Marches cerealiers des_ventes_en_recul_a_mi_campagne

50 %
50 %
Information about Marches cerealiers des_ventes_en_recul_a_mi_campagne

Published on June 13, 2019

Author: AurlieJARLEGANT

Source: slideshare.net

1. N°433 - Mai 2016 PERSPECTIVES AGRICOLES 15 L’OBSERVATOIRE MARCHÉS CÉRÉALIERS DES VENTES À L’EXPORT en recul à mi-campagne Les exportations françaises de blé et de maïs sont en baisse sur les six premiers mois de la campagne 2015-2016 par rapport à 2014-2015, du fait d’une moindre compétitivité. L’origine France continue de trouver preneur mais une meilleure anticipation et réactivité de la filière s’avère nécessaire. À mi-campagne, les exportations de céréales ont baissé en volume et en valeur de 3 % par rapport à 2014. Cette tendance se retrouve à la fois en blé et en maïs. En revanche, les ventes en orge pro- gressent de 33 % en volume et 36 % en valeur au 31 décembre 2015. Exportations en baisse au quatrième trimestre 2015 Au cours du troisième trimestre 2015, les exporta- tions de céréales ont rapporté 1,6 milliard d’euros pour 8,4 millions de tonnes chargées en France, soit une hausse de 13,5 % en volume et de 14,3 % en valeur par rapport au troisième trimestre 2014. Un peu moins de la moitié est imputable au blé tendre avec 713 millions d’euros pour 3,8 millions de tonnes. S ur l’année civile 2015, les exporta- tions de céréales ont atteint 7,2 mil- liards d’euros. Elles représentent le deuxième poste d’exportation de pro- duits agro-alimentaires, derrière les vins et spiritueux (12,2 milliards d’euros) et devant les produits laitiers (6 milliards d’euros). Au 31 décembre, la valeur des ventes de céréales affichait un recul par rapport à 2014. La tendance baissière des prix des céréales depuis un an a large- ment pesé sur la valeur des exportations françaises. Une diminution des volumes exportés explique éga- lement ce ralentissement. Néanmoins, alors que les chiffres du commerce extérieur sont généralement publiés par année civile, il est beaucoup plus perti- nent pour les produits agricoles de les analyser par campagne (1er juillet - 30 juin). Les exportations de blé tendre ont démarré la campagne 2015-2016 sur un rythme plus lent qu’en 2014-2015. ©FranceExportCéréales-Droitsréservés

2. Mai 2016 - N°433 PERSPECTIVES AGRICOLES16 L’OBSERVATOIRE Les importantes exportations d’orge ont dyna- misé le démarrage de la campagne 2015-2016. Cependant, les exportations ont diminué en valeur et en volume au cours du quatrième trimestre avec 1,4 milliard d’euros pour 7,3 millions de tonnes. Plus de la moitié provient du blé tendre avec 725 millions d’euros pour 4,1 millions de tonnes. Au final, l’exportation des céréales en valeur à la fin des six premiers mois de la campagne 2015- 2016 a rapporté 3 milliards d’euros pour 15,7 mil- lions de tonnes chargées en France. C’est moins que l’année dernière où les volumes de céréales exportées au premier semestre avaient totalisé 16,2 millions de tonnes pour une valeur de 3,1 mil- liards d’euros. Presque la moitié de la valeur des exportations est issue du blé tendre avec 1,4 mil- liard d’euros pour 7,9 millions de tonnes (figure 1). La chute des importations en blé des pays du Moyen-Orient marque le début de campagne Entre le 1er juillet et le 30 septembre 2015, 3,8 mil- lions de tonnes de blé ont été exportées des ports français contre 3,9 millions un an auparavant. En valeur, les ventes de blé ont rapporté 713 mil- lions d’euros sur les trois premiers mois de la campagne contre 729 millions d’euros sur la même période en 2014-2015. Après une campagne 2014-2015 marquée par des problèmes de qualité de la récolte 2014, l’Algérie a renforcé son inté- rêt pour le blé français avec 1,3 million de tonnes de blé tendre exportées sur le premier trimestre, soit une hausse de 97 % par rapport à 2014-2015. Toutefois, les ventes au Proche et Moyen-Orient ont fortement reculé (- 90 %) suite à l’absence totale d’achat yéménite sur cette période. Tout comme en 2014-2015, la France n’a procédé à aucun chargement de blé vers l’Égypte au cours du premier trimestre. À partir du 1er octobre 2015, la baisse des expor- tations s’est accentuée avec 4,1 millions de tonnes de blé chargées en France contre plus de 4,6 millions en 2014. En valeur, la baisse des prix a pesé sur cette première partie de cam- pagne avec des recettes en recul de 100 millions d’euros, à 724 millions cette année au cours du second trimestre de la campagne. L’Algérie et le Maroc ont continué à importer du blé français avec 1,3 million de tonnes au second trimestre, soit une hausse de 35 % sur un an. Là encore, le recul des importations de blé français par les pays du Proche et Moyen-Orient (-81 %) explique la baisse des exportations de blé tendre sur ce second trimestre. Les ventes d’orges progressent de 33 % en volume Au cours du troisième trimestre de 2015, 2,6 mil- lions de tonnes d’orges ont été chargées et expor- tées de France, soit 471 millions d’euros contre 1,6 million de tonnes au troisième trimestre 2014,Compte tenu des fondamentaux, une amélioration durable et marquée des prix n’est pas attendue avant le 30 juin 2016. » 0 500 000 1 000 000 1 500 000 2 000 000 2 500 000 3 000 000 3 500 000 0 2 000 000 4 000 000 6 000 000 8 000 000 10 000 000 12 000 000 14 000 000 16 000 000 18 000 000 Total Céréales Blé tendre Orge Maïs 1 000 €En tonnes volume 1S 2014 volume 1S 2015 valeur 1S 2014 valeur 1S 2015 BILAN À MI-CAMPAGNE: la croissance de l’orge ne compense pas le recul des autres céréales Figure 1: Exportations françaises de céréales en volume et en valeur à mi-campagne 2015-2016. Source: Douanes Françaises. En seconde partie de campagne, la pression exercée par les principaux concurrents se confirme sur les marchés traditionnels des pays du sud du pourtour méditerranéen (Algérie, Maroc, Tunisie, Égypte). Les exportations de céréales françaises sont freinées par une meilleure compétitivité des origines russe, ukrainienne et des pays de la mer Baltique. Compte tenu des fondamentaux des marchés, une amélioration durable et marquée des prix n’est pas attendue avant le 30 juin 2016. On devrait observer un recul du volume exporté, toutes céréales confondues, et une baisse en valeur lors de cette campagne par rapport à 2014-2015. À la différence de ses concurrents, la France n’a pas anticipé le surplus de production de blé et la nécessité d’exporter plus. En conséquence, les stocks de fin de campagne au 30 juin prochain sont prévus par France Agrimer à plus de 6 Mt. La campagne en cours s’annonce difficile

3. Mai 2016 - N°433 PERSPECTIVES AGRICOLES18 L’OBSERVATOIRE 640000 660000 680000 700000 720000 740000 760000 780000 800000 820000 840000 0 500000 1000000 1500000 2000000 2500000 3000000 3500000 4000000 4500000 5000000 2014 2015 2014 2015 3T 4T 1 000 €En tonnes BLÉ TENDRE: des exportations pour le moment en recul par rapport à 2014-2015 Figure 2: Exportations françaises de blé tendre en volume (barres) et en valeur (points) à mi-campagne. Source: Douanes Françaises. 0 50000 100000 150000 200000 250000 300000 350000 400000 450000 500000 0 500000 1000000 1500000 2000000 2500000 3000000 2014 2015 2014 2015 3T 4T 1 000 €En tonnes ORGES: un 1er trimestre de campagne en forte hausse Figure 3: Exportations françaises d’orges en volume (barres) et en valeur (points) à mi-campagne. Source: douanes françaises. soit 287 millions d’euros (figure 3). Les ventes à la Chine expliquent ce bond avec 1,9 million de tonnes contre 448 000 tonnes en 2014. En valeur, ce volume représente 344 millions d’euros, soit une hausse de 341 % sur un an. De son côté, l’Arabie Saoudite a été absente au cours du pre- mier trimestre de 2015-2016 Ce pays avait importé 79000 tonnes d’orges françaises entre le 1er juillet et le 30 septembre 2014. Au deuxième trimestre de la campagne 2015-2016, les exportations d’orge n’ont pas continué sur leur lancée. Elles sont mêmes en légère baisse par rapport à la campagne précédente. Néanmoins, les volumes exportés vers la Turquie, l’Algérie, le Cameroun et surtout la Chine ont été en grande partie compensés par une hausse des charge- ments à destination du Maroc, de la Libye et sur- tout de la zone Proche et Moyen-Orient (Jordanie pour 53 000 tonnes et Arabie Saoudite pour 132000 tonnes). En valeur, elles ont rapporté 4 % de plus que l’année dernière. Chute des exportations de maïs pour le premier semestre 2015- 2016 La baisse de la production du maïs français à l’au- tomne 2015 ainsi que le manque de compétitivité de l’origine française ont fortement pénalisé les exportations. Elles affichent un recul en volume de 19 % sur les six premiers mois de la campagne avec 2,91 millions de tonnes, soit 588 millions d’euros (-15 %). Les exportations de maïs ont connu deux mouve- ments diamétralement opposés. Le premier au cours du premier trimestre de la campagne 2015- 2016 avec une nette hausse des exportations de maïs en volume (1,6 million de tonnes) et en valeur (273 millions d’euros). Sans surprise, les pays de l’Union européenne totalisent la quasi-totalité des exportations de maïs français avec 1,6 million de tonnes contre 1,3 million de tonnes un an aupara- vant. Vers les pays tiers, les volumes exportés sont habituellement faibles sur cette période (20 000 tonnes au 1er trimestre 2015-2016). À partir du 1er octobre, la tendance est forte- ment baissière avec la mise sur le marché de la récolte décevante de 2015. Le volume d’exporta- tion a difficilement dépassé 1,3 million de tonnes (contre 2,2 millions de tonnes) pour une valeur de 315 millions d’euros (contre 430 millions d’euros un an auparavant). Les exportations vers les pays intracommunautaires totalisent là encore la quasi- totalité du volume total exporté. Aurélie Jarlégant - ajarlegant@franceexportcereales.org France export céréales Contrairement au blé tendre, les exportations d’orge ont affiché, en première partie de campagne, une nette progression, tant en volume qu’en valeur. ©N.Cornec-ARVALIS-Institutduvégétal Mt de blé étaient disponibles à l’exportation en fin de campagne dernière contre un peu moins de 20 Mt l’année précédente.22

Add a comment