Présentation 2.0 pour ESCP EAP Communication

33 %
67 %
Information about Présentation 2.0 pour ESCP EAP Communication

Published on July 20, 2007

Author: Phoebos

Source: slideshare.net

Description

Présentation 2.0 pour ESCP EAP Communication faite par JWT le 19 juin 2007

Le web 2.0 : Quelles utilisations pour les annonceurs ?

Sommaire Voyage au pays du Web 2.0 définition Immersion Les marques et le Web 2.0 Second Life Définition et immersion Les marques et Second Life En route vers le Web 3 ABSTRACT – mai 2007

Voyage au pays du Web 2.0

définition

Immersion

Les marques et le Web 2.0

Second Life

Définition et immersion

Les marques et Second Life

En route vers le Web 3

Partie 1 Le Web 2.0 Définition Immersion ABSTRACT – mai 2007

Le Web 2.0

Définition

Immersion

1. Définition Le terme web 2.0 a été forgé en 2004 par Dale Dougherty et popularisé par Tim O’Reilly avec qui il travaille dans une société de publication et de consulting informatique. En 2005 Tim O’Reilly a publié un long texte « qu’est-ce que le web 2.0 ? » devenu la référence en la matière. En substance, il définit le web 2.0 comme : Offrir un service et non pas un ensemble logiciel Disposer de données uniques, difficiles à recréer et dont la richesse s’accroit à mesure que les gens les utilisent . C’est par exemple la base de données d’Amazon, qui permet de suggérer aux acheteurs de nouveaux livres et leur permet de consulter les avis des autres utilisateurs. Un ensemble d’informations déposé gratuitement par les internautes et qui aurait coûté des milliards de dollars à constituer, quand bien même cela aurait été possible. ABSTRACT – mai 2007

Le terme web 2.0 a été forgé en 2004 par Dale Dougherty et popularisé par Tim O’Reilly avec qui il travaille dans une société de publication et de consulting informatique.

En 2005 Tim O’Reilly a publié un long texte « qu’est-ce que le web 2.0 ? » devenu la référence en la matière.

En substance, il définit le web 2.0 comme :

Offrir un service et non pas un ensemble logiciel

Disposer de données uniques, difficiles à recréer et dont la richesse s’accroit à mesure que les gens les utilisent . C’est par exemple la base de données d’Amazon, qui permet de suggérer aux acheteurs de nouveaux livres et leur permet de consulter les avis des autres utilisateurs. Un ensemble d’informations déposé gratuitement par les internautes et qui aurait coûté des milliards de dollars à constituer, quand bien même cela aurait été possible.

1. Définition Considérer les utilisateurs comme des co-développeurs. A la manière de ce qui se fait pour les logiciels libres, les compétences des utilisateurs peuvent être mises à profit pour améliorer les programmes, souvent de façon plus efficace et rapide qu’un système fermé classique de type Microsoft. Tirer parti de l’intelligence collective. C’est ce qui a été fait pour les sites comme Wikipedia ou FlickR. Toucher le marché jusque dans sa périphérie (la longue traîne) à travers la mise en place de services « prêt à consommer ». Libérer le logiciel du seul PC, en visant notamment les assistants nomades, les téléphones ou la télévision. Offrir de la souplesse dans les interfaces utilisateurs, les modèles de développement et les modèles de gestion. ABSTRACT – mai 2007

Considérer les utilisateurs comme des co-développeurs. A la manière de ce qui se fait pour les logiciels libres, les compétences des utilisateurs peuvent être mises à profit pour améliorer les programmes, souvent de façon plus efficace et rapide qu’un système fermé classique de type Microsoft.

Tirer parti de l’intelligence collective. C’est ce qui a été fait pour les sites comme Wikipedia ou FlickR.

Toucher le marché jusque dans sa périphérie (la longue traîne) à travers la mise en place de services « prêt à consommer ».

Libérer le logiciel du seul PC, en visant notamment les assistants nomades, les téléphones ou la télévision.

Offrir de la souplesse dans les interfaces utilisateurs, les modèles de développement et les modèles de gestion.

Plus il y a contribution et participation de l’internaute, meilleur sera le service rendu à l’internaute. 1. Définition ABSTRACT – mai 2007

Des sites qui ne sont pas des lieux d’achats mais des lieux de partage de données électroniques et de contact entre internautes. 5 grands types : Communautaire / Sites où l’on s’identifie, où l’on a un profil et où l’on tisse ou non des relations via ce profil Réseau / Site où l’on se rencontre non sur son profil personnel mais sur la base d’un intérêt commun pré-défini. / Partage de données , Mise en commun de visuels, vidéos, etc. Collaboratif / Contribution Echange / dialogue/ Expression personnelle et commentaires associés. Outils personnalisés / Réception concentrée en un seul espace de ce qui nous intéresse 1. Définition ABSTRACT – mai 2007

Des sites qui ne sont pas des lieux d’achats mais des lieux de partage de données

électroniques et de contact entre internautes.

5 grands types :

Communautaire / Sites où l’on s’identifie, où l’on a un profil et où l’on tisse ou non des relations via ce profil

Réseau / Site où l’on se rencontre non sur son profil personnel mais sur la base d’un intérêt commun pré-défini. /

Partage de données , Mise en commun de visuels, vidéos, etc.

Collaboratif / Contribution

Echange / dialogue/ Expression personnelle et commentaires associés.

Outils personnalisés / Réception concentrée en un seul espace de ce qui nous intéresse

2. Immersion ABSTRACT – mai 2007

Quelques exemples de sites 2.0 L’audience du web 2.0 Audience cumulée des sites web 2.0 : 18 millions de visiteurs uniques – avril 07 Estimation à partir des chiffres Nielsen ABSTRACT – mai 2007 Carbeo netvibes Dailymotion Palzes Digg Pandora Esnips Talkr Flickr Tripadvisor Frappr Viadeo Friendster Wideo Jubii Widsets Kyte Wikio Linkedin Wikipedia Meeto Ziki Myspace …

Partie 2 Les marques et le web 2.0 ABSTRACT – mai 2007

Aujourd’hui, le web 2.0 représente un double opportunité pour les marques Une très forte audience installée Un vrai pouvoir de prescription Le développement de nouveaux usages et type de surfs « décalés » ABSTRACT – mai 2007

Aujourd’hui, le web 2.0 représente un double opportunité pour les marques

Une très forte audience installée

Un vrai pouvoir de prescription

Le développement de nouveaux usages et type de surfs « décalés »

Deux possibilités s’offrent aux marques pour capter ces internautes amateurs de 2.0 : Se rendre visible sur les sites 2.0 existants, sachant que ces derniers commencent à d’ouvrir à la publicité. Reprendre les codes et fonctionnalités 2.0 dans leurs propres opérations afin de susciter l’intérêt des internautes, et de s’inscrire dans une interaction plus poussée avec eux. La tentation du web2.0 ABSTRACT – mai 2007

Deux possibilités s’offrent aux marques pour capter ces internautes amateurs de 2.0 :

Se rendre visible sur les sites 2.0 existants, sachant que ces derniers commencent à d’ouvrir à la publicité.

Reprendre les codes et fonctionnalités 2.0 dans leurs propres opérations afin de susciter l’intérêt des internautes, et de s’inscrire dans une interaction plus poussée avec eux.

Utilisation du web 2.0 par les marques Par définition, le web 2.0 est participatif, ce qui peut amener la marque à accepter de ne plus communiquer dans un sens unique vers les consommateurs, mais d’instaurer un dialogue avec eux, ou entre eux, à son sujet ou autour d’elle. Par cette interaction, le web 2.0 constitue une formidable opportunité pour les marques de créer et d’entretenir une réelle relation avec les consommateurs. Une communication de type 2.0 doit donc prendre garde avant tout au respect de l’expression de l’internaute, tout en conservant la maîtrise des contenus. ABSTRACT – mai 2007

Par définition, le web 2.0 est participatif, ce qui peut amener la marque à accepter de ne plus communiquer dans un sens unique vers les consommateurs, mais d’instaurer un dialogue avec eux, ou entre eux, à son sujet ou autour d’elle.

Par cette interaction, le web 2.0 constitue une formidable opportunité pour les marques de créer et d’entretenir une réelle relation avec les consommateurs.

Une communication de type 2.0 doit donc prendre garde avant tout au respect de l’expression de l’internaute, tout en conservant la maîtrise des contenus.

Utilisation du web 2.0 par les marques Le travail de la marque dans l’univers 2.0 consiste à impulser ses messages de manière à susciter l’interaction avec l’internaute. ABSTRACT – mai 2007

Le travail de la marque dans l’univers 2.0 consiste à impulser ses messages de manière à susciter l’interaction avec l’internaute.

Utilisation du web 2.0 par les marques … … une expérience dans l’air du temps. ABSTRACT – mai 2007

Celio et son blog de marque destiné aux hommes ABSTRACT – mai 2007

Garnier sponsorise les contenus multimédia du blog influant de Deedee ABSTRACT – mai 2007

Nintendogs, un blog pour susciter l’addiction ABSTRACT – mai 2007

Player’s Republic : une des communautés de marque les plus abouties ABSTRACT – mai 2007

La communauté des jeunes buveurs de Pepsi ABSTRACT – mai 2007

Pontiac rassemble ses fans grâce à la plateforme Yahoo ABSTRACT – mai 2007

Un outil 2.0 au service d’une offre produit innovante ABSTRACT – mai 2007

Wikiriders, mashup recensant et commentant les meilleurs spots de surf lancé par Rip Curl avec une présence très discrète. ABSTRACT – mai 2007

Utilisation du web 2.0 par les marques … … une expérience parfois risquée. ABSTRACT – mai 2007

Vichy essuie les plâtres ABSTRACT – mai 2007

Sony réalise un faux blog de fan ABSTRACT – mai 2007

Windows Vista trouve les limites de l’exploitation de la blogosphère ABSTRACT – mai 2007

Chevrolet fait face à la créativité des internautes ABSTRACT – mai 2007

Partie 3 Second Life ABSTRACT – mai 2007

ABSTRACT – mai 2007

1. Définition Un métavers (ou univers virtuel) en 3D, développé par la société californienne Linden Lab. Une simulation qui permet à ses utilisateurs ou « résidents » de vivre une seconde vie . Second Life n’est pas un jeu-vidéo : il n’y a aucun but particulier, aucune quête, mission ou autre chose du genre. Un chat évolué où l'on contrôle un personnage appelé avatar, dans un décor en 3D créé par les résidents eux-mêmes. L'univers se démarque également par son économie : Les échanges se font en Linden-dollars : monnaie virtuelle qui peut être échangée contre de la monnaie réelle et inversement. Second Life a été lancé en 2003. Resté plutôt confidentiel à ses débuts. Son développement a littéralement explosé à partir d’octobre 2006 quand le nombre d’inscrits a dépassé le million (2 mois plus tard, on comptait 2 millions d’inscrits). On compte aujourd’hui plus de 6,8 millions d’inscrits (mai 2007). Evolution du nombre d’heures passées sur Second Life par les résidents Source : Linden Lab – secondlife.com Ce chiffre est néanmoins à relativiser. Selon ComScore, seuls 1,28 millions d’inscrits se sont connectés en mars 2007 avec un maximum d’environ 40,000 connections simultanées . ABSTRACT – mai 2007

Un métavers (ou univers virtuel) en 3D, développé par la société californienne Linden Lab.

Une simulation qui permet à ses utilisateurs ou « résidents » de vivre une seconde vie .

Second Life n’est pas un jeu-vidéo : il n’y a aucun but particulier, aucune quête, mission ou autre chose du genre.

Un chat évolué où l'on contrôle un personnage appelé avatar, dans un décor en 3D créé par les résidents eux-mêmes.

L'univers se démarque également par son économie : Les échanges se font en Linden-dollars : monnaie virtuelle qui peut être échangée contre de la monnaie réelle et inversement. Second Life a été lancé en 2003.

Resté plutôt confidentiel à ses débuts.

Son développement a littéralement explosé à partir d’octobre 2006 quand le nombre d’inscrits a dépassé le million (2 mois plus tard, on comptait 2 millions d’inscrits).

On compte aujourd’hui plus de 6,8 millions d’inscrits (mai 2007).

Ce chiffre est néanmoins à relativiser. Selon ComScore, seuls 1,28 millions d’inscrits se sont connectés en mars 2007 avec un maximum d’environ 40,000 connections simultanées .

1. Qui retrouve-t-on sur Second Life ? Source : ComScore – mars 2007 ABSTRACT – mai 2007

Si l’on a souscrit un abonnement payant (à peine 2% des comptes) on peut posséder un territoire, et ainsi contrôler les constructions et maîtriser éventuellement l’accès. 1. Immersion ABSTRACT – mai 2007 Tarif des territoires 1/128 Region 512 m2 US$5 1/64 Region 1,024 m2 US$8 1/32 Region 2,048 m2 US$15 1/16 Region 4,096 m2 US$25 1/8 Region 8,192 m2 US$40 1/4 Region 16,384 m2 US$75 1/2 Region 32,768 m2 US$125 Entire Region 65,536 m2 US$195 Abonnements mensuel trimestriel annuel $9.95/mo $22.50 - in full ($7.50/mo) $72.00 - in full ($6.00/mo)

Si l’on a souscrit un abonnement payant (à peine 2% des comptes) on peut posséder un territoire, et ainsi contrôler les constructions et maîtriser éventuellement l’accès.

1. Immersion Puis on crée son avatar (un personnage) : On lui choisit un nom et une apparence. Cette apparence peut être ensuite modifiée à sa guise. ABSTRACT – mai 2007

Puis on crée son avatar (un personnage) : On lui choisit un nom et une apparence. Cette apparence peut être ensuite modifiée à sa guise.

Comme dans le monde réel, on s’y déplace en marchant, en courant. On peut également utiliser des véhicules. Mais l’intérêt est assez limité car on peut aussi voler et se téléporter. 1. Immersion ABSTRACT – mai 2007

Comme dans le monde réel, on s’y déplace en marchant, en courant.

On peut également utiliser des véhicules. Mais l’intérêt est assez limité car on peut aussi voler et se téléporter.

Que faire sur Second Life ? Soigner son apparence C’est la principale activité Cela passe avant tout par le shopping et l’achat de vêtements et accessoires. Les résidents plus expérimentés opteront également pour l’acquisition de nouvelle parties de corps. Le shopping est ainsi pratiqué par 72% de résidents (institut d’études marketing Repères, mai07). Pour les plus aguerris, il est possible de créer soi-même ses vêtements, objets et parties de corps. 1. Immersion ABSTRACT – mai 2007

Que faire sur Second Life ?

Soigner son apparence

C’est la principale activité

Cela passe avant tout par le shopping et l’achat de vêtements et accessoires.

Les résidents plus expérimentés opteront également pour l’acquisition de nouvelle parties de corps. Le shopping est ainsi pratiqué par 72% de résidents (institut d’études marketing Repères, mai07).

Pour les plus aguerris, il est possible de créer soi-même ses vêtements, objets et parties de corps.

Que faire sur Second Life ? Communiquer Second Life est avant tout un chat . De plus, Second Life est souvent qualifié de communauté virtuelle. Il serait pus juste de parler d’un ensemble de communautés. De nombreux groupes non exclusifs se sont ainsi constitués autour de sujets excessivement variés à l’image de ceux que l’on peut retrouver sur Internet. Depuis peu, il est également possible de participer à des chats vocaux . 1. Immersion ABSTRACT – mai 2007

Que faire sur Second Life ? Communiquer

Second Life est avant tout un chat .

De plus, Second Life est souvent qualifié de communauté virtuelle. Il serait pus juste de parler d’un ensemble de communautés. De nombreux groupes non exclusifs se sont ainsi constitués autour de sujets excessivement variés à l’image de ceux que l’on peut retrouver sur Internet.

Depuis peu, il est également possible de participer à des chats vocaux .

Que faire sur Second Life ? Danser et faire des rencontres Les discothèques et autres lieux similaires sont parmi les lieux les plus fréquentés. 1. Immersion ABSTRACT – mai 2007

Que faire sur Second Life ? Danser et faire des rencontres

Les discothèques et autres lieux similaires sont parmi les lieux les plus fréquentés.

Que faire sur Second Life ? Les activités liées au sexe Contenus pornographiques sous forme d’images et vidéos (du monde réelle). Clubs de strip-tease et prostitution (virtuels). C’est apparemment une activité très importante dans Second Life. Le site néerlandais sl-escorts.com, par exemple, recense plus de 110 avatars pratiquant cette activité. Cela tendrait à expliquer également que près de 20% des femmes avatars sont en réalité des hommes dans la vrai vie. 1. Immersion ABSTRACT – mai 2007

Que faire sur Second Life ?

Les activités liées au sexe

Contenus pornographiques sous forme d’images et vidéos (du monde réelle).

Clubs de strip-tease et prostitution (virtuels). C’est apparemment une activité très importante dans Second Life.

Le site néerlandais sl-escorts.com, par exemple, recense plus de 110 avatars pratiquant cette activité. Cela tendrait à expliquer également que près de 20% des femmes avatars sont en réalité des hommes dans la vrai vie.

Que faire sur Second Life ? Gagner de l’argent Très répandus et souvent fréquentés, les jeux d’argent constitue l’une des principales activités sur SL 1. Immersion ABSTRACT – mai 2007

Que faire sur Second Life ? Gagner de l’argent

Très répandus et souvent fréquentés, les jeux d’argent constitue l’une des principales activités sur SL

Que faire sur Second Life ? Gagner de l’argent La masse monétaire en circulation dans le monde virtuel s'élevait, en février 2007, à 5 millions d'euros, mais seuls 300 personnes détiendraient un compte positif supérieur à 750 euros. Les deux principaux moyens d’y gagner de l’argent fabriquer puis vendre les objets que l’on a créés investir dans l’ immobilier . Les casinos représentent un part significatives des transactions réalisées Impossible à quantifier (de l’ordre 1500 $/mois pour les établissements les plus rentables selon les propriétaires eux-mêmes), mais le FBI mène l’enquête sur les activités de ces lieux. La prostitution, enfin serait aussi un des principaux business. 1. Immersion ABSTRACT – mai 2007

Que faire sur Second Life ? Gagner de l’argent

La masse monétaire en circulation dans le monde virtuel s'élevait, en février 2007, à 5 millions d'euros, mais seuls 300 personnes détiendraient un compte positif supérieur à 750 euros.

Les deux principaux moyens d’y gagner de l’argent

fabriquer puis vendre les objets que l’on a créés

investir dans l’ immobilier .

Les casinos représentent un part significatives des transactions réalisées

Impossible à quantifier (de l’ordre 1500 $/mois pour les établissements les plus rentables selon les propriétaires eux-mêmes), mais le FBI mène l’enquête sur les activités de ces lieux.

La prostitution, enfin serait aussi un des principaux business.

Que faire sur Second Life ? Gagner de l’argent Pour la plupart des avatars, d’autres activités moins lucratives sont également présentes. Ce qui permet de gagner tout juste de quoi subvenir aux besoins de son avatar sans avoir investir d’argent (réel celui-là). petits boulots (homme-sandwich, agent de sécurité…) Pour générer du trafic sur leur île, certains propriétaire installent des zones où l’on est rémunéré à danser ou rester assis à un endroit. 1. Immersion ABSTRACT – mai 2007

Que faire sur Second Life ? Gagner de l’argent

Pour la plupart des avatars, d’autres activités moins lucratives sont également présentes. Ce qui permet de gagner tout juste de quoi subvenir aux besoins de son avatar sans avoir investir d’argent (réel celui-là).

petits boulots (homme-sandwich, agent de sécurité…)

Pour générer du trafic sur leur île, certains propriétaire installent des zones où l’on est rémunéré à danser ou rester assis à un endroit.

2. Les marques dans Second Life ABSTRACT – mai 2007

ABSTRACT – mai 2007

American Apparel joue la relation entre virtuel et réel ABSTRACT – mai 2007

American Apparel joue la relation entre virtuel et réel ABSTRACT – mai 2007

AMD – Une chasse au trésor pour les développeurs ABSTRACT – mai 2007

Sony BMG met en avant ses artistes ABSTRACT – mai 2007

Sony BMG met en avant ses artistes ABSTRACT – mai 2007

Sony BMG met en avant ses artistes ABSTRACT – mai 2007

Sony BMG met en avant ses artistes ABSTRACT – mai 2007

Pontiac propose un espace participatif ABSTRACT – mai 2007

Pontiac propose un espace participatif ABSTRACT – mai 2007

Pontiac propose un espace participatif ABSTRACT – mai 2007

Reebok – la customisation ABSTRACT – mai 2007

Reebok – la customisation ABSTRACT – mai 2007

Reebok – la customisation ABSTRACT – mai 2007

Jean-Paul Gaultier – événementialiser un lancement ABSTRACT – mai 2007

Jean-Paul Gaultier – événementialiser un lancement ABSTRACT – mai 2007

Jean-Paul Gaultier – événementialiser un lancement ABSTRACT – mai 2007

L’Oréal Paris – Miss Second Life Glamour Printemps 2007 ABSTRACT – mai 2007

BNP Paribas – Une île pour le groupe ABSTRACT – mai 2007

BNP Paribas – Une île pour le groupe ABSTRACT – mai 2007

Et aussi… Dior ABSTRACT – mai 2007

Et aussi… Le team F1 ING/Renault, Mercedes, Coca-Cola… ABSTRACT – mai 2007

IBM Allemagne – centre de recrutement ABSTRACT – mai 2007

20 minutes – 21.05.07 ABSTRACT – mai 2007

20 minutes – 21.05.07

Métro – 21.05.07 ABSTRACT – mai 2007

Communiquer dans Second Life ABSTRACT – mai 2007

Les limites de Second Life Un public restreint… Un maximum de 40 000 connections simultanées … pour un espace très vaste Estimé en janvier 2007 à 227 500 km² (3500 régions de 65 km²), soit un maximum de 0,18 avatars au km² en moyenne Un public difficile à cibler Peu d’information sur le profil des personnes physiques qui se cachent derrière leur avatar On sait assez mal qui va sur Second Life ABSTRACT – mai 2007

Un public restreint…

Un maximum de 40 000 connections simultanées

… pour un espace très vaste

Estimé en janvier 2007 à 227 500 km² (3500 régions de 65 km²), soit un maximum de 0,18 avatars au km² en moyenne

Un public difficile à cibler

Peu d’information sur le profil des personnes physiques qui se cachent derrière leur avatar

On sait assez mal qui va sur Second Life

Les espaces les plus populaires sont généralement dépourvus de publicité. Les autres sont souvent soit peu fréquentés, soit dédiés à des activités peu valorisantes (argent, sexe…) Les coûts ne sont pas si anodins Ce qui coûte cher, ce n’est pas tant le terrain, les locaux et la création, mais c’est de générer du trafic. La contrefaçon y est excessivement présente Il est difficile dans ces conditions de maîtriser l’image de ses produits. Une esthétique souvent peu valorisante Les graphismes ne sont souvent pas à la hauteur des exigences des marques. Mais attention, être présent ne suffit pas, il faut animer pour susciter l’intérêt ou un effet boomerang négatif est à prévoir! Les limites de Second Life ABSTRACT – mai 2007

Les espaces les plus populaires sont généralement dépourvus de publicité. Les autres sont souvent soit peu fréquentés, soit dédiés à des activités peu valorisantes (argent, sexe…)

Les coûts ne sont pas si anodins

Ce qui coûte cher, ce n’est pas tant le terrain, les locaux et la création, mais c’est de générer du trafic.

La contrefaçon y est excessivement présente

Il est difficile dans ces conditions de maîtriser l’image de ses produits.

Une esthétique souvent peu valorisante

Les graphismes ne sont souvent pas à la hauteur des exigences des marques.

Mais attention, être présent ne suffit pas, il faut animer pour susciter l’intérêt ou un effet boomerang négatif est à prévoir!

Alors, pourquoi un tel engouement ? Beaucoup de personnes parlent de Second Life et de ce qui s’y fait sans jamais y avoir mis « la souris ». L’intérêt de Second Life apparaît donc dans son effet «caisse de résonnance » pour les actions qui y ont lieu car c’est un lieu « tendance » qui suscite l’intérêt. Plus que créer l’événement dans Second Life, ce sont les retombées dans le « monde réel » qui importent à la marque en définitive. ABSTRACT – mai 2007

Beaucoup de personnes parlent de Second Life et de ce qui s’y fait sans jamais y avoir mis « la souris ».

L’intérêt de Second Life apparaît donc dans son effet «caisse de résonnance » pour les actions qui y ont lieu car c’est un lieu « tendance » qui suscite l’intérêt.

Plus que créer l’événement dans Second Life, ce sont les retombées dans le « monde réel » qui importent à la marque en définitive.

Tout le monde en parle ABSTRACT – mai 2007

Les autres mondes virtuels Il existe d’autres mondes virtuels plus ou moins sophistiqués. Certains mettent l’accent sur l’avatar, d’autres sur l’univers... ABSTRACT – mai 2007

Il existe d’autres mondes virtuels plus ou moins sophistiqués.

Certains mettent l’accent sur l’avatar, d’autres sur l’univers...

Les autres mondes virtuels by CHAPATIZ ABSTRACT – mai 2007

Les autres mondes virtuels by HABBO ABSTRACT – mai 2007

ABSTRACT – mai 2007

Les autres mondes virtuels by MyLife3d ABSTRACT – mai 2007

Les autres mondes virtuels by MyLife3d ABSTRACT – mai 2007

Les autres mondes virtuels by Sony ABSTRACT – mai 2007

ABSTRACT – mai 2007

Partie 4 Perspectives : En route vers le web 3 Conclusion ABSTRACT – mai 2007

Et demain ? ABSTRACT – mai 2007

Et demain, le web 3… La rentabilisation des services 2.0 avec l’introduction de la publicité La rémunération des contributeurs et l’organisation du user generated content ABSTRACT – mai 2007

La rentabilisation des services 2.0

avec l’introduction de la publicité

La rémunération des contributeurs

et l’organisation du user generated content

Merci et à bientôt !!!

Add a comment

Related presentations

Related pages

ESCP Europe Business School offering MBA, Specialized ...

ESCP Europe Students win AlphaSights Case Study Competition, ... Company Presentation: Gartner UK Ltd. ... Piraterie 2.0 : ...
Read more

Présentation - Master in Management Grande Ecole - ESCP ...

Présentation. Classé au septième ... ne cherchez plus, le Master in Management de ESCP Europe est fait pour vous. ...
Read more

Présentation Business Club ESCP EPA HISTOIRE DENTREPRISES ...

Page 1 Présentation Business Club ESCP EPA HISTOIRE DENTREPRISES Histoires dEntrepreneur… Page 2 Présentation Business Club ESCP EPA MOI Déjà 38 ans...
Read more

ESCP Europe — Wikipédia

... de gestion des ressources humaines, de communication, ... l’ESCP et l’EAP fusionnent pour donner naissance à l'ESCP-EAP ... Présentation Le MIM ...
Read more

ESCP Europe Alumni Association : Réseau, Actualités ...

Focus 2.0; Focus Recrutement ... Réseaux sociaux : les comprendre pour développer sa boîte; ... Copyright © ESCP Europe Alumni 2000-2016 ...
Read more

ESCP Europe - YouTube

... ESCP Europe is the World's First Business School and ... Marketing and Communication Play all. ... Marketing 2.0 Conference | ESCP Europe ...
Read more

ESCP Europe Alumni Association : Réseau, Actualités ...

ESCP Europe Magazine; Eletters; ... Focus 2.0; Focus Recrutement; ... (payant), pour explorer la base des profils et CVs ...
Read more

Osez passer de la valeur ajoutée à la valeur étendue!

Professeur de Marketing, ESCP-EAP ... Choisir pour un mode de communication ... Présentation Ganaël definitive Author:
Read more