Le Journal du 20 Janvier (N°1)

50 %
50 %
Information about Le Journal du 20 Janvier (N°1)
News & Politics

Published on February 16, 2014

Author: KamalZnidar

Source: slideshare.net

Description

Magazine marocaine en langue française, en ligne chaque lundi proposant une actualité aussi bien mondiale que marocaine.

Etats-Unis : New York instaure des congés scolaires pour les fêtes musulmanes Le journal du 20 janvier (N°1) Actu Internationales Lundi 17 février 2014 Actualités Nationales Syrie : La Russie soumet son projet de résolution à l'ONU Sport Marocain Maroc : Badou Zaki est candidat Sport Mondial Coupe du Roi: le Barça rejoint le Real pour une finale-clasico Témara fête ses agents de la propreté urbaine

TABLE DES ARTICLES Actualités Nationales 3. Témara fête ses agents de la propreté urbaine 4. Témara City, meilleur site touristique 2013 5. Maroc : un rappeur contestataire interdit de présentation de son album 7. Maroc: vivre sous le même toit malgré l'interdit et les préjugés 9. Paris : Khadija Ryadi, militante des droits de l'homme non grata au CIUJ ? Actualités Internationales 11. New York instaure des congés scolaires pour les fêtes musulmanes 13. Syrie : La Russie soumet son projet de résolution à l'ONU 15. Yémen : Enlèvement d'un enseignant britannique à Sanaa 17. Pakistan : Un attentat ôte la vie à 11 policiers à Karachi 19. Des malades palestiniens interdits d'entrée en Israël Sport Marocain 20. Maroc : Badou Zaki est candidat 21. Football: Hervé Renard prochain sélectionneur du Maroc 22. Maroc: Mehdi Benatia menace de quitter l'équipe nationale 23. Des ados pour représenter le Maroc aux JO de Sotchi 25. Serie A : Adel Taarabt se sent bien au Milan AC Sport Mondial 26. Coupe du Roi: le Barça rejoint le Real pour une finale-clasico 28. Real Madrid : Et Ancelotti reparle de la situation de Casillas… 30. Coupe d'Angleterre: City élimine Chelsea et prend sa revanche 32. Athlétisme: Renaud Lavillenie efface un mythe en passant 6m16 34. Liga - Le Real ne quitte plus le Barça et l'Atlético Société 35. Racisme et montée de l'islamophobie en Europe Religion 38. Pour offrir à l'Islam sa vraie image Santé & Bien-être 41. Halte ! Le silence tue… 43. Droit vers le bonheur…

Témara fête ses agents de la propreté urbaine Les "Bâtisseurs" et les "Filles de Renaissance" ont mené, samedi 15 février, une action voulant rendre hommage aux agents de la propreté urbaine et souligner l'importance des services qu'ils rendent pour la ville de Témara et ses habitants. Cette action intervient dans le cadre de la reconnaissance des efforts déployés par ces agents pour débarrasser les trottoirs et les espaces publics des déchets et des ordures déposés par les particuliers ou les professionnels, et protéger la ville de tout risque sanitaire lié à l'accumulation d'ordures à un même endroit. Dans le cadre de cette action, Fatima Ezzahra Arif, Ilham Rahioui, Taoufik Drif, Mohamed Zaâfaran et le reste des membres des deux groupements associatifs organisateurs de cet évènement ont offert des fleurs à ces hommes qui veillent sur la ville et assurent la propreté de ses lieux… geste symbolique qui a été bien-accueilli par les agents de la propreté urbaine. Dans le cadre de leur profession, ces agents sont exposés à des risques infectieux générés par les déchets. Malheureusement, au Maroc, on ne les soumet pas à des visites médicales renforcées comme on ne leur offre pas suffisamment de salaires pour assurer les frais des contrôles médicaux nécessaires. Le collectif associatif instigateur de cette initiative espère voir les autorités publiques veiller sur l'amélioration des conditions de vie et aussi de travail des agents de la propreté urbaine en montrant un grand soin à cette catégorie professionnelle en terme de salaires et de droits sociaux surtout la couverture médicale.

Témara City, meilleur site touristique 2013 Une grande nouvelle pour Témara City, son équipe et l'ensemble de ses fidèles lecteurs… le site a reçu le prix du meilleur site touristique 2013 décerné par le Centre arabe pour les médias touristiques. Le prix du « Meilleur site touristique 2013 » a été annoncé dans la nuit du mercredi 05 février 2014 à Louxor (Egypte) où se tient l'assemblée générale annuelle du Centre arabe pour les médias touristiques avec sa cérémonie des Prix des médias touristiques arabes. Les Prix récompensent les meilleurs journalistes arabes opérant dans des institutions médiatiques arabes (journal, magazine, presse électronique) basés ou distribués dans un ou plusieurs pays arabes… Leur œuvre doit être diffusée au cours de l'année 2013 et doit avoir pour thème, le tourisme au monde arabe. Témara City a été récompensé pour la qualité de son information participative, pour la pertinence des idées présentées par son équipe pour promouvoir le tourisme au Maroc et au monde arabe, et aussi pour la beauté du design de ce site web. Parmi les autres vainqueurs de la soirée des Prix des médias touristiques arabes, le journal émirati Al Bayan qui a reçu le Prix du meilleur journal spécialisé en tourisme… le Prix du meilleur auteur touristique a été partagé par le Saoudien Atif Ibn Mohamed al-Qadi et l'Omani Mustapha al-Ma'amri. Témara City est un site web créé en 2006 par Adil El Harchi. Larbi Tabit, Youssef Amik, Brahim Raji, Rajae Hachad et autres jeunes T'maris de l'Organisation du Scout Marocain, se sont joints à lui pour assurer son animation. Mardi, leur page facebook a été piratée par un séparatiste sahraoui… ils l'ont récupéré presque 24 heures après.

Maroc : un rappeur contestataire interdit de présentation de son album POLEMIQUE - Les autorités marocaines ont empêché jeudi la présentation à la presse du nouvel album de Mouad Belghawat, considéré comme le rappeur du mouvement pro-réformes du 20-Février. Le Maroc a coupé le son de Mouad Belghawat. Surnommé "Lhaqed" ("le rancunnier"), ce rappeur du mouvement pro-réformes du 20 février a été empêché par les autorités du pays de présenter à la presse son nouvel album. Mouad Belghawat devait en effet présenter son nouvel album "Waloo" – qui signifie "Rien" – en fin de journée dans une librairie de Casablanca, la capitale économique du royaume. Mais selon Abdou Berrada, l'un des organisateurs de la rencontre, "les forces de l'ordre ont contraint un employé de la librairie à fermer et à quitter immédiatement les lieux". "Il y avait un important déploiement des forces de l'ordre qui ont ensuite obligé les gens (présents devant la boutique) à partir", a poursuivi l'organisateur. Un an en prison "C'est un album qui m'a pris beaucoup de temps et m'a demandé beaucoup de travail. En interdisant cette présentation, les autorités empêchent les artistes engagés de s'exprimer", a dénoncé le rappeur, joint par téléphone. Selon des médias électroniques marocains, les autorités de Casablanca avaient exigé en cours de journée de la librairie qu'elle sollicite une autorisation officielle pour accueillir la conférence de presse. Le ministère de l'Intérieur marocain, pour sa part, n'a pas souhaité faire de commentaire. Considéré comme le chanteur du mouvement pro-réformes du 20-Février, né en 2011 dans le contexte du Printemps arabe, Mouad Belghawat a passé un an en prison. Il avait été condamné pour "outrage" en raison d'un clip mettant en scène des policiers marocains. Le rappeur avait obtenu quelques semaines plus tôt le prix de l'intégrité

2012 de l'ONG Transparency Maroc "pour son honnêteté et la justesse de son combat pour une société intègre et transparente". Sorti de prison en mars 2013, il s'était inspiré de cette détention pour les morceaux de son nouvel album. La sortie de ce dernier intervient à quelques jours du troisième anniversaire du mouvement du 20Février, dont les activités ont toutefois sensiblement diminué au cours des derniers mois. (MetroNews)

Maroc: vivre sous le même toit malgré l'interdit et les préjugés Vivre en couple, sous le même toit, lorsqu'on n'est pas marié peut s'apparenter à un défi quotidien au Maroc, face au poids des conservatismes, dans un pays où le concubinage peut mener en prison. Dans un vieil appartement du quartier Hassan, à Rabat, Ibtissam Lachgar et son ami Soufiane Fares vivent ensemble depuis plus de deux ans. "Je vis relativement bien ma liberté sexuelle. Pour l'instant, les voisins ne me dérangent pas. Mais c'est peut-être aussi parce que je suis propriétaire de mon appartement", déclare Melle Lachgar, cofondatrice en 2009 du Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI). Selon elle, les problèmes surgissent dès qu'elle sort de Rabat avec son compagnon. "Les choses deviennent plus compliquées lorsqu'on décide de passer la nuit à l'hôtel par exemple. On nous demande souvent de présenter un acte de mariage..." "Du coup, on préfère passer la nuit chez des amis ou des proches", dit-elle. En décembre dernier, Ibtissam Lachgar a participé à un "kiss-in" devant le parlement de Rabat pour dénoncer l'arrestation d'un couple d'adolescents de Nador (nord-est) ayant posté sur le réseau social Facebook la photo d'un baiser. Une quarantaine de personnes, dont une dizaine de couples, s'étaient donné rendezvous pour ce rassemblement symbolique. Ils avaient rapidement été pris à partie par des contre-manifestants les accusant d'"athéisme". Quant aux adolescents de Nador, ils ont finalement été acquittés, non sans avoir reçu un "blâme" du tribunal.

Assis près de sa compagne, Soufiane Farès dit pour sa part "assumer ses choix et ses actes", même si la loi marocaine interdit les relations sexuelles hors mariage et prévoit des peines d'un mois à un an de prison. "C'est un choix personnel tout à fait assumé, même si c'est difficile dans une société conservatrice", souligne l'étudiant en droit. "Être discret" A Casablanca, plus grande ville du Maroc avec ses cinq millions d'habitants, Ghassan Hakam et sa compagne Fanny Dalmau vivent eux sous le même toit depuis trois ans déjà. Bien qu'ils soient installés dans une grande ville, leur situation reste difficile à cause des voisins et de l'entourage. "J'essaie d'être discret car lorsque nous sommes avec ma compagne dans le quartier, je sens les regards, même s'ils ne disent rien", estime M. Hakam, qui prépare une thèse sur le théâtre marocain. Mais pour Fanny Dalmau, une Française, "les choses auraient été bien plus difficiles si j'avais été Marocaine". "J'aurais sûrement souffert encore davantage du regard et des préjugés", pense-t-elle. "Est-ce que je cause du tort à la société en choisissant de vivre avec la personne que j'aime sans acte de mariage?" s'interroge encore son concubin. "Normalement, la loi est là pour empêcher le mal et moi je pense que je ne fais aucun mal", enchaîne-t-il. Karim, un jeune entrepreneur fraîchement installé dans un quartier populaire de Rabat, est dans ce cas. "A cause des regards des voisins et des habitants du quartier, je ne vis plus avec ma copine", regrette-t-il, fustigeant "les regards pleins de préjugés des hommes au café en bas de notre immeuble". En décembre 2012, 22 associations féministes ont demandé l'abrogation de l'article 490 du code pénal, qui vise "toutes personnes de sexe différent qui, n'étant pas unies par les liens du mariage, ont entre elles des relations sexuelles". "Nous ne sommes pas favorable à cette dépénalisation, car ces relations sexuelles portent atteinte aux fondements de notre société", avait alors rétorqué le ministre de la Justice, Mustafa Ramid, issu du Parti justice et développement (PJD, islamiste). Selon une étude du ministère de la Santé réalisée en 2007, 36% des jeunes Marocains disent avoir eu des relations sexuelles hors mariage, mais seulement 15% des jeunes Marocaines. L'âge moyen du mariage, selon la même étude, est de 30 ans pour les hommes et 26 ans pour les femmes. (AFP)

Paris : Khadija Ryadi, militante des droits de l'homme non grata au CIUJ ? C'est un incident des plus désagréables auquel a été exposée l'ex-présidente de l'AMDH, Khadija Ryadi à Paris. Elle devait tenir une conférence, mardi à la maison de Norvège située au sein de la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP). Alors que l'accord avait été conclu deux semaines plutôt, la salle réservée lui sera interdite à quelques heures de l'événement, sous prétexte que la rencontre est « trop politique ». L'intervention, dans cette décision, de la maison du Maroc gérée par l'ambassade du royaume laisse l'association perplexe. Détails. L'ex-présidente de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH), Khadija Ryadi est-elle persona non grata à la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP) ? Hier en effet, elle devait présider une conférence organisée par l'AMDH Paris/Ile de France à la maison de Norvège située dans la CIUP. Mais « à la dernière minute, l'association a été privée de la salle réservée, au motif que la réunion serait « trop politique », d'après une note publiée par l'association sur sa page Facebook. « Cet avis nous a été donné après concertation avec le directeur de la maison du Maroc qui est, selon la CIUP, le "représentant légitime, un homme intègre et son avis compte pour nous" », explique l'organisation qui dénonce un « refus abusif ». De plus, selon l'AMDH, la maison de Norvège aurait insinué que Mme Ryadi est « indésirable » dans ses locaux. Une décision tombée à quelques heures de l'événement, ne laissant qu'un laps de temps aux organisateurs pour trouver un autre lieu de rencontre. L'accord pourtant conclu deux semaines avant l'événement « L'accord nous a pourtant été donné il y a deux semaines. C'est donc avec beaucoup de surprise que nous avons reçu le coup de fil de la veille, nous disant que la maison de Norvège ne pouvait plus abriter la conférence », nous explique Ouadi El Hankour, membre de l'AMDH Paris IDF. Mardi, il s'est rendu sur les lieux avec quelques collègues afin de prévenir les participants du changement de lieu. « Nous y avons

trouvé un vigile, qui à notre arrivée, a fait venir un policier qui devait s'enquérir de l'objet de notre visite. Ce que nous avons trouvé curieux », souligne ce MRE, militant des droits de l'homme. Malgré ces perturbations, selon M. El Hankour, la rencontre - qui a eu lieu dans une salle dans le 14ème arrondissement de Paris- a été un succès, avec la participation de plusieurs autres ONG locales des droits de l'homme. Mais pour l'ONG, l'incident du CIUP soulève des interrogations. « Comment la maison du Maroc gérée par l'ambassade marocaine peut intervenir pour empêcher la tenue de la conférence d'une organisation indépendante à la maison de Norvège gérée par l'ambassade de ce pays ? », s'interroge le militant. L'AMDH se demande comment sa rencontre peut être qualifiée de « trop politique » par la maison du Maroc, quand celle-ci accueille des ministres et des présidents de partis politiques marocains, dont le PJD. « Ce n'est pas la première fois qu'ils [les responsables de la maison, ndlr] nous mettent les bâtons dans les roues », remarque M. El Hankour. D'ailleurs, dit-il, l'AMDH a choisi la maison de Norvège pour sa rencontre d'hier, « parce que la maison du Maroc nous est souvent interdite ». Nous avons contacté la maison de Norvège, sans pourvoir obtenir la moindre réponse, tandis que la maison du Maroc est restée injoignable toute la matinée. La tournée de Ryadi, entachée par une certaine hostilité Une autre grande interrogation demeure quant au fait qu'une personnalité comme Khadija Ryadi, lauréate 2013 du prestigieux prix des Nations unies pour la cause des droits de l'homme, « soit indésirable dans un établissement qui entend promouvoir les droits de l'homme », s'indigne M. El Hankour. Signalons que cette militante des droits de l'homme est en tournée en Europe depuis début février. Elle a entamé une série de débats visant à amplifier les réclamations de libération de tous les détenus politiques et d'opinion au royaume. Après la Belgique la semaine dernière, elle a mis le cap sur la France. Et le désagréable incident de Paris n'est pas le premier du genre. Le 10 février dernier à Montpellier, une vingtaine de manifestants pro-régime arborant des affiches du roi Mohammed VI ont tenté d'empêcher la conférence qu'elle devait donner sur le thème du tabou de la répression au Maroc, rapporte Lyon Capitale, citant un témoin présent. Khadija Ryadi devrait se rendre à Lyon ce mercredi 12 février, pour une autre conférence, dans un amphithéâtre de Science Po. Reste à savoir si cet événement aura lieu dans les meilleures conditions. L'AMDH Paris a annoncé la publication d'un communiqué détaillé dans les prochains jours, dans lequel elle fera part des actions qu'elle compte entreprendre après l'incident du CIUP. (Yabiladi)

New York instaure des congés scolaires pour les fêtes musulmanes Au moment qu'en France, le système quitte la laïcité pour devenir de plus en plus laïciste et de plus en plus islamophobe, aux Etats-Unis, le système drague les musulmans en adoptant des mesures en leur faveur même au sein des écoles publiques. Bill de Blasio, le nouveau Maire de New York, a récemment pris la décision d'intégrer deux jours fériés correspondant aux deux fêtes de l'Aïd dans les écoles publiques. Cette décision a été très saluée par presque toute la communauté newyorkaise. Les musulmans de New York voient dans cette décision la réalisation d'un espoir de toute une communauté. Octobre 2013, Bill de Blasio a estimé que « Les élèves new-yorkais devraient bénéficier de jours de congés pour les principales fêtes musulmanes ». Le démocrate a aussi déclaré lors d'une rencontre avec des représentants de la communauté musulmane : « Nous devons respecter la foi de tous dans cette ville. Et c'est pour cela que nous devons respecter les musulmans, en faisant de l'Aïd des jours de vacances dans nos écoles ». Lors de cette rencontre, Bill de Blasio a souligné que des examens tombaient parfois le jour d'une fête musulmane, et que les enfants ne pouvaient pas à la fois respecter leur religion et leurs obligations scolaires. La mise-en-œuvre de cette décision serait exécutée dans un délai raisonnable afin de ne pas faire attendre les musulmans de la ville, a assuré le nouveau Maire de la ville, Bill de Blasio, quelques jours après son élection.

A New York, environ 13% des élèves new-yorkais sont musulmans. L'instauration des deux principales fêtes musulmanes dans le calendrier scolaire ne s'est jamais concrétisée à cause de l'islamophobie de l'ancien Maire, Michael Bloomberg, qui était très hostile à l'idée et s'est toujours opposé à sa mise-en-œuvre.

Syrie : La Russie soumet son projet de résolution à l'ONU Après avoir rejeté le projet soutenu par les Occidentaux et les Etats du Golfe, la Russie a présenté au Conseil de sécurité de l'ONU son propre projet de résolution sur l'accès de l'aide humanitaire en Syrie. "Nous avons présenté notre propre projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, devant la presse. Ce projet expose "notre vision du rôle que peut jouer le Conseil de sécurité s'il souhaite soutenir une solution au problème et ne pas dresser un camp contre l'autre", a ajouté le chef de la diplomatie russe après des entretiens avec son homologue égyptien. Le projet prévoyait des dispositions sur "la lutte contre le terrorisme" en Syrie, a précisé Sergueï Lavrov. Selon le ministre russe des Affaires étrangères, "Le terrorisme n'est pas un problème moins aigu (que celui de la crise humanitaire)". La Russie avait déclaré auparavant son intention d'opposer son véto au projet de résolution soutenu par les Occidentaux et les Etats arabes du Golfe. Ce projet visait à pénaliser le gouvernement syrien, selon la diplomatie russe.

Le Kremlin est le plus fidèle et le plus influent allié de Bachar el-Assad sur la scène internationale. Depuis le début du conflit en Syrie, il a opposé à trois reprises son véto à des résolutions visant à condamner le pouvoir syrien.

Yémen : Enlèvement d'un enseignant britannique à Sanaa Un enseignant britannique a été enlevé par des hommes armés, dix jours après l'enlèvement d'un autre Britannique à Sanaa où l'insécurité règne, ont indiqué jeudi un responsable des services de sécurité yéménites et un diplomate occidental. Enseignant dans l'institut de langue anglaise, le Britannique dont l'identité n'a pas été précisée, a été enlevé mercredi soir à son retour de l'institut où il donne des cours, a indiqué le responsable des services de sécurité. Le 3 février, un autre Britannique travaillant dans le secteur du pétrole avait été kidnappé par des hommes armés dans la même ville de Sanaa. Il a été emmené vers une destination inconnue, et son rapt n'a pas été revendiqué jusqu'à aujourd'hui. Le 31 janvier, l'enlèvement d'un Allemand a été signalé. Il est jusqu'à aujourd'hui encore détenu dans une zone tribale à l'est de Sanaa, selon un responsable du ministère des Affaires étrangères. L'enlèvement des étrangers est devenue une norme, une chose habituelle, au Yémen. Il est le plus souvent œuvre de tribus fortement armées, voulant faire pression sur le gouvernement pour céder à leurs revendications. Les otages sont le plus souvent libérés sains et saufs, exception faite de ceux qui tombent dans les mains d'Al-Qaïda. Ce groupement terroriste a récemment revendiqué

des enlèvements d'étrangers, notamment un enseignant sud-africain sous la menace d'être exécuté si une rançon n'est pas versée.

Pakistan : Un attentat ôte la vie à 11 policiers à Karachi Un attentat à la voiture piégée a ôté la vie à au moins onze policiers et en a blessé plus d'une quarantaine jeudi à Karachi, métropole pakistanais en proie à une vague de violences, ont annoncé les autorités. Cet attentat qui intervient au moment où les rebelles Talibans du TTP et le gouvernement ont entamé un second round de discussions dans le cadre du surprenant processus de paix relancé fin janvier par le Premier ministre Nawaz Sharif, n'a pas été revendiqué. "Une voiture remplie d'explosifs a percuté un bus transportant des responsables. Onze policiers sont morts", a déclaré Munir Sheikh, un des hauts responsables de la police locale. "Il semble bien s'agir d'un attentat suicide", a précisé le responsable pakistanais. Une cinquantaine de personnes prenaient place dans le bus. Selon des sources hospitalières, 47 personnes ont été blessées dans cet attentat terroriste. Selon les mêmes sources, une dizaine de blessées sont dans un état grave. Au moins 60 personnes ont été tuées dans des attentats au Pakistan depuis ce nouvel appel à des pourparlers de paix, il y a un peu plus de deux semaines. Neuf personnes ont connu la mort mercredi dans une attaque contre un comité anti-Talibans et treize mardi contre un cinéma pornographique de Peshawar, grande ville du nord-ouest. Le TTP, une coalition de groupes islamistes armés fondée en 2007, nie tout lien avec ces attentats terroristes. Ceci n'a qu'une seule explication : ces violences sont l'œuvre

de factions dissidentes de la rébellion, hostiles à tout rapprochement avec le gouvernement d'Islamabad. La ville de Karachi, port tentaculaire de près de 20 millions d'habitants bordé par la mer d'Arabie, est depuis quelques années le théâtre d'une guerre des gangs féroce sur fond de rivalités ethniques, désaccords politiques et économiques, violences interconfessionnelles et de la montée en puissance des Talibans. Le mois dernier, quelques jours avant l'appel à la paix du Premier ministre, les Talibans du Pakistan ont revendiqué un attentat contre Chaudhry Aslam, surnommé le "super policier" de Karachi, célèbre par sa direction d'un ensemble d'opérations antiTalibans et contre des puissants gangsters locaux. Selon les données du Comité de liaison entre la police et les citoyens (CPLC), organisme local recoupant les données sur la violence urbaine, 2.507 personnes ont été assassinées en 2013 à Karachi. Ceci fait de 2013 l'année la plus meurtrière depuis la tenue d'un registre au début des années 90. 2012 avait été jusque-là l'année la plus sanglante pour Karachi avec plus de 2.100 assassinats contre 344 cinq années avant sous le gouvernement militaire de Pervez Musharraf. Cette crescendo de meurtre a poussé de nombreuses personnalités à demander une opération de l'armée en zone urbaine.

Des malades palestiniens interdits d'entrée en Israël Une cinquantaine de malades palestiniens de la bande de Gaza ont été interdits par les autorités israéliennes d'aller se faire soigner en Israël. La cause : leurs dossiers portaient en en-tête les mots "Etat de Palestine". "Dimanche, des Palestiniens ont déposé une série de demandes (...) avec un document portant la mention 'Etat de Palestine'. Sur le champ, nous avons renvoyé ces documents et réclamé que les demandes soient faites sur les formulaires appropriés", a expliqué Guy Inbar, commandant et porte-parole de l'autorité militaire israélienne chargée d'accorder les permis d'entrée en Israël. Le commandant a ajouté que dix patients palestiniens dont les cas présentaient un caractère d'urgence ont été malgré tout autorisés à entrer en territoire israélien. Omar al Nasser, un responsable du ministère palestinien de la Santé, a affirmé à Ramallah, en Cisjordanie, que les formulaires à en-tête de l'Etat de Palestine étaient utilisés depuis un an et cela n'a jamais posé de problèmes. Auparavant, les papiers officiels portaient la mention "Autorité palestinienne". Novembre 2012, l'existence d'un Etat palestinien souverain a été implicitement reconnue par l'Assemblée générale de l'ONU qui lui a accordé à une large majorité le statut d'Etat non membre observateur.

Maroc : Badou Zaki est candidat Badou Zaki sort de son silence. Alors que la Fédération marocaine est toujours dans ses atermoiements liés à sa crise post-électorale, après le scrutin qui devait déterminer le nouveau président de l'instance, l'ancien international et sélectionneur des Lions de l'Atlas a officialisé sa candidature pour le poste laissé vacant depuis le départ de Rachid Taoussi. Neuf ans après après son passage au poste de sélectionneur du Maroc, l'ancien gardien de but du Wydad Casablanca a annoncé sur les ondes de Radio Mars, qu'il était disposé à reprendre du service. "Il est de mon devoir d'annoncer que je suis à la disposition de la fédération. Je n'ai pas besoin de déposer mon CV, la Fédération connait mes états de service et sait que je ne refuserai pas de servir mon pays. Nous avons l'échéance de la CAN 2015 qu'il faut préparer le plus sérieusement du monde", a notamment fait savoir Zaki, au cours de l'émission 'Al Marrikh Riyadi'. (Afrik.com)

Football: Hervé Renard prochain sélectionneur du Maroc L'entraîneur de Sochaux (1re division française), Hervé Renard, est la «priorité» du Maroc et devrait être le prochain sélectionneur des «Lions de l'Atlas», a-t-on appris jeudi auprès de son agent. Faouzi Elkejaa, seul candidat à la présidence, doit être élu à la fin de mois de mars, et «le contrat sera signé en avril», a dit l'agent. Hervé Renard devrait prendre en main la sélection marocaine, non qualifiée pour le Mondial-2014 au Brésil, à la fin du championnat de France en cours, pour les matches amicaux prévus contre la Russie (26 mais) et la Croatie (31 mai), a précisé M. Haijoub. (Le Soir)

Maroc: Mehdi Benatia menace de quitter l'équipe nationale Plus rien ne va au sein de l'équipe nationale marocaine de football. A dix mois, d'une CAN organisée au Maroc, les Lions de l'Atlas sont dans le flou artistique le plus total. Sans président de fédération, sans sélectionneur et sans réelle feuille de route… De quoi bien inquiéter le capitaine de la sélection à qui on va demander des comptes sur la performance de son équipe. Benatia semble déjà voir le malheur qui se profile à l'horizon. Mehdi Benatia ne pouvant plus supporter la situation de sa sélection, Mehdi Benatia a pris ses responsabilités devant l'opinion publique marocaine. Sur Radio Mars, l'intervention du défenseur central de la Roma, reprise par francefootball.fr, a été très rugueuse et menaçante. «On se demande dans quelle direction on va…Si je m'aperçois que toutes les conditions ne sont pas réunies pour faire une bonne Coupe d'Afrique, je me retirerai de la sélection», a-t-il déclaré avant d'être encore plus explicite : «Je préfère me concentrer sur mon club, plutôt que d'aller en sélection et être la risée du football africain. Moi personnellement j'en ai marre.» Dans le collimateur, les instances dirigeantes marocaines, engluées dans des querelles intestines. Et également l'état d'esprit de certains de ses coéquipiers : «En équipe nationale on s'aime et on se respecte tellement que personne n'a envie de prendre la place de l'autre. Je dis non à cet état d'esprit. On doit être des compétiteurs sur le terrain.». Comme quoi, un capitaine, ça doit à un moment donné frapper du poing sur la table pour siffler la fin de la récréation. (Africa Top Sport)

Des ados pour représenter le Maroc aux JO de Sotchi Le Maroc est représenté aux Jeux Olympiques de Sotchi par 3 athlètes, âgés de 16 à 19 ans. Malgré leur jeunesse, ils nourrissent des ambitions élevées pour ces olympiades. Zoom sur ceux qui défendront les couleurs nationales dans le froid sibérien. Seul représentant arabe avec le Liban, le Maroc sera représenté aux J.O d'hiver par trois athlètes : Adam Lamhamedi (ski alpin), Kenza Tazi (ski alpin) et Sami Lamhamedi (technicien et remplaçant en ski alpin). Kenza Tazi entre en lice le 18 février 2014 dans le slalom géant féminin, avant de revenir trois jours plus tard pour le slalom. De son côté, Adam Lamhamedi sera engagé dans le slalom géant masculin à partir du 19 février, et le slalom (22 février). Ils évolueront sous la houlette des entraîneurs Rémy Poccart et Martin Côte. Les plus grands espoirs de médaille marocaine reposent sur les épaules d'Adam Lamhamedi, 18 ans, qui a réussi l'exploit de remporter la médaille d'or du Super-G lors des Jeux olympiques de la jeunesse en 2012 en Autriche. Même s'il est encore inconnu, il croit en son potentiel. "C'est sûr qu'aux yeux de certains, j'ai peut-être brûlé des étapes. Mais ce qui joue en ma faveur, c'est que je figure parmi les meilleurs au Canada dans mon groupe d'âge. Ce n'est pas comme si je figurais parmi les derniers", a-t-il affirmé au journal québécois La presse. Sami Lamhamedi, le cadet des frères Lamhamedi (16 ans), confie de son côté: "j'espère de tout cœur réaliser un résultat satisfaisant pour notre pays et celui de notre père, nous sommes jeunes et participer dans un tel niveau va nous permettre de bien grandir". Kenza Tazi (17 ans), née à Boston, a découvert le ski en France et plus exactement

dans les Alpes où elle suit actuellement une formation sports-études près d'Albertville. "J'ai essayé de passer autant de temps que possible sur la neige. Chaque année, mes parents m'emmenaient en vacances pendant une semaine pour skier. Et chaque année mon amour pour ce sport grandit démesurément", a-t-elle déclaré à notre confrère Yabiladies. Soulignons enfin que le Maroc, le Togo et le Zimbabwe sont les seules nations du continent africain à participer à ce grand évènement. (H24Info)

Serie A : Adel Taarabt se sent bien au Milan AC Adel Taarabt n'a pas perdu beaucoup de temps avant de s'imposer à Milan. Pour sa première titularisation avec le club lombard, à l'occasion du déplacement à Naples, l'international marocain a ouvert son compteur de buts. L'attaquant des Lions de l'Atlas a rejoint les Rossoneri dans les dernières heures du mercato hivernal. L'ancien joueur de Tottenham semble déjà avoir trouvé ses marques au sein de l'effectif de Clarence Seedorf. Après seulement un match, ponctué certes d'un but et d'une vista bienvenue, Adel Taarabt se présenterait presque déjà comme le meilleur atout offensif actuel du Milan AC. Dans une interview accordée à L'Equipe, le Marocain a apprécié la marque de confiance du club lombard. « Peu de gens croyaient en moi. C'est d'abord Monsieur Galliani qui a été à l'origine de ma venue. Mais avec Seedorf, je n'ai eu que trois entraînements, ça s'est super bien passé et il a vu ma qualité technique. Il m'a demandé si je pouvais commencer et ça me convenait bien. En plus, j'ai profité du fait que Kaka et Honda étaient malades,» a-t-il expliqué avant d'ajouter : « Quand vous entrez dans le vestiaire et que vous voyez Kaka ou Robinho, ça vous fait quelque chose. Vous êtes intimidé car peu de gens me connaissaient. Mais je dois dire que Rami et Mexes ont été supers. Ils m'ont très bien accueilli. Surtout, ce club, c'est un truc de fou tellement ils te mettent à l'aise. C'est impressionnant, la ville entière est dédiée à Milan. Tu vas au restau, par exemple, on veut te donner la meilleure place… Tout le monde se met en quatre pour toi. Dans la rue, aussi. Et après mon but, des gens sont venus me saluer. Vous avez aussi un journal sportif, la Gazzetta dello Sport, dédié au foot. C'est vraiment géant », conclut Adel Taarabt. (Africa Top Sport)

Coupe du Roi: le Barça rejoint le Real pour une finale-clasico Le FC Barcelone a rejoint mercredi le Real Madrid en finale de la Coupe du Roi avec un nul 1-1 contre la Real Sociedad après un succès 2-0 à l'aller, ce qui promet un alléchant clasico mi-avril pour l'attribution du trophée. Au stade Anoeta, le Barça a pris l'avantage grâce à un exploit solitaire de Lionel Messi en contre-attaque (27), avant que le Français Antoine Griezmann n'égalise pour l'honneur d'une puissante reprise en fin de match (88). Cette qualification, fruit d'un match sérieux de la part du club catalan, lui permettra de briguer un 27e triomphe dans cette compétition, que le Real Madrid a pour sa part déjà remportée à 18 reprises. Pour la Real Sociedad, empêcher ces retrouvailles entre les deux grands d'Espagne est très vite devenu une mission impossible malgré le soutien de son bouillant public. Le club de Saint-Sébastien a bien essayé, pendant une vingtaine de minutes, de prendre de vitesse la défense du Barça, coupable d'erreurs inhabituelles ces dernières semaines.Mais l'entraîneur du Barça Gerardo Martino, qui a répété à plusieurs reprises que la coupe était "un objectif important", avait anticipé en alignant ensemble ses meilleurs manieurs de ballons (Xavi, Andres Iniesta et Cesc Fabregas) pour contrôler et calmer le jeu. Et dès que la Real a semblé baisser le pied, Messi a accéléré en contre: cerné par cinq défenseurs à l'entrée de la surface, le quadruple Ballon d'Or est parvenu à expédier une frappe que le gardien Enaut Zubikarai a insuffisamment freinée et qui est allée mourir au fond du but (27).

- Griezmann pour l'honneur – Ce huitième but de l'Argentin en 10 matches depuis son retour de blessure début janvier a brusquement refroidi Anoeta. Le public basque, qui espérait une "soirée historique", a baissé d'un ton. Il a soufflé de soulagement lorsque Pedro a raté son face-à-face avec Zubikarai (34) et a retenu son souffle quand le Mexicain Carlos Vela a contrôlé aux six mètres mais, trop court, a manqué son tir (35). Malgré plusieurs occasions franches de part et d'autres, le score n'a pas bougé non plus en début de seconde période. Iniesta a expédié un tir croisé au ras du poteau (57), le très remuant Vela a enroulé une frappe sur l'équerre de la cage catalane (55) et Zubikarai, devant Messi puis Fabregas, a évité le but du break (56). C'est finalement Griezmann, meilleur buteur de la Real en Liga cette saison (14 buts), qui a sauvé l'honneur d'une frappe puissante à l'entrée de la surface sur un ballon venu de la gauche (87). Avec cette qualification, voici Barcelone en lice pour décrocher un deuxième trophée cette saison après son sacre en Supercoupe d'Espagne contre l'Atletico en août (1-1, 00). Le 19 avril prochain, le Barça jouera sa quatrième finale de la Coupe du Roi en six ans: il a connu deux succès (2009, 2012) et une défaite, en 2011, contre le Real Madrid (1-0 a.p.). Pour le septième Real-Barça de l'histoire des finales de la coupe nationale espagnole, nul doute que le club blaugrana rêve déjà de prendre sa revanche. (AFP)

Real Madrid : Et Ancelotti reparle de la situation de Casillas… Si Iker Casillas est toujours remplaçant en Liga cette saison avec le Real Madrid, la situation de l'international espagnol ne pose visiblement aucun problème à Carlo Ancelotti. Véritable icône des supporters du Real Madrid depuis maintenant plus de dix ans, Iker Casillas vit depuis plusieurs mois une situation inédite dans sa carrière. Concurrencé par un excellent Diego Lopez, le gardien aux 151 sélections avec la sélection espagnole est relégué sur le banc en championnat depuis plusieurs mois. En bon diplomate, Carlo Ancelotti a néanmoins réservé les matches de Coupe du Roi et de Ligue des Champions au natif de Mostoles. « JE CROIS QUE ÇA LES MOTIVE TOUS LES DEUX » Interrogé aujourd'hui en conférence de presse sur ce choix étrange, Carlo Ancelotti s'est appuyé sur ce qu'il avait déjà réalisé lorsqu'il était aux commandes du Milan AC (2001-2009). « Au Milan AC, Abbiatti a commencé dans les buts mais il s'est ensuite blessé. Dida a bien joué pendant son absence et est resté. Ici c'est différent, parce que j'ai deux très bons gardiens de but et je veux être juste. Je crois que ça les motive tous les deux », a-t-il indiqué aux journalistes espagnols. CASILLAS : « MON AVENIR ? JE COMMENCE À ÊTRE LASSÉ DE CE SUJET » Alors que le manque de temps de jeu d'Iker Casillas l'a poussé ces derniers mois à réfléchir à la suite à donner à sa carrière, le gardien madrilène a tenu à mettre les choses au clair cette semaine. « Je ne veux plus parler de ça. J'essaye de profiter des matches que je joue. Je commence à être lassé par ce sujet. Moins on en dit, mieux c'est. Même si je ne joue plus régulièrement, je suis bien. La saison prochaine ? J'y penserai au moment opportun. Aujourd'hui, je ne pense qu'au présent et la conquête

de la Liga et de la Ligue des Champions », a-t-il confié dans des propos rapportés par Marca. (Le10Sport.com)

Coupe d'Angleterre: City élimine Chelsea et prend sa revanche Après deux défaites face à Chelsea depuis le début de l'année, Manchester City a pris sa revanche en huitième de finale de la Coupe d'Angleterre samedi avec une victoire 2 à 0, à l'Etihad Stadium, dont un but de Samir Nasri, de retour de blessure. Les Mancuniens ont dominé la rencontre face à une équipe de Chelsea rarement menaçante, sauf en toute fin de rencontre. Jovetic a ouvert la marque à la 15e, servi par Dzeko, d'une frappe croisée du droit. A la 67e, Samir Nasri, entré sept minutes plus tôt et qui faisait son retour après cinq semaines d'absence à la suite d'une blessure au genou, a enfoncé le clou sur un centre à ras-de-terre de Silva. Dès le début de la rencontre, les Mancuniens, finalistes malheureux de la Cup l'an dernier, ont mis la pression sur les Blues en monopolisant le ballon. Chelsea a bien haussé le ton après le premier but, notamment au milieu de terrain dans les duels, mais les Mancuniens n'ont jamais faibli, offrant une défense solide et un milieu de terrain agressif. Le retour de Torres sur le terrain pour Chelsea, entré à la 60e, n'a pas débloqué le compteur du leader de la Premier League, pourtant invaincu depuis douze matches. Il a fallu attendre les quinze dernières minutes pour croire à un possible réveil des Blues, avec notamment deux corners dangereux (84e et 85e) et un fort pressing dans la surface de Pantilimon. Les Mancuniens auraient même pu aggraver la marque avec un but de Lescott, refusé à la 75e pour un hors-jeu. Un peu plus tôt, Wigan, vainqueur surprise de la Cup l'an dernier juste avant de descendre en D2, a confirmé sa belle réussite dans cette compétition en allant s'imposer à Cardiff 2 à 1. Chris McCanna a ouvert le score à la 18e pour Wigan avant

que Cardiff n'égalise 9 minutes plus tard par Campbell. Mais à la 40e, Watson a donné sur coup franc la victoire à son équipe. Dimanche, deuxième choc de la Cup: Arsenal, à la peine en championnat, affronte Liverpool. Sunderland en quarts Sunderland a été le premier club à se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe d'Angleterre en battant Southampton 1 à 0, samedi, en ouverture des 8e de finale dont deux affiches: Manchester City-Chelsea et Arsenal-Liverpool. Sunderland, le club en forme du moment, a signé samedi son deuxième succès face à Southampton, 8e de Premier League, en trois rencontres cette saison (un nul 1-1 en Championnat). Grâce à ce succès, les Black Cats ont égalisé à 23 victoires partout en 61 confrontations avec les Saints, toutes compétitions confondues. C'est Craig Gardner qui a marqué le seul but de la rencontre du pied droit à l'entrée de la surface de réparation pour envoyer le ballon se loger dans la lucarne gauche (49e). En Championnat, les Black Cats ont remporté six des neuf dernières rencontres pour laisser la dernière place à Fulham. (AFP)

Athlétisme: Renaud Lavillenie efface un mythe en passant 6m16 Le Français Renaud Lavillenie est devenu samedi à Donetsk, en Ukraine, le premier perchiste de l'histoire à franchir 6,16 mètres et a ainsi effacé le record du monde en salle de Sergueï Bubka. Lavillenie, champion olympique aux Jeux de Londres en 2012, a battu d'un centimètre la marque du sextuple champion du monde ukrainien, qui l'a félicité personnellement puisqu'il assistait à cette réunion organisée dans la ville où il réside. Bubka, champion olympique à Séoul en 1988, avait établi le précédent record au même endroit, en 1993. "Il va me falloir du temps pour redescendre. C'est incroyable, c'était un record du monde tellement mythique", a dit Renaud Lavillenie, 27 ans, sur BFM TV après avoir réalisé ce que peu pensaient possible. "J'avais de bonnes dispositions en arrivant ici, l'échauffement était parfait. Je sentais que j'avais les moyens de faire quelque chose. On est là pour se faire plaisir", a-t-il ajouté. "Je me suis dit, 'donne tout ce que tu as, ça peut le faire'. C'est inimaginable. Je savais que j'avais le potentiel pour l'attaquer. Mais de là à le faire tomber assez rapidement, c'est autre chose. Je ne savais pas ce qu'il m'arrivait quand c'est passé. Il y avait un bruit de dingue, tout le monde se prenait dans les bras. Des émotions pareilles, c'est énorme." Bubka lui-même s'est levé et a applaudi son successeur au moment où celui-ci a franchi la barre, à son premier essai, avant de le rejoindre sur la piste.

"C'est fantastique (...) C'est un moment historique et je suis très heureux que Renaud le réalise à Donetsk, dans ma ville", a dit l'Ukrainien, aujourd'hui homme d'affaires et vice-président de la Fédération internationale d'athlétisme. "Je suis heureux. Mon travail est d'aider les athlètes à performer. L'athlétisme est ma vie. Je suis très heureux pour lui et pour l'athlétisme." Depuis quelques semaines, Renaud Lavillenie s'approchait du record. Il avait franchi 6,08 mètres il y a deux semaines en Pologne et utilise depuis quelques temps des perches plus longues. Samedi, il est pourtant passé près d'une désillusion. Après être parfaitement entré dans son concours, il n'a franchi 6,01 mètres qu'à son premier essai. Il a ensuite demandé que la barre soit placée à 6,16 mètres et a donc réalisé une performance historique. Il lui reste maintenant à s'attaquer au record en plein air, qui appartient toujours à Bubka. L'Ukrainien a sauté 6,14 mètres le 31 juillet 1994 à Sestrières, en Italie. Lavillenie a pour l'heure un record en plein air à 6,02 mètres et un autre objectif à atteindre en extérieur puisqu'il n'a jamais été champion du monde, se contentant d'une médaille d'argent et de deux en bronze. (Reuters)

Liga - Le Real ne quitte plus le Barça et l'Atlético Grâce notamment à un nouveau but de Benzema, le Real Madrid a facilement dominé Getafe (3-0) pour rejoindre le Barça et l'Atletico en tête de la Liga. Les Madrilènes sont deuxièmes à la différence de buts. En Liga, le trio de tête ne se quitte plus. Dimanche, le Real Madrid est allé battre facilement Getafe (0-3) pour le compte de la 24e journée de Liga. Même en l'absence de Cristiano Ronaldo, qui purgeait le deuxième de ses trois matches de suspension, les hommes de Carlo Ancelotti ont pu compter sur des réalisations de Jésé (5e), Karim Benzema (27e) et Luca Modric (24e). Avec 60 points, les Merengue reviennent ainsi à la hauteur du leader, le FC Barcelone, et de l'Atletico Madrid. Ils occupent la deuxième place grâce à une meilleure différence de buts (+44). Benzema dépasse Ronaldo Le Real Madrid n'a pas tardé à poser les bases de sa 25e victoire consécutive, toutes compétitions confondues. Dès la cinquième minute, l'espoir Jésé Rodriguez a profité d'un service de Gareth Bale pour ouvrir le score d'un tir dans la surface. A la 27e minute, le deuxième but est arrivé de l'autre côté, gauche, lorsque la transversale d'Angel di Maria a trouvé Karim Benzema, qui s'est chargé de convertir l'occasion à bout portant pour inscrire le 100e but du Real cette saison, son 105e personnel soit un de plus que le Brésilien Ronaldo. A la distribution sur le premier but, Gareth Bale aurait pu aggraver le score à la 33e mais son pied gauche n'avait rien de pratique pour transformer la remise de Benzema, auteur d'une belle percée dans l'axe. Finalement, Luca Modric a signé le troisième but, sa première réalisation en 2014, d'une frappe lointaine dans l'axe (66e). Avec trois équipes à égalité en tête au soir de la 24e journée, le Championnat d'Espagne reste le plus indécis depuis plus de 20 ans. (Eurosport)

Racisme et montée de l'islamophobie en Europe Le racisme est un système d'idéologies individuelles ou collectives selon lesquelles il existe des races dans l'espèce humaine et une hiérarchie entre elles. Les individus sont réduits à un ensemble de critères identitaires considérés comme spécifiques et sur lesquels il est porté des jugements de valeur : inférieurs, nuisibles, etc. Ces idéologies servent à légitimer des doctrines politiques racistes qui recherchent la colonisation du monde, la favorisation et la domination de leur race, considérée comme pure et supérieure, sur les autres ethnies raciales. L'idée d'une inégalité originelle et permanente entre les différentes races humaines est incontestablement l'une des croyances les plus anciennes et les plus universelles qu'a connu le monde depuis le début de l'histoire humaine. Cette pensée, qui stipule qu'un groupe ethnique est une communauté éminente par rapport au reste, vise à établir une véritable hiérarchie entre les différents groupes raciaux pour sacraliser et favoriser une lignée humaine considérée comme « race supérieure », légitimer la xénophobie des autres masses considérées comme « races inférieures » et la privation de leurs droits, et justifier la colonisation et l'asservissement des autres nations dont on souhaite annexer les territoires et exploiter leurs peuples. Ce concept de race et des inégalités raciales a entraîné très vite l'apparition du communautarisme et du racisme partout au monde. Déjà à l'époque antique, les anciens Grecs et Romains considéraient les autres peuples comme des « barbares », prohibaient toute union avec eux, et légitimaient leur colonisation et leur esclavage. Plus tard au 15ème siècle, l'expansion des Européens se soldait par un renforcement des attitudes xénophobes, racistes, colonialistes, et des génocides dans le nouveau monde. En 1853, Gobineau a publié son « Essai sur l'inégalité des races humaines ». A l'aide d'arguments n'ayant rien de scientifique, il prétendait que toutes les bonnes qualités et les idéaux humains ont été réunis chez d'anciens habitants de la Perse : les Ariens ou Aryens. Cette théorie a été reprise par les Européens qui assimilaient ces Aryens à tous les blancs d'Europe autres que les Juifs et les Slaves. Ces fantasmes ont entraîné

la colonisation de l'autre contrée du monde, l'extermination d'une grande partie de la population des autres ethnies et l'esclavage du reste. A partir de la seconde moitié du 19ème siècle, les superpuissances européennes étendaient leur domination sur le reste du monde. Sûr de la supériorité de sa culture et de sa race ethnique, l'Europe se lançait une nouvelle fois dans les conquêtes coloniales et les crimes contre l'humanité sous-couvert d'apporter la civilisation au reste des races humaines estimées « inférieures ». Dès les années 1880, la chasse aux colonies s'accélérait. Les dirigeants politiques se convertissaient à des guerriers qui visaient le monopole des sources de la puissance : richesses naturelles et humaines ; et les humanistes et les religieux, convaincus de leur supériorité et de leur mission civilisatrice, se transformaient à des terroristes qui miraient l'universalisation forcée de leurs idéaux et de leur foi chrétienne. Pour manipuler le monde et légitimer leur politique colonialiste dans les territoires qu'ils estimaient « arriérés », ces ethnocentristes Européens avançaient qu'ils apportaient les bienfaits de leur civilisation aux autres peuples. Ils alléguaient qu'ils vont mettre fin aux guerres locales, sauver les attardés de la pauvreté et l'obscurantisme, développer l'infrastructure, ouvrir des écoles et des hôpitaux, et réaliser autant de progrès socioéconomiques. Quand on observe aujourd'hui la situation actuelle des colonisations d'hier, on se rend compte que les slogans publicitaires de la politique colonialiste européenne n'étaient que des opiums pour trahir le monde et favoriser la politique expansionniste des seigneurs européens. Ces peuples ont vécu hier une histoire sanglante de l'impérialisme européenne, et aujourd'hui ils continuent à vivre dans la pauvreté, l'obscurantisme, les crises socioéconomiques, et subissent la terreur et l'humiliation pratiquées par la masse dirigeante mise au pouvoir par les colonialistes européens et soutenue financièrement et militairement par l'union européenne et la maison blanche pour maintenir leur règne et favoriser leur politique extérieure et leurs intérêts impérialistes. Aujourd'hui en Europe, une grande partie de ceux qui ont quitté les anciennes colonisations pour partir vivre dans le continent européen subsiste grâce à la solidarité sociale, habite des logements nauséabonds, et vit dans des conditions horribles. Le revenu familial de cette gente stigmatisée par des étiquettes ségrégationnistes tel que : sales arabes, racailles, bougnouls, etc., est excessivement inférieur à la moyenne nationale de leurs pays européens. Les meilleurs emplois sont réservés aux autochtones européens, tandis que les travaux subalternes reviennent aux allochtones. Ces étrangers sont considérés par les ethnocentristes de l'Europe comme un péril pour la culture, l'identité et les valeurs européennes. Ils sont regardés comme une menace pour l'ordre public et la sécurité des aborigènes européens qui doit subir un ethnocide à travers une guerre idéologique et médiatique qui vise la destruction de leurs cultures (Guerre contre l'Islam et le communisme à titre d’exemple), voire un génocide pour exterminer leurs races (Interventions militaires en Afghanistan, Irak, etc.). Deux poids, deux mesures. A la moindre erreur, les gouvernements européens et leurs médias n'hésitent pas à dénoncer haineusement les « racailles de banlieue » en les traitant des fois par les « nazis de banlieue », et en parallèle, ils dénient l'égalité des citoyens en fermant les yeux face au racisme ancré dans la mentalité d'une partie des

journalistes et des Hommes de la politique… Sans parler de l'exploitation prostitutionnelle sauvage, la violence sexuelle et les actes racistes violents que subissent les allochtones dans ces pays des droits de l'Homme.

Pour offrir à l'Islam sa vraie image Le Coran est la source des lois islamiques, la fontaine de la Sunna prophétique, et la référence de la compréhension de l'Islam. Ce Livre est la révélation divine qui renferme toutes les lois islamiques qui gouvernent la nation de l'Islam, montrant ce qu'il est sage de prescrire ou d'interdire. Ses règles définissent des libertés, mais imposent aussi des contraintes. Elles autorisent et protègent la liberté individuelle et la propriété privée, et limitent la jouissance afin qu'elle ne soit pas nuisible à l'intérêt commun. Sa justice dénonce le favoritisme judiciaire, proclame l'égalité des chances pour accéder au pouvoir, au savoir, au travail, et au reste des domaines de la vie commune, et appelle à l'instauration d'une nation islamique sans classes où il n'y aura ni exploitants ni exploités, ni oppresseurs ni oppressés, ni dominants ni dominés, et dans laquelle l'esclavage sera aboli et le citoyen n'obéira pas à des individus particuliers, mais à des personnes qui représentent l'autorité légale fondée sur des lois (Coran) que le pouvoir est seulement chargé de mettre en œuvre et des règlements (Choura) qui s'appliquent à tous les citoyens, qu'ils soient musulmans ou non, de la même façon. Le fait que le Coran proclame une nation égalitariste et méritocratique où la concurrence dans les domaines de la vie politique et socioprofessionnelle sera pure et parfaite, terrorise ceux qui ont peur de perdre leur prestige et leur domination. Le fait que son enseignement cherche à apprendre aux musulmans l'amour, l'entraide, la charité, le respect de l'autre quels que soient son sexe, sa race, sa nationalité, ses croyances, sa classe sociale et son statut professionnel, et à vivre paisiblement entreeux et avec le reste de l'humanité, achoppe les intérêts de ceux qui aspirent à dominer la société, conquérir le monde, exploiter la gente féminine, et esclavager le reste de l'humanité. Et ce sont ces gens terrorisés et embarrassés par les enseignements et les appels du Coran qui se sont révoltés contre l'Islam et pour inverser ses symboles et éteindre sa Lumière, ils ont donné naissance à des Hadiths qui légitiment leurs passions malsaines et leurs tendances perverses (machisme, esclavagisme, colonialisme, terrorisme, totalitarisme, expansionnisme, etc.) attribués

mensongèrement au meilleur homme qu'a connu l'histoire humaine (sws), à ses épouses et ses compagnons (rda), et aux meilleurs imams qu'a connu la nation de l'Islam (rha). Pour s'emparer du pouvoir, ces gens ont inventé des Hadiths qui offrent aux mâles Quraychites le monopole de la gouvernance de la nation de l'Islam. Pour la même raison, d'autres gens ont inventé d'autres Hadiths qui offrent le monopole de la gouvernance de la nation de l'Islam aux descendants de la famille du Prophète (sws). Pour coloniser le monde et justifier l'esclavage, des arabistes ont forgé des Hadiths (et aussi des Tafassirs) qui légitiment l'assassinat des non-musulmans, le brigandage de leurs biens, l'exploitation sexuelle de leurs femmes, et l'esclavage de leurs enfants. Pour exclure la femme et justifier sa privation d'une grande partie de ses droits, des machistes ont forgé des Hadiths qui sacralisent la gente masculine, dévalorisent la femme et font d'elle un objet destiné aux plaisirs des hommes qu'on achète moyennant une somme d'argent et qu'on confine dans les appartements pour assurer la continuation de l'humanité et s'occuper de l'éducation des enfants et les travaux domestiques. Et même pour légitimer la pédophilie et l'exploitation sexuelle des fillettes qui n'ont pas atteint l'âge de dix ans, des pervers ont donné naissance à des Hadiths qui salissent l'image du Prophète de l'Islam (sws) et autorisent le mariage des adolescentes et des enfants. Les musulmans, qui ont dénoncé la falsification et se sont révoltés contre l'injustice des hypocrites qui se sont camouflés à travers l'histoire sous la couverture des « Emirs des croyants » et « Cheikhs de l'Islam », ont eu comme sort la prison voire l'assassinat légitimé aussi par des Hadiths qui déclarent « apostats passibles de la peine de mort » ceux qui se rebellent contre le pouvoir ; sans parler de leurs ouvrages qui ont été brûlés, voire dénaturés comme ont été dénaturés les Hadiths de Muhammad (sws). Les gouverneurs qui ont fait l'exception et qui avaient l'intention de rétablir la justice islamique et de redonner à l'Islam sa vraie image ont été assassinés (Omar Ibn Abd alAziz à titre d'exemple). Les lâches qui ont eu peur de la tyrannie gouvernementale, n'ont pas eu le courage de se rebeller contre le courant dominant, et ont préféré la garde du silence. Quant aux analphabètes et aux ignares qui ignorent le Coran qui est la source des lois islamiques et la fontaine de la Sunna prophétique, ils se sont trouvés face à des déviances qui l'ont pris pour normes ; ils sont facilement tombés dans le piège des hypocrites en croyant bêtement à leurs saletés idéologiques et en les suivant aveuglement dans leur injustice, leurs politiques machistes, colonialistes, esclavagistes, et leurs crimes contre l'humanité. Bon champ semé, bon blé rapporte ; et qui sème le vent, récolte la tempête. Nos prédécesseurs ont semé le vent en dénaturant la pensée islamique et en salissant l'image de la meilleure religion qu'a connu l'histoire humaine avec leurs passions malsaines et leurs tendances perverses (machisme, esclavagisme, terrorisme, totalitarisme, colonialisme, etc.). Ils ont massacré la gente féminine et ont donné naissance à des crimes contre l'humanité. Et cela fait des siècles qu'ils sont en train de récolter la tempête et les fruits amers des injustices et des barbaries qu'ils ont commis sur terre au nom d'un faux-islam. Aujourd'hui, pour offrir à l'Islam sa vraie image et permettre à la pensée islamique de briller une nouvelle fois, une réformation de la pensée islamique et une révision des Hadiths, s'obligent. Il faut faire table-rase de tout ce qui est dit et pensé par les

spécialistes de la pensée islamique. Il faut écarter toutes les illusions et les vérités faisant partie de notre conception de la religion islamique et qui ont comme source, l'être humain. On va écarter même les Hadiths prophétiques jugés « authentiques » pour retrouver la source de la Vérité et toutes les lois islamiques : le Coran. Par l'intermédiaire de ce Livre, on va faire la distinction entre « ce qui est islamique » et « ce qui est innovation ». A travers les textes coraniques, on va juger les œuvres des savants et leurs authentifications des Hadiths. En se basant sur le Coran, on va faire la distinction entre les savants qui visent la glorification de l'Islam et les imams qui visent la destruction de cette belle religion pour faire plaisir à leurs passions malsaines et donner un cadre légitime à leurs tendances perverses (machisme, esclavagisme, colonialisme, terrorisme, totalitarisme, etc.). Quant à ceux qui parlent de la Sunna à chaque fois que quelqu'un parle des Hadiths, ils doivent savoir que le Coran et la Sunna sont les deux faces de la même monnaie : Islam. Muhammad (sws) était un modèle du Coran qui marchait sur terre. Il était un Légiste qui maîtrisait parfaitement le Coran et veillait à l'application parfaite des valeurs, normes, et pratiques islamiques. Mais il n'était jamais un Législateur qui avait une part dans l'ordre divin pour pouvoir abolir les lois coraniques et instaurer des lois faisant plaisir aux passions malsaines des hypocrites de sa tribu qurayshite et légitimant leurs tendances perverses (machisme, esclavagisme, terrorisme, colonialisme, totalitarisme, etc.). Le Coran est l'aspect théorique de la religion islamique, et la Sunna est son aspect pratique. Le Coran est une source législative, la Sunna est une source explicative et illustrative de la source législative (Coran). Certaines actions et certains commandements sont mentionnés sommairement au Livre Saint, et le Prophète (sws) les a exposé à travers sa Sunna. La prière, à titre d'exemple, est une pratique qui est ordonnée théoriquement au Coran et Muhammad (sws) a enseigné son accomplissement par la pratique (même chose pour le pèlerinage). La Sunna est un ensemble des activités (prière, pèlerinage, etc.) qui s'enseigne et s'hérite d'un père à son fils, d'un imam à ses élèves, et d'une génération à l'autre par la pratique et qu'on n'a pas besoin des recueils de Hadiths ou d'autres sources écrites pour l'apprendre. Quant à l'assassinat des apostats, l'islamisation des non-musulmans par la force, les politiques colonialistes et esclavagistes, le mariage des fillettes et des adolescentes, et le reste des horreurs et des saletés idéologiques légitimées par des Hadiths jugés « authentiques » par la majorité des membres des groupements sectaires qui cherchent l'inversion des symboles de l'Islam et l'éteignement de sa Lumière, ils sont des pratiques en parfaite contradiction avec le Coran qui est la source des lois islamiques et la fontaine de la Sunna prophétique, qui ont été anciennement inventées et attribuées mensongèrement à Muhammad (sws) par « les ennemis internes de la nation de l'Islam » pour donner un cadre légitime à leurs horreurs et leurs saletés idéologiques, et qui ont été récemment utilisées par « les ennemis externes de la nation de l'Islam » pour s'attaquer à la noblesse de la religion islamique et salir la réputation du meilleur homme qu'a connu l'histoire humaine, qui doivent être rejetées pour donner à l'Islam sa pureté et sa vraie image.

Halte ! Le silence tue… Chaque jour, chaque minute, des milliers de femmes sont humiliées et maltraitées partout au monde de l'Islam. Elles subissent la violence physique et verbale des hommes et leur barbarie sexuelle, et elles se taisent. Pour protéger leur couple et l'honneur de leur famille « la femme divorcée est perçue comme une tare dans ces sociétés machistes », ces femmes acceptent de souffrir en silence. Certes, « Speech is silver, but silence is gold ». Certes, les moments de silence sont aussi précieux que les moments de parole. Mais pas tout silence est positif. Pas tout silence est rapporteur de bons fruits. Certains silences sont négatifs et donnent naissance à des fruits mauvais. Ils détruisent la santé humaine et nuisent à la psyché et au mental des êtres humains. La souffrance en silence accumule le stress. Ce phénomène est souvent décrit comme l'un des plus graves problèmes modernes et comme l'une des grandes maladies de notre époque. Engendré par l'ensemble des contraintes et des pressions que la femme subit quotidiennement, il serait à l'origine de la plupart des maladies coronariennes, des ulcères à l'estomac ou encore de dépressions qui peuvent conduire jusqu'à la froideur sexuelle, la stérilité, la folie, la criminalité voire le suicide (cf. le nombre des femmes qui se suicident après avoir tué leur mari et leurs enfants dans la société marocaine et le reste du monde arabo-musulman). La détresse psychologique qui prend souvent la forme de troubles anxieux, dépression, problèmes de concentration, insomnie, irritabilité, est des fois, signe d'une surcharge et d'une accumulation de problèmes qui étouffe la psyché humaine. En arrivant à ce stade, la femme n'a plus intérêt de garder le silence. Elle doit parler et communiquer sa détresse pour se décharger et extérioriser ces mauvais énergies qui asphyxient sa psyché et perturbent sa vie avant que ça soit trop tard. En parallèle de cette vidange, la femme pour s'en sortir de cet état, elle doit surveiller la qualité de l'alimentation qu'elle offre à son corps. Lors d'une détresse psychologique, le corps de la femme a besoin des aliments riches énergétiquement, mais p

Add a comment

Related presentations

Related pages

Le Journal du mardi 20 janvier - 13h GMT - YouTube

Le Journal du lundi 19 janvier - 19h GMT - Duration: ... Le Journal du mardi 20 janvier - 17h GMT - Duration: 14:22. Africa 24 311 views.
Read more

20 janvier — Wikipédia

Le 20 janvier est le 20 e jour de l'année du ... ainsi que le 20 janvier (baptême du christ), il est le seul saint fêté trois fois dans l'année ...
Read more

Le journal du 20 janvier 2009 - YouTube

Le journal du 20 janvier 2009 Vœux du Grand Alès : retour sur la cérémonie qui a rassemblé 3 000 personnes le 16 janvier sur la zone ...
Read more

Le 20h de France 2 : journal télévisé du 20 janvier ...

Revoir le JT de 20h du mardi 20 janvier 2015 en replay. ... il était l'invité du journal de 20 heures de France 2, mardi 20 janvier.
Read more

Le Grand Débat du Mercredi 20 Janvier 2016 - Radio Africa ...

Le Journal Des Auditeurs; ... au jour le jour, le regard d’Africa N°1 sur l’actualité en France, ... Le Grand Débat du Mercredi 20 Janvier 2016 :
Read more

Le journal des transferts du 20 janvier | [VIDEO] - Yahoo ...

Regarder la vidéo Le journal des transferts du 20 janvier sur Yahoo Sport France. Chelsea négocie pour Ezequiel Lavezzi, ...
Read more

Le JT de 20 Heures de France 2 - Francetv info ...

... et chaque jour à la fin du journal le dossier de la ... Le JT de 20 Heures du dimanche 1er mai 2016 est présenté par Laurent Delahousse sur ...
Read more

Journal du 20 janvier - Le site de l'Eglise Catholique en ...

Le journal de Cathobel du 20 janvier 2016 Jean-Jacques Durré et Anne-Françoise de Beaudrap Pas d'article similaire. Je m’abonne : Journal Dimanche;
Read more

Le journal des transferts du 20 janvier

... voici le sommaire du journal des transferts du 20 janvier. ... voici le sommaire du journal des transferts du 20 janvier. ...
Read more

Janvier 2000 — Wikipédia

Samedi 1 er janvier 2000. Monde : date à laquelle devait ... Cambodge : décès de Chean Vam, premier ministre entre le 20 février et le 14 ...
Read more