuga-taisha – Nara par M_Strasser sur Flickr (2016)

16. Kasuga-taisha – Nara par Broadbandito sur Flickr (2011)

17. Sa structure en bambou offre au sanctuaire une allure sauvage tout en robustesse. Kasuga-taisha – Nara par Mith Huang sur Flickr (2011)

18. Kasuga-taisha – Nara par Jim Thoburn (2016) et Jan (2012) sur Flickr

19. La statue d’un shika (鹿) (semblables à nos daims) au sanctuaire Kasuga, ainsi que sa proximité avec la forêt du même nom, témoigne de son lien étroit avec la nature. Kasuga-taisha – Nara par Hideyuki KAMON sur Flickr (2003)

20. A Nara, les shika sont considérés comme « messagers des dieux » selon la croyance shintoïste, et sont donc sacrés. Aussi, ils sont libres de se balader partout dans la ville. Shika à Nara par Marika Bortolami sur Flickr (2013)

21. Shika à Nara par Martin Abegglen (2009) et kazuletokyoite (2004) sur Flickr

22. Un shika dans la ville de Nara par Sophie sur Flickr (2002)

23. Des shika dans une boutique du centre-ville – Nara par Yoko Ishii pour Le Monde (2016)

24. Le parc de Nara (奈良公園) datant de 1880, abrite d’ailleurs plus de 1200 shika sauvages qui se promènent librement, et qui sont érigés en symbole par la ville, qui les désigne comme « trésor naturel ». La superficie de ce parc est d'environ 502 ha, et ses jardins ouverts au public font usages des temples et sanctuaires qu’ils abritent comme caractéristiques auxiliaires de leurs paysages. Parc de Nara – Nara par naixn sur Flickr (2007)

25. En effet, ce parc abrite non seulement le tempe Tōdai-ji et le sanctuaire Kasuga-taisha que nous avons vu plus tôt, mais aussi le temple Kōfuku-ji ( 興福寺), bâti pour la première fois en 669 à Kyōto pour la puissante famille Fujiwara. Aussi, dans l'enceinte de ce temple se trouve une pagode à cinq étages qui se reflète dans les eaux de l'étang Sarusawa. Pagode du Kōfuku-ji – Nara par Simon Desmarais sur Flickr (2009)

26. Kōfuku-ji – Nara par masato_photo sur Flickr (2015)

27. Kōfuku-ji – Nara par masato_photo sur Flickr (2015)

28. L’étang Sarusawa est un étang artificiel créé en 749 pour la pratique d’un rituel religieux du temple appelé Hōjō-kai. Bien qu’il s'agisse d'un étang artificiel, il n’en est pas moins lié à la nature puisque ce rituel consiste à lâcher des animaux capturés à la nature. C’est donc une célébration de la vie de tous les animaux. Là encore, ce temple entouré de verdure et même d’un étang, destiné à un rituel naturel, témoigne bien de sa proximité avec la nature qu’offre la ville de Nara L’étang Sarusawa – Nara par Satoshi TAKEU sur Flickr (2016)

29. L’étang Sarusawa de nuit – Nara par minoir sur Flickr (2013)

30. Mais les temples, sanctuaires et animaux peuplant la ville ne sont pas les seules richesses attestant de sa naturalité. Vue de la ville depuis le Mont Wakakusa - Nara par Ian Hunter sur Flickr (2015)

31. Le mont Wakakusa (若草山) aussi appelé mont Mikasa (三笠山), est une colline culminant à 342 mètres d'altitude, au pied de laquelle se trouvent le temple Tōdai-ji et le sanctuaire Kasuga. Un shika au sommet du Mont Wakakusa – Nara par Ian Hunter sur Flickr (2015)

32. Cérémonie Yamayaki – Nara par Iris sur Flickr (2013) Une cérémonie nommée Yamayaki (山焼き) s’y déroule chaque année en janvier. Les moines des temples de Nara mettent alors le feu aux herbes sèches de l'hiver. L’origine de l’embrasement de la colline viendrait de deux légendes : - L’une impliquerait le conflit des moines du Tōdai-ji et du Kōfuku-ji, qui brulèrent la montagne au cœur de ce conflit dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, afin de mettre fin à la querelle. - L’autre met en scène des ours et des insectes qui, considérés comme une menace pour Nara, se voyaient refouler aux portes de la ville par d’immenses feux.

33. Cérémonie Yamayaki par Iris sur Flickr (2013) et nwhitely sur Flickr (2012)

34. Je terminerai enfin ma présentation en parlant de Sento- kun (せんとくん), la mascotte officielle de la ville depuis son 1300ème anniversaire en 2010. Cette mascotte portant des bois de shika, et ayant l’apparence d’un petit Bouddha, est un symbole flagrant de la symbiose de la ville avec sa nature environnante et la religion qui y est très présente. Sento-kun par Guilhem Vellut sur Flickr (2014)

35. En conclusion, suite à la présentation de ces différents lieux et aspects de la ville, il semble que Nara se prête parfaitement à la fonction de ville-nature, non seulement par ses paysages qui l’entourent, mais aussi par ses bâtiments religieux qui se sont particulièrement bien adaptés à la nature foisonnante des environs. Nara par Jit bag sur Flickr (2013)

36. C’est ainsi que les shika y ont même élu domicile, vivant en harmonie avec les habitants de la ville. Les shika près des bureaux de la préfecture - Nara par Yoko Ishii pour Le Monde (2016)

37. Aussi, l’atmosphère sacrée dégagée par les nombreux édifices religieux, contribue aussi à faire de cette ville un lieu apaisant, où les animaux, les divinités, et la ville ne forment plus qu’une même entité. Photos à Nara par Yoko Ishii pour Le Monde (2016) et par Gullem Vellu sur Flickr (2014)

38. FIN Merci de votre attention.

Add a comment