Le phénomène de la violence dans les sociétés modernes

50 %
50 %
Information about Le phénomène de la violence dans les sociétés modernes
Education

Published on March 6, 2014

Author: banarbadr

Source: slideshare.net

Le phénomène de la violence dans les sociétés modernes Exposé fait par : EL BANAR BADR IDRISSE CHTAINI

Définition • Le mot « violence » vient du latin vis, qui désigne d’abord la force et plus encore l’abus de cette force sans égard à la légitimité de son usage. C’est la force déréglée qui porte atteinte à l’intégrité physique ou psychique pour mettre en cause dans un but de domination ou de destruction l’humanité de l’individu. La violence est ainsi souvent opposée à la force, celle-ci faisant un usage contrôlé, légitime et mesuré de cellelà, qui ne connaît pas de limites et tend vers la destruction totale. • Le sens commun définit la violence comme une action brutale – physique ou morale – envers quelqu’un. Elle a comme synonyme « agression ».

• Le Code pénal, quant à lui, la définit comme ce qui représente des atteintes à l’intégrité physique ou psychique de la personne. • Au sens du droit civil, la violence est un acte délibéré ou non, provoquant chez celui qui en est la victime, un trouble physique ou moral comportant des conséquences dommageables pour sa personne, sa santé donc, ou pour ses biens. • Dans le domaine contractuel, la violence exercée sur une personne avec pour résultat de l’amener à s’engager ou à renoncer à un droit, constitue un vice du consentement.

Les types de la violence • La violence entre les personnes ou interpersonnelle : elle désigne un comportement faisant emploi de la force, physique, verbale (injure), ou psychologique (harcèlement), dans un milieu proche.

• La violence de l’État : les États revendiquant, selon la définition célèbre de Max Weber, le « monopole de la violence légitime », s’en servent pour exécuter les décisions de justice, assurer l’ordre public ou en cas de guerre. Celle-ci peut dégénérer en terrorisme d’État, devenant alors l’une des formes de violence les plus extrêmes .

• La violence criminelle : qui peut avoir des causes sociales, économiques, ou découle de pathologies psychiatriques. • La violence symbolique : qui désigne à son tour plusieurs sortes de violence : ce peut être la violence verbale, dont on peut considérer qu’elle est la première étape vers un passage à l’acte ; ou une violence invisible, institutionnelle : c’est la violence structurelle. Celle-ci désigne plusieurs phénomènes différents qui favorisent la domination d’un groupe sur un autre .

• La violence politique : c’est-à-dire tout acte violent dont leurs auteurs revendiquent la légitimité au nom d’un objectif politique (révolution, résistance à l’oppression, droit à l’insurrection, tyrannicide, « juste cause »). La violence est pourtant justifiée en cas de légitime défense ou d’état de nécessité par la loi, en cas de résistance à l’oppression d’une tyrannie selon la doctrine des droits de l’homme. • La cyber-violence: violence qui consiste en ce qu'une personne utilise la violence (physique ou verbale) pour ridiculiser quelqu'un et en fasse une vidéo, une publicité ou toute autre publication sur internet.

Plan • • • • Introduction Problématique Partie 1: Les causes de la violence Partie 2: les Explications de la violence dans les sociétés modernes • Partie 3: les conséquences de la violence • Partie 4: Cas pratiques « Mexique »

Problématique -La violence Contre qui ? -Quelles sont les causes? -Quelles explications possibles? -A quoi la violence mènent-elle?

La violence Contre qui ? -La violence contre les femmes. -La violence contre les enfants. -La violence religieuse (personne de religion différente). -La violence ethnique ( personne de race différente).

Quelles sont les causes? Au niveau de l’individu, le modèle envisage les facteurs biologiques et les antécédents personnels qui augmentent la probabilité que l’individu agisse avec violence ou en soit victime. Parmi les exemples de facteurs qui peuvent être mesurés figurent les caractéristiques démographiques (âge, niveau d’éducation, revenu), les troubles psychologiques ou les troubles de la personnalité, la toxicomanie et les antécédents de comportement agressif ou de maltraitance subis. Au niveau des relations, le modèle envisage comment les relations avec la famille, les amis, les partenaires et les pairs influencent le comportement violent en tenant compte de facteurs comme les châtiments corporels infligés aux enfants, le manque d’affection, les dysfonctionnements familiaux, la fréquentation de camarades délinquants et les conflits avec le conjoint ou avec les parents.

Le troisième niveau est celui du contexte de la communauté dans laquelle s’insèrent les relations sociales, par exemple école, lieu de travail ou quartier, et s’efforce de repérer les caractéristiques qui accroissent le risque de violence – par exemple la pauvreté, la densité de population, le changement fréquent de domicile, le capital social limité ou l’existence d’un trafic de drogue local. Au quatrième niveau, on examine les facteurs de société plus larges comme les normes sociales qui créent un climat favorable ou défavorable à la violence. On tient également compte des politiques sanitaires, économiques, éducatives et sociales qui font perdurer les inégalités économiques ou sociales entre groupes sociaux.

Les explications de la violence dans les sociétés modernes • Tout d’abord, la nature elle-même dont l’humanité est issue, est caractérisée par une certaine violence dont la plus évidente est la mort de tout être vivant. Ainsi dans le monde animal, les espèces les plus fortes se nourrissent-elles d’espèces moins aptes à se défendre. En ce sens, l’être humain répond à ce critère et exerce sa violence non seulement à l’encontre des autres espèces mais encore à l’encontre de ses semblables. La domination et l’exploitation seraient donc naturelles et leur ampleur dans les sociétés humaines ne seraient fonction que de la plus grande aptitude de l’humanité. Avec cette explication biologique, les sociétés modernes ne peuvent échapper à ce déterminisme. Leur développement technologique ne changerait donc pas cette donne biologique.

• Ensuite, on peut proposer une certaine philosophie qui veut qu’a priori l’homme soit violent par nature sans faire appel à la biologie. Il s’agit d’une explication essentialiste car il serait dans l’essence de l’homme d’être violent. C’est pourquoi, les sociétés modernes connaissent une violence d’autant plus importante que les hommes y sont nombreux.

Enfin, certains courants philosophiques refusent que la violence fasse partie de la nature humaine. Pour autant ces courants substituent un autre déterminisme : la société est violente par nature. Jean-Jacques Rousseau a dit : « L’homme est bon mais la société le corrompt». C’est donc la société qui est à l’origine de ses crimes et non l’humain à proprement parler. Si la violence des sociétés modernes est si importante, c’est imputable à son organisation qui pousse à l’individualisme, à l’égoïsme et donc à la violence. L’explication marxiste fait de la lutte des classes le moteur de l’histoire. L’existence même des classes sociales conditionne la violence. Les inégalités et les injustices, amènent les classes sociales à s’affronter.

Les conséquences de la violence dans les sociétés modernes La violence peut avoir une multitude de conséquences dévastatrices sur la santé et le bien-être à court et à long terme. Les conséquences physiques et psychologiques immédiates qui affectent les victimes de violence peuvent s'accompagner d'une détérioration de leur qualité de vie dans son ensemble et ce, tout au long de leur vie, ce qui peut aussi avoir une incidence sur leur participation et leur engagement dans différents aspects de la vie et de la société. Les effets de la violence sont profonds. Ils peuvent perdurer longtemps après que la violence a cessé on peut citer quelque effets :

• Les effets sur la santé physique : Os brisés, entorses, brûlures, blessures de couteaux et d’armes à feu. • Les effets sur la santé sexuelle : Maladies transmises sexuellement (MTS),grossesses non désirées, fausses couches. • Les effets sur la santé mentale : Flash-back, cauchemars, pertes de mémoire, stress chronique, usage de stupéfiants. • Les effets sur la santé psychologique : Difficultés dans les relations et les activités sociales (par exemple, manque de confiance, d’intimité et d’intérêt), changements dans l’apparence et la routine quotidienne, changements dans le rendement au travail, absentéisme ou incapacité à travailler.

La violence contre les femmes aux Mexique • Le Mexique est encore une société patriarcale basée sur des valeurs comme la supériorité masculine qui sanctionne une hiérarchie des sexes protégeant la suprématie des hommes. Le cas le plus emblématique et le plus alarmant à la fois concernant la violence faite aux femmes au Mexique est celui des assassinats perpétrés à Ciudad Juarez. Depuis les années 1990, plus de 400 femmes ont été tuées et on a retrouvé sur la plupart d’entre elles des traces de torture, de viol et de mutilations. Plusieurs mobiles ont motivé ces crimes, qu’il s’agisse de violence domestique ou d’activités liées au crime organisé de bandes de trafiquants de drogues.

• La violence contre les femmes pose une question fondamentale, qui est celle du pouvoir que la société donne aux hommes sur elles. La majorité des hommes, et malheureusement des femmes aussi, restent persuadés que leurs filles ou leurs épouses leur appartiennent et qu’ils ont tous les droits sur elles. La violence devient alors la manifestation la plus évidente de leur volonté de contrôler le corps et l’esprit d’une femme. • La principale forme de violence dont les femmes sont victimes a lieu dans la famille C’est aussi dans la famille que beaucoup d’hommes ont appris à être violents. Enfants, ils ont vu leur père battre leur mère, et beaucoup de femmes battues viennent elles-mêmes de familles où le père était violent. Les victimes qui pensent que les coups et les brimades font partie du destin d’une femme mariée n’en parlent pas volontiers, même si elles se sentent embarrassées, honteuses et humiliées. c’est pour ces raisons que les données sur la violence contre les femmes sont rares , vue que la majorité des femmes victimes de violences ne vont pas à l’hôpital, et ne portent pas plainte.

Conclusion • La violence est un phénomène de grande ampleur qu’il ne faut pas sousestimer. Plusieurs organismes ont déjà été mis en place pour aider les victimes à sortir de leur situation difficile, mais il reste encore beaucoup à faire. • Il faut accorder plus d’attention au sort des femmes violentées que ce soit verbalement, psychologiquement, sexuellement ou physiquement et continuer d’ouvrir des refuges pour les protéger avec leurs enfants. Aussi, il faut donner l’occasion à un maximum d’agresseurs de suivre une thérapie de groupe afin d’éviter qu’ils ne recommencent. • Il faut encourager les femmes à dénoncer leur mari violent et donner plus d’outils à la population afin que chaque personne puisse détecter la violence et savoir comment agir lorsqu’il se retrouve en sa présence de façon à améliorer les relations interpersonnelles dans notre société. • Il faut aussi informer la population au sujet des mythes de la violence de façon à ce que ceux-ci cessent d’exister. • Je pense qu’en faisant tout cela, on arrivera un jour à réduire le nombre de femmes victimes de violence.

Merci pour votre attention

Add a comment

Related presentations

Related pages

Violences urbaines — Wikipédia

Le phénomène des violences urbaines, ... en contradiction avec la baisse tendancielle de la violence dans les sociétés modernes. Pour d'autres, ...
Read more

Sujet de culture générale (durée 3heures) :

... la violence est aussi un phénomène d ... , il semblerait que la violence est variable dans le ... de la violence. Si les sociétés modernes ...
Read more

Sur le phénomène de la violence 1 - Association ...

... mais seulement de présenter quelques observations sur le phénomène de la violence dans ... la biologie moderne ... le même que dans les sociétés ...
Read more

Anthropologie de la violence dans la France moderne (XV e ...

Anthropologie de la violence dans la ... suivi de Le Barbu ou Dialogue sur la barbe by Jean ... Anthropologie de la violence dans la France modern...
Read more

LE TERRORISME DU XXIème SIECLE OU LA PRIVATISATION DE LA ...

C’est donc un phénomène nouveau, éminemment moderne, ... de la violence étatique. Les sociétés ... que dans la violence, le ...
Read more

Considérations sur quelques aspects de la violence et de ...

... de la violence dans les sociétés dites ... la violence dans les sociétés dites modernes a ... Le phénomène de la violence dans les ...
Read more

La violence , un phénomène qui prend de l’ampleur dans ...

La violence , un phénomène qui prend de l’ampleur dans nos écoles . Introduction : La violence c’est ce qui agit sur quelqu’un contre son gré ou ...
Read more

De Newtown à In Amënas, transformation de la violence ...

... transformation de la violence dans les sociétés modernes. ... la violence diminue, ce type de phénomène ... sociétés ont le culte de la ...
Read more

Le phénomène de la violence politique : perspectives ...

... que remplirait la norme juridique dans les sociétés ... du monde moderne et la nature des ... Le phénomène de la violence politique ...
Read more

Anthropologie de la violence dans la France moderne (XV ...

ANTHROPOLOGIE DE LA VIOLENCE DANS LA FRANCE MODERNE ... societes occidentales dans les ... de la violence dans le long terme contredit les ...
Read more