advertisement

Conférence UTOPIA "Les Villes Zéro déchets, un objectif réalisable?"

50 %
50 %
advertisement
Information about Conférence UTOPIA "Les Villes Zéro déchets, un objectif réalisable?"

Published on March 12, 2014

Author: sdececco

Source: slideshare.net

Description

Conférence du 11 mars 2014 à la Maison des Sciences Economiques, 106 - 112 boulevard de L'Hôpital - Paris 13ème.
Mouvement UTOPIA, Mediapart, Alternatives Economiques et le Centre d'économie de Paris Nord
advertisement

ZÉRO  DÉCHETS:   Principes  et  exemples  concrets   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   1   Sandro  De  Cecco     sandro.dececco@gmail.com   Info:  zerodechets.wordpress.com!

Par5e  1:   Revue  cri5que  du  cycle  des  déchets,   comparaisons  interna5onales   •  Par;e  1)  Revue  cri;que  du  cycle  des  déchets,  comparaisons  na;onales  et  interna;onales   •  Par;e  2)  Sor;r  du  modèle  basé  sur  le  couple  incinérateurs/décharges,  le  cas  de  l’  I-­‐d-­‐F.     •  Par;e  3)  Changement  de  paradigme,  vers  une  société  zéro-­‐dechéts,  exemples   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   2   Sandro  De  Cecco     sandro.dececco@gmail.com   Info:  zerodechets.wordpress.com!

Revue  des  stratégies  de  ges;on  des  déchets  municipaux   comparaisons  na;onales  et  interna;onales   Managing municipal solid waste — a review of achievements in 32 European countries EEA Report No 2/2013 ISSN 1725-9177 Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   3   Sources:   Etat  de  l’art  de  la  collecte  séparée  et  de  la  gestion  de  proximité  des  biodéchets – Analyse comparative 1 Étude  réalisée  pour  le  compte  de  l’ADEME  par  AWIPLAN (Jean-Michel SIDAINE, Magali GASS) Contrat n° 1006C0038 Coordination technique : Olga KERGAVARAT – Service Prévention et Gestion des Déchets - Direction Consommation Durable et Déchets - ADEME Angers RAPPORT FINAL Juin 2013 ÉTAT  DE  L’ART  DE  LA  COLLECTE  SÉPARÉE  ET  DE   LA GESTION DE PROXIMITÉ DES BIODÉCHETS PARTIE 1 : ANALYSE COMPARATIVE Juin 2013 Étude  réalisée  pour  le  compte  de  l’ADEME  par  AWIPLAN (Jean-Michel SIDAINE, Magali GASS) Contrat n° 1006C0038 Coordination technique : Olga KERGAVARAT – Service Prévention et Gestion des Déchets - Direction Consommation Durable et Déchets - ADEME Angers “Zero  Waste   France”  1  fev.   2014  Bobigny  

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   4   d’un  Français   588  kg   Ordures  ménagères  résiduelles  :  298  kg/hab/an   Collectes  sélec;ves  :  106  kg/hab/an   Déchèteries  :  184  kg/hab/an   37,8  millions  de  tonnes   Panorama  des  déchets  en  France   Zoom  sur  les  déchets  ménagers  et  assimilés   Impact  économique:     Ges5on  des  déchets  municipaux    =  7,8   milliards  d'euros  en  2010     TEOM  :  +  154  %  entre  2001  et  2008    

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   5   22%  de  carton  et  papier   11%  d’emballages   plas5que   13%  de  verre   10%  de  tex5les   3%  de  métal   32  %  de  déchets  organiques   9%  de  déchets   non  valorisables   Panorama  des  déchets  en  France   Le  contenu  de  nos  poubelles       500  kg  de  déchets  municipaux         3500  kg  de  déchets  industriels     50  000  kg  de  ressources   dont  16  000  kg  de  ma;ères     premières    

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   6   3   243   1   1   3   1   17   14   12   22   26   1   3   3   3   2   0   0   50   100   150   200   250   Agriculture   pêche   Industrie   Construc;on  BTP   Traitement   déchets/eau   Ter;aire   Ménages   Déchets  minéraux   Déchets  non  minéraux     non  dangereux   Déchets  dangereux   Soit  355  millions  de  tonnes  de  déchets   •   250,8  millions  de  tonnes  déchets  minéraux   •   92,7  millions  de  tonnes  de  déchets  non  minéraux  non  dangereux   •   11,5  millions  de  tonnes  de  déchets  dangereux   Panorama  des  déchets  en  France   La  produc5on  de  déchets  en  France  en  2010  

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   7   antillons d’ordures ménagères résiduelles ont été séchés, en 1993. part des déchets d’activités économiques représente 0 5 10 15 20 25 30 35 % Déchetsputrescibles Cartons Papiers Plastiques Verre Métaux Textiles sanitaires Textiles Autres DEME «La composition des ordures ménagères et assimilées en France - Campagne nationale de caractérisation 2007» - www.ademe.fr/publicat ce : ADEME - MODECOM™ - Campagne nationale de caractérisation 2007. www.ademe.fr/dechets Figure 6 - Composition des ordures ménagères Collectes des ordures ménagères résiduelles (OMR) et collectes séparées Composi;on  des  déchets  municipaux  

11Managing municipal solid waste 0 100 200 300 400 500 600 700 800 2001 2010 Kg per capita Austria Belgium Czech Republic G erm any D enm ark Finland France G reece H ungary Italy Sw itzerland Luxem bourg Latvia N etherlands Rom ania Sw eden Slovenia Slovakia Estonia Ireland Cyprus Poland Portugal Spain Lithuania Bulgaria U nited Kingdom Iceland * N orw ay EU -2 7 Croatia ** Turkey M altaFigure 2.2 Municipal waste generated per capita, 2001 and 2010 Note: (*) 2008 data used for 2010. (**) 2004 data used for 2001. According to Eurostat the comparability of the data over time is high. However, some breaks in the time series are documented, which can influence the comparability between countries and within a country. Generally, the quality of the data has improved during the period 2001–2010. Source: Eurostat, 2012c; ETC/SCP, 2013b. municipal waste generation. If the figures are compared for the years 2001 and 2008, 26 countries recorded an increase and six countries a decrease. This suggests that the economic downturn that started in 2008 may have caused a reduction in municipal waste generation per capita. Overall, however, the picture is mixed and there is no clear evidence of improved waste prevention across countries between 2001 and 2010. recycled has declined slightly since 2008. 0 50 100 150 200 250 300 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Million tonnes No information about treatment Landfilling Incineration Recycling Figure 2.3 Development of municipal waste management in 32 European countries, 2001–2010 Note: The figure covers the EU-27 Member States, Croatia, Iceland, Norway, Switzerland and Turkey. Source: Eurostat, 2012a, 2012c; ETC/SCP, 2013a, 2013b, 2013d, 2013e, 2013f. Produc;on  et  ges;on  des  D.M.  en  Europe   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   8  

Note: Recycling includes material recycling and composting/digestion. Recycling rates are calculated as a percentage of municipal solid waste generated. 2008 data were used for Belgium, Germany, France, Hungary, Romania and Slovenia. 2009 data were Map 2.1 Regional recycling rates for municipal solid waste, 2008/2009 70°60°50° 40° 40° 30° 30° 20° 20° 10° 10° 0° 0°-10°-20°-30° 60° 50° 50° 40° 40° 0 500 1000 1500 km Recycling of municipal waste, 2008/2009 30–< 40 % 40–< 50 % 50–< 60 % 60–< 70 % 70–< 80 % 80–< 90 % 90–100 % Outside data coverage 20–< 30 % 10–< 20 % 0–< 10 % Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   9   Taux  de  Recyclage   par  région  en  Europe  

Modes  de  ges;on  des  D.M.  -­‐  Europe   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   10   Incinéra;on  ~  33%,  enfouissement  ~  33%,  compostage+recyclage  ~  33%  

CHIFFRES CLÉS DÉCHETS - ÉDITION 2012 11 d’activités économiques représente s en charge par le service public, soit s en 2007. Selon le type d’habitat, la re 17% en rural et 24,6% en urbain. 0 5 10 15 20 25 30 35 % Déchetsputrescibles Cartons Papiers Plastiques Verre Métaux Textiles sanitaires Textiles Autres n des ordures ménagères et assimilées en France - Campagne nationale de caractérisation 2007» - www.ademe.fr/publications OM™ - Campagne nationale de caractérisation 2007. www.ademe.fr/dechets Figure 6 - Composition des ordures ménagères Collectes des ordures ménagères résiduelles (OMR) et collectes séparées CHIFFRES CLÉS DÉCHETS - ÉDITION 2012 11 La part des déchets d’activités économiques représente 22% des déchets pris en charge par le service public, soit 4,4 millions de tonnes en 2007. Selon le type d’habitat, la proportion oscille entre 17% en rural et 24,6% en urbain. 0 5 10 15 20 Déchetsputres Cartons Papiers Plastiques Textiles sanitaires Textiles Autres Source : ADEME - MODECOM™ - Campagne nationale de caractérisation 2007. www.ademe.fr/dechets En millions de tonnes Déchets organiques municipaux (1) 34,7 Déchets d’assainissement collectif 9,0 Déchets de cuisine (DC) (1) 7,4 0,6 (1) 6,8 Papiers cartons textiles sanitaires(1) 7,5 Déchets verts des collectivités 0,9 Déchets verts des ménages (DV) 10,0 1,2 3,1 1,1 4,5 Autres déchets organiques(2) 6,5 Déchets verts des entreprises 0,9 IAA 3,0 Papetiers 1,8 Autres industries 0,8 TOTAL DÉCHETS ORGANIQUES (hors agriculture) 41,2 La production de déchets organiques en France en 2007 Figure 9 - Production des déchets organiques hors déchets de l’agriculture et de la sylviculture (1)Y compris déchets des activités économiques collectés séparément ou avec les ordures ménagères (2) Hors papiers et cartons en recyclage matière Source : ADEME La production de déchets en France Produc;on  de  déchets  municipaux  en  France   mance des collectes de déchets par habitant type de collecte En kg/hab./an Ordures ménagères résiduelles (OMR) 298,3 Matériaux secs 45,9 Verre 29,0 Biodéchet et/ou déchets verts 18,1 Encombrants 12,3 Déchèteries 184,0 TOTAL 587,6 habitant en 2009 Figure 12 - Performance des collectes de déchets Figure 13 - Évolution des déchets collectés par type de collecte collecte des OMR a tendance à baisser, les Q 2005 Q 2007 Q 2009 0 50 100 150 200 250 300 350 DéchèteriesEncombrantsBiodéchetsMatériaux secsVerreOMR Kg/hab./an CHIFFRES CLÉS DÉCHETS - ÉDITION 2012 9 Figure 3 - Collecte des déchets par le service public 2005 2007 2009 0 100 200 300 400 500 600 700 181 396 203 391 214 374 Q Ordures ménagères Q Autres (Déchets verts, encombrants, apports en déchèteries) Kg Avertissement Depuis la mise en place de l’enquête collecte 2005,le calcul de la production d’ordures ménagères par habitant se base sur les résultats obtenus depuis 2005. Les résultats obtenus (figure 3) ne sont pas directement comparables aux séries précédentes qui utilisaient une méthode basée sur l’exploitation des données issues des enquêtes sur les installations de traitement des ordures ménagères (ITOM). Source : ADEME - Enquête collecte Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   11  

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   12   Les  objec5fs  français   ü  Déchets  ménagers  :  -­‐  7  %/hab.  entre  2010  et  2020   ü  Recyclage  :  45  %  en  2015  pour  les  ménages   ü  Recyclage  des  déchets  banals  des  entreprises  :  75  %  en  2012   ü  Recyclage  des  emballages  :  75  %  en  2012   ü  Incinéra;on  et  stockage  :  -­‐  15  %  entre  2008  et  2012   ü  Tri  et  collecte  séparée  des  biodéchets  des  gros  producteurs   Les  objec5fs  européens     ü   Recyclage  de  50  %  des  déchets  municipaux  en  2020   ü   Détournement  des  déchets  organiques  de  la  mise  en  décharge   «   Le   Parlement   européen   est   d’avis   que   le   7ème   programme   d’ac;on   devrait   prévoir  la  mise  en  œuvre  intégrale  de  la  législa;on  sur  les  déchets,  notamment  le   respect   de   la   hiérarchie   dans   le   traitement   des   déchets,   tout   en   veillant   à   la   cohérence  avec  les  autres  poli;ques  européennes;  es;me  qu’il  devrait  fixer  des   objec1fs  plus  ambi1eux  en  ma1ère  de  préven1on,  de  réemploi,  de  recyclage,   notamment   une   ne<e   diminu1on   de   la   produc1on   de   déchets,   un   refus   d’incinérer  les  déchets  suscep1bles  d’être  recyclés  ou  compostés.  »     Résolu;on  du  Parlement  européen  du  20/04/12       Priorités  pour  le  7ème  programme  d’ac;on  

Par5e  2:   Sor5r  du  modèle  basé  sur  les   incinérateurs,  le  cas  de  l’IDF   •  Par;e  1)  Revue  cri;que  du  cycle  des  déchets,  comparaisons  na;onales  et  interna;onales   •  Par;e  2)  Sor;r  du  modèle  basé  sur  le  couple  incinérateurs/décharges,  le  cas  de  l’  I-­‐d-­‐F.     •  Par;e  3)  Changement  de  paradigme,  vers  une  société  zéro-­‐dechéts,  exemples   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   13   Sandro  De  Cecco     sandro.dececco@gmail.com   Info:  zerodechets.wordpress.com!

CHIFFRES CLÉS DÉCHETS - ÉDITION 2012 26 en grande partie vendue. Sur les sites de stockage, le cap- tage du biogaz permet une valorisation possible selon le contexte local et les conditions économiques (valorisation industries agro-alimentaires (IAA) ainsi que des boues urbaines.Toutefois, ce procédé s’étend peu à peu au traite- ment des ordures ménagères. 3762 GWh Incinération 63 GWh Valorisation de biogaz de méthanisation 636 GWh Valorisation biogaz de stockage Production d’électricité: 4461 GWh Figure 30 - Production d’électricité Sources : SOeS - SDSE et ADEME Ensemble de l’énergie produite (renouvelable ou non renouvelable) 9 365 GWh Incinération 336 GWh Valorisation biogaz de stockage 662 GWh Valorisation de biogaz de méthanisation Production thermique: 10373 GWh Figure 31 - Production thermique Sources : SOeS - SDSE et ADEME Le recyclage et la valorisa Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   14   La  “valorisa;on”  énergé;que  des  déchets  en  France  

Figure 19 - Unités d’incinération des ordures ménagères 129 UIOM(Unités d’incinération des ordures ménagères) Alors que début 1993 le parc des incinéra- teurs comprenait encore 300 installations, dont beaucoup de très faible capacité, 129 sont en fonctionnement en 2008 (figure 19), la plupart étant des installations récentes et de capacité uni- taire plus importante que par le passé. La baisse du nombre d’installations constatée depuis 2005 résulte pour partie de la fermeture d’anciennes usines dont la mise en conformité n’était pas pertinente en raison notamment de son coût. Source : ADEME - ITOM 2008 Mode d’élimination Q Incinération avec valorisation énergétique (112 UIOM) Q Incinération sans valorisation énergétique (17 UIOM) Tonnages traités (tonnes) 700000 350000 70000 Parc  d’incinérateurs  -­‐  France   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   15  

chefers d’incinération). Récupération énergétique L’énergie dégagée par la combustion des déchets est récupérée au moyen d’une chaudière qui a en outre comme fonction de refroidir les fumées. La récupéra- tion de l’énergie se fait sous forme de chaleur et/ou d’électricité selon trois modes différents: L’eau ou la vapeur sont directement utilisées pour chauffer des habitations ou des locaux d’activités ou pour des applications industrielles («vapeur de pro- cess ») : on parle alors de récupération d’énergie sous forme de chaleur. Les rendements (énergie ré- cupérée par rapport à l’énergie introduite (issue des déchets)) étant de 70 à 90 %, on peut ainsi produire environ 1 500 kWh thermiques par tonne d’ordures ménagères. Ce procédé nécessite un réseau de dis- tribution de chaleur (donc une situation urbaine le plus souvent). Les utilisations en habitat se concentrent sur les mois d’hiver alors que la quantité de chaleur provenant de la combustion des déchets est constante. Il faut donc trouver des clients dont la consommation en été est plus constante (hôpitaux, piscines, industries). Trois installations en Île-de- France produisent uniquement de la chaleur: l’UIDND de Rungis (94), l’UIDND de Massy (91) et l’UIDND de Villejust (91), ainsi que l’UIDND de Pithiviers dans le Loiret (45). La production de vapeur à haute pression (30 bars et plus) permet de produire, via un turboalternateur, de l’électricité. C’est la récupération d’énergie sous for- me d’électricité, qui est possible soit en remplace- ment total soit en complément de la récupération de chaleur. Elle est handicapée par des rendements faibles (de l’ordre de 20%) permettant de produire 300 kWh électriques par tonne d’ordures ména- 2 Le parc francilien En 2010, l’Île-de-France comptait 19 incinérateurs(1) en fonctionnement pour une capacité technique de 3 959 900 tonnes. Deux incinérateurs, à Créteil (94) et à Saint-Ouen- l’Aumône (95) traitent des Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI). Ces installa- tions sont autorisées à traiter respectivement 42 000 tonnes (22 500 tonnes par co-incinération, et 19 500 tonnes sur à une ligne dédiée) et 12 000 tonnes (co-incinération) de DASRI. Deux autres unités(2) hors Île-de-France (à Ouarville en Eure-et-Loir et Pithiviers dans le Loiret), pouvaient accueillir des déchets ménagers franciliens au 31décembre2010.Ellesontreçudesdépartements limitrophes franciliens que sont les Yvelines (24 000 t), l’Essonne (29 000 t) et la Seine-et-Marne (16 000 t), soit environ 69 000 tonnes de déchets ménagers au titre de l’année 2010. En 2011, ces 19 usines d’incinération représentaient alors une ca- pacité technique de 3 977 900 t/an, de part l’aug- mentation de l’usine de Montereau-Fault-Yonne de 27 000 t/an à 72 000 t/an et le retour d’Argenteuil à 173 000 t/an. 84 % des capacités en incinération de la région sont localisées en zone urbaine: sur 19 unités, 14 sont si- tuées dans une agglomération dont 5 en cœur d’ag- glomération représentant 30% de la capacité totale francilienne. (1) Ne sont pas ici, et par la suite, considérées les usines d’incinération traitant exclusivement des boues de station d’épuration. (2) L’UIDND de Pithiviers 2 a été mise en service en janvier 2009, en remplacement de l’UIDND de Pithiviers 1, ayant cessé son activité en juin 2009. Les capacités d’incinération de déchets non dangereux n 2010, les incinérateurs franciliens ont totalisé une apacité technique en exploitation de traitement des échets non dangereux de 3,96 millions de tonnes our une capacité autorisée de 4,2 millions de tonnes, oit 93% de la capacité totale autorisée sur la région, t 4,18 millions de tonnes autorisées en 2011. En ef- et, en 2011, l’usine de Vert-le-Grand n’ayant que fours de 110 000 t/an chacun de construits, son rrêté préfectoral a été rétabli à 220 000 t/an, ontre 330 000 t/an jusqu’en 2010, et la nouvelle sine de Montereau-Fault-Yonne de 72 000 t/an a uvert en remplacement de l’usine n°1 de 27 000 t/ n. Il n’y a pas eu de diminution de capacité technique es UIDND pour gros arrêts techniques (mises aux ormes…). Cependant, une hausse de la capacité a té accordée au titre des années 2009 et 2010 à usine d’Argenteuil afin de pouvoir absorber les ton- ages du SYCTOM et de Sarcelles. Les capacités echniques du SYCTOM ont également été revues à la aisse. Ceci est dû notamment à des installations eillissantes, ainsi qu’à des PCI en hausse en raison une augmentation des tonnages reçus de refus de i* de centres privés. SYCTOM de la Région Parisienne à Ivry-sur-Seine (94), Saint-Ouen (93) et Issy-les-Moulineaux (92), totalisent un peu moins de la moitié des capacités techniques, soit 45 % des capacités en incinération d’Île-de-France. TAB 2 - RÉPARTION DÉPARTEMENTALE DES CAPACITÉS D’INCINÉRATION EN ÎLE-DE-FRANCE Installations aux 31 décembre 2010 et 2011 0000 0000 0000 0000 2011 2010 FIG 3 - LES CAPACITÉS TECHNIQUES EN EXPLOITATION DES USINES D’INCINÉRATION DE DÉCHETS NON DANGEREUX FRANCILIENNES EN 2010-2011 stallations aux 31 décembre 2010 et 2011 CAPACITÉ ANNUELLES AUTORISÉES 2010/2011 CAPACITÉS ANNUELLES TECHNIQUES EN EXPLOITATION 2010/2011 NOMBRE D’USINES QUI ONT FONCTIONNÉ EN 2010 TONNES/AN RÉPARTITION DES CAPACITÉS DE TRAITEMENT (%) HAUTS-DE- SEINE 460 000 460 000 11 1 SEINE-SAINT- DENIS 650 000 605 000 15 1 VAL-DE-MARNE 1 105 000 1 025 000 26 3 SEINE-ET- MARNE 439 900/ 484 900(1) 439 900/ 484 900 11 4 YVELINES 601 000 528 000 13 4 ESSONNE 507 000/ 397 000 392 000 10 3 VAL-D’OISE 483 000 510 000/ 483 000 13 3 TOTAL ÎLE-DE-FRANCE 2010 4 245 900 3 959 900 100 19 TOTAL ÎLE-DE-FRANCE 2011 4 180 900 3 977 900 100 19 Parc  d’incinérateurs  en  IDF   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   16   14 Atlas des installations de traitement de déchets 2011 SÉRIE ENQUÊTES COMMUNE MAÎTRE D’OUVRAGE EXPLOITANT DATE DE MISE EN SERVICE OU MODERNISATION DES LIGNES* DATE DE DERNIÈRE PRESCRIPTION IMPORTANTE CAPACITÉ AUTORISÉE EN 2010 (T/AN) CAPACITÉ TECHNIQUE EN EXPLOITATION EN 2010 (T/AN) CAPACITÉ AUTORISÉE EN 2011 (T/AN) CAPACITÉ TECHNIQUE EN EXPLOITATION EN 2011 (T/AN) PAS D’USINE D’INCINÉRATION DE DÉCHETS NON DANGEREUX DANS LE 75 DÉPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE (92): 1 UIDND 460 000 460 000 460 000 460 000 ISSY-LES-MOULINEAUX SYCTOM TSI (TIRU-SITA) 01/12/2007 23/04/2007 460 000 460 000 460 000 460 000 TAB 1 - LES USINES D’INCINÉRATION DE DÉCHETS NON DANGEREUX RECEVANT DES DÉCHETS FRANCILIENS (2010-2011) Installations aux 31 décembre 2010 et 2011 COMMUNE MAÎTRE D’OUVRAGE EXPLOITANT DATE DE MISE EN SERVICE OU MODERNISATION DES LIGNES* DATE DE DERNIÈRE PRESCRIPTION IMPORTANTE CAPACITÉ AUTORISÉE EN 2010 (T/AN) CAPACITÉ TECHNIQUE EN EXPLOITATION EN 2010 (T/AN) CAPACITÉ AUTORISÉE EN 2011 (T/AN) CAPACITÉ TECHNIQUE EN EXPLOITATION EN 2011 (T/AN) PAS D’USINE D’INCINÉRATION DE DÉCHETS NON DANGEREUX DANS LE 75 DÉPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE (92): 1 UIDND 460 000 460 000 460 000 460 000 ISSY-LES-MOULINEAUX SYCTOM TSI (TIRU-SITA) 01/12/2007 23/04/2007 460 000 460 000 460 000 460 000 DÉPARTEMENT DE SEINE-SAINT-DENIS (93): 1 UIDND 650 000 605 000 650 000 605 000 SAINT-OUEN SYCTOM TIRU 01/01/1990 03/03/2005 650 000 605 000 650 000 605 000 DÉPARTEMENT DU VAL-DE-MARNE (94): 3 UIDND 1 105 000 1 025 000 1 105 000 1 025 000 CRÉTEIL SMITDUVM SITA NOVERGIE CRÉTEIL INCINÉRATION ÉNERGIE - MISE EN SERVICE LE 01/01/1978 - MODIFICATIONS EN 2000 10/06/2004 225 000 225 000 225 000 225 000 IVRY-SUR-SEINE SYCTOM TIRU 01/01/1969 16/06/2004 MODIFIÉ PAR L’AP DU 26/12/2005 730 000 670 000 730 000 670 000 RUNGIS SIEVD VEOLIA PROPRETÉ GENERIS 08/04/1985 02/06/2004 150 000 130 000 150 000 130 000 DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE (77): 4 UIDND 439 900 439 900 484 900 484 900 MONTEREAU-FAULT-YONNE 1 SIRMOTOM VEOLIA PROPRETÉ GENERIS 01/01/1973 23/06/2004 (COMPLET) 27 000 27 000 MONTEREAU-FAULT-YONNE 2 SIRMOTOM VEOLIA PROPRETÉ GENERIS JUIN 2011 31/03/2009 72 000 72 000 MONTHYON SMITOM NORD VEOLIA PROPRETÉ SOMOVAL 01/01/1998 02/11/2005 ABROGÉ PAR AP DU 03/05/2011 135 000 135 000 135 000 135 000 SAINT-THIBAULT-DES-VIGNES SIETREM SITA NOVERGIE - LIGNE 1: 1985 - LIGNE 2: 1995 10/12/2002 140 000 140 000 140 000 140 000 VAUX-LE-PÉNIL SMITOM LOMBRIC VEOLIA PROPRETÉ GENERIS 01/01/2003 31/07/2008 ABROGÉ PAR AP DU 19/06/2009 ET COMPLÉTÉ LE 01/07/2011 137 900 137 900 137 900 137 900 DÉPARTEMENT DES YVELINES (78): 4 UIDND 601 000 528 000 601 000 528 000 Atlas des installations de traitement de déch PRODUCTION ÉNERGÉTIQUE SOURCE INFO REMARQUES COGÉNÉRATION (53 MWÉ INSTALLTÉE) - DRIEE - MAÎTRE D’OUVRAGE - AP 2 FOURS DE 2X30,5T/H COGÉNÉRATION DRIEE 3 FOURS DE 3X28T/H COGÉNÉRATION (53 MWÉ INSTALLTÉE) - DRIEE - MAÎTRE D’OUVRAGE - AP 2 FOURS DE 2X30,5T/H COGÉNÉRATION DRIEE 3 FOURS DE 3X28T/H COGÉNÉRATION - DRIEE - EXPLOITANT 2 FOURS À GRILLE HORIZONTALE DE 2X15T/H (OM + 10% DASRI = 225 000T/H) + 1 FOUR ROTATIF DE 1 X 2,6T/H (DASRI = 19 CAPACITÉ TOTALE DE 244 500 T/AN DONT : CAPACITÉ DE CO-INCINÉRATION DE 22 500 T/AN DE DÉCHETS D’ACTIVITÉ DE SOIN (AU MAXIMUM 10% DE LA QUANTITÉ TRAITÉE PAR L’UIDND) + 1 LIGNE SPÉCIFIQUE D’INCINÉRATION DES DASRI D’UNE CAPAC 42 000 T/AN DE DASRI COGÉNÉRATION - DRIEE - AP 2 FOURS DE 2X50T/H CHALEUR - DRIEE - MAÎTRE D’OUVRAGE - AP DONT DÉCHETS DU MIN DE RUNGIS 2 FOURS DE 2X8,5T/H PAS DE VALORISATION ÉNERGÉTIQUE - DRIEE - EXPLOITANT - AP 1 FOUR DE 4,2 T/H ET PUISSANCE THERMIQUE NOMINALE DE 8 050 KW CETTE USINE A FERMÉ EN JUIN 2011 ET A ÉTÉ REMPLACÉE PAR UNE NOUVELLE INSTALLATION MISE EN SERVICE EN JUIN 201 AUTORISÉE LE 31/03/2009 À 72 000 TONNES (SOIT + 45 000 T/AN) AVEC VALORISATION ÉNERGÉTIQUE (1 FOUR DE 9 T/H) ÉLECTRICITÉ - DRIEE - EXPLOITANT - AP NOUVELLE INSTALLATION MISE EN SERVICE EN JUIN 2011, D’UNE CAPACITÉ ANNUELLE AUTORISÉE LE 31/03/2009 À 72 000 (SOIT + 45 000 T/AN) AVEC VALORISATION ÉNERGÉTIQUE (1 FOUR DE 9 T/H) ÉLECTRICITÉ - DRIEE - EXPLOITANT - AP 2 FOURS À GRILLE DE 2X7T/H (37,5 MW) + 1 FOUR À LIT FLUIDISÉ DENSE DE 4T/H (10 MW) ÉLECTRICITÉ - DRIEE - EXPLOITANT - AP 2 FOURS DE 1X8T/H ET 1X12T/H COGÉNÉRATION SELON ITOM 2010 - DRIEE - EXPLOITANT - AP - 2 FOURS POUR 17,2 T/H - MESURE EN SEMI-CONTINU DES DIOXINES ÉLECTRIQUE - DRIEE - EXPLOITANT - AP 2 FOURS DE 2X7,5T/H (BASE DE 7650H DE FONCTIONNEMENT) COGÉNÉRATION - DRIEE - EXPLOITANT REMPLACEMENT DE LA LIGNE 1 PAR LIGNE 1 BIS DÉMARRÉE EN 2008 - 2 FOURS DE 2X8 T/H ET PUISSANCE THERMIQUE TOTALE DE 35,2 MW" Incinérateur  de  Vaux-­‐le-­‐Pénil:  

Taux  d’incinéra;on  –  IDF   ~  70%  de  déchets  municipaux  incinérés  !   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   17  

Les  incinérateurs   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   18   une trentaine de ces incinérateurs ne respectant alors pas dans les délais impartis les nouvelles normes de re- jets notamment. Procédé technique L’incinération des déchets ménagers peut avoir lieu se- lon les étapes suivantes (des procédés divergents existent selon la technologie choisie): 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 FIG 1 - FONCTIONNEMENT ÉTAPE PAR ÉTAPE D’UNE INCINÉRATION D’ORDURES MÉNAGÈRES Source: INOVA France Atlas des installations de traitement de déchets 2011 SÉRIE ENQUÊTES 11 Les 3 étapes principales de l’incinération des déchets Résidus générés 4 Une fosse de réception des déchets: lieu étanche de déchargement des véhicules de collecte. La répartition homogène des déchets est effectuée par des grappins; Un système d’alimentation: (trémie, goulotte, tapis roulant…); Un four d’incinération: les déchets y brûlent de 2 à 3 heures. Après la dernière injection d’air de combustion, les gaz de combustion sont portés à une température d’au moins 850°C pendant 2 secondes minimum en présence d’au moins 6% d’oxygène. À cette température, bactéries, microbes et virus sont détruits. Les principaux paramètres à prendre en considération dans le dimensionnement d’un four sont le pouvoir calorifique inférieur (PCI ) des déchets, et la capacité nécessaire en t/h de déchets (débit); Un stockage pour la récupération des mâchefers (déchets résiduels incombustibles) qui seront déferraillés puis envoyés vers des filières de valorisation; Une chaudière de récupération d’énergie: les fumées y sont refroidies par échange thermique qui produit soit de l’eau surchauffée, soit de la vapeur (possibilité de production électrique par le biais d’une turbine); Un système de traitement des fumées: Des gaz acides (par ajout d’une base, par exemple l’hydroxyde de calcium); Des dioxines et furanes (fixés sur charbon actif ou par pot catalytique) et oxydes d’azote (NOx); Un silo pour la récupération des REFIOM* (cendres et autres) qui seront envoyés vers des filières de retrai- tement (Installation de Stockage de Déchets Dangereux) (Cf. Chapitre XI.2 – Les Installations de stockage de déchets dangereux); Des poussières: dépoussiérage par des électrofiltres ou filtres à manche (80 à 90% des métaux lourds (plomb, cuivre, cadmium, mercure, nickel, arsenic) sont captés dans les poussières (le plomb et le mercure sont sublimés à relativement basse température); Une cheminée: après épuration par lavage et dépoussiérage, les fumées sont dirigées vers la cheminée. Là, des analyseurs mesurent et contrôlent en continu la qualité des rejets pour s’assurer de leur conformité. 1 2 3 5 6 7 8 9 10 127 En 2011, la France compte 127 incinérateurs d’ordures ménagères sur son territoire (soit 1/3 du parc européen).350 L’incinération de 1000 tonnes de déchets ménagers produit 350 tonnes de déchets toxiques. 30%Les biodéchets compostables, qui représentent en moyenne 30% de nos poubelles, n’ont rien à faire dans un incinérateur! 150kgAvec des gestes simples chaque Français peut réduire ses déchets de 150 kg par an, soit l’équivalent de la capacité de 98 incinérateurs français. 2,3Les incinérateurs français rejettent chaque année l’équivalent en CO2 de 2,3 millions de voitures. INCINÉRATION: nos ressources partent en fumée www.cniid.org Centre national d’information indépendante sur les déchets 3 127 En 2011, la France compte 127 incinérateurs d’ordures ménagères sur son territoire (soit 1/3 du parc européen).350 L’incinération de 1000 tonnes de déchets ménagers produit 350 tonnes de déchets toxiques. 30%Les biodéchets compostables, qui représentent en moyenne 30% de nos poubelles, n’ont rien à faire dans un incinérateur! 150kgAvec des gestes simples chaque Français peut réduire ses déchets de 150 kg par an, soit l’équivalent de la capacité de 98 incinérateurs français. 2,3Les incinérateurs français rejettent chaque année l’équivalent en CO2 de 2,3 millions de voitures. Beaucoup d’incinérateurs possèdent des systèmes de renouvelable, sous prétexte qu’elle résulte à 50% de la combustion de biomasse (biodéchets, papier, bois). Ces déchets contiennent majoritairement de l’eau et ne peuvent brûler que grâce à la présence de matériaux non renouvelables issus du pétrole, comme les plastiques. J’adhère à l’association par chèque adhésion simple 36 euros adhésion soutien 50 euros adhésion soutien 100 euros Je souhaite recevoir le Cniid-infos (3 numéros par an) par la poste par email Nom:....................................................................................................................................... Prénom:................................................................................................................................ Adresse:............................................................................................................................... Tel.: ........................................................Email:.................................................................. Je souhaite recevoir la newsletter mensuelle du Cniid J’adhère à l’association par prélèvement automatique Autorisation de prélèvement automatique N°national d’émetteur 435715 10 euros/mois (soit 3,4 euros après réduction) 15 euros/mois (soit 5,1 euros après réduction) Montant libre : …………… /mois J’autorise l’établissement teneur de mon compte à prélever sur ce dernier le montant indiqué ci-dessus. Nom: ..................................................................................................................................... Prénom:................................................................................................................................ N° de compte:.................................................................................................................. Date et signature (obligatoire): Merci de joindre un RIB avec l’adresse de votre établissement bancaire Je fais un don ponctuel de ……….. euros au Cniid dont 66% sont déductibles des impôts Aidez-nous à pérenniser nos actions par un soutien régulier SOUTENEZ NOTRE ACTION!Pour préserver notre indépendance, nous avons besoin de votre soutien. Cniid 21, rue Alexandre Dumas 75011 Paris Tél.: 01 55 78 28 60 Fax: 01 55 78 28 61 info@cniid.org Traitement coûteux pour la collectivité…. Gaspillage des ressources Risques pour la santé et pollution de l’environnement Impact sur le changement climatique RÉDUCTION D’IMPÔT 66% des dons ou cotisations que vous versez au Cniid sont déductibles de votre impôt sur le revenu (dans la limite de 20% de vos revenus). est envoyé au début de l’année suivant le versement. COTISATION RÉDUITE Le Cniid propose aux étudiants, chômeurs ou allocataires du R.S.A. une cotisation réduite à 12 euros, Le Centre national d’information indépendante sur les déchets est une association loi 1901 fondée en 1997. Grâce à ses adhérents et donateurs, le Cniid est indépendant des pouvoirs publics et des industriels, ce qui lui permet de jouer un rôle de contre-pouvoir indispensable dans le monde complexe et opaque de la gestion des déchets. La gestion des déchets mérite toute notre attention. www.cniid.org d’information indépendante sur les déchets

Résidus  de  l’incinéra;on:  les  mâcheferts   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   19   Atlas des installations de traitement de déchets 2011 SÉRIE ENQUÊTES 21 FIG 8 - UTILISATION DES MÂCHEFERS DANS LE CAS DU SCÉNARIO ROUTIER Source: Projet de guide d’application sur l’utilisation des mâchefers en technique routière 1 65432 Remblai et assise de parking1 Remblai de tranchée en zone revêtue2 Couche de forme et assise de chaussée3 Remblai et couche de forme de voie de tramway 5 Piste cyclable revêtue6 Remblai en zone revêtue4 Catégorie 2: «Scénario péri-routier»: pour les «usages d’au plus six mètres de hauteur en remblai technique connexe Dans l’attente de l’application de l’arrêté ministériel ap- plicable à partir du 1er juillet 2012, les mâchefers étaient en 2010 et 2011 classés en catégories V, S ou M, selon les taux obtenus après les tests de lixiviation* conformé- ment demandés par la circulaire du 9 mai 1994, et par la suite être orientés vers les filières de traitement adaptées: Mâchefers V: valorisables. À faible fraction lixiviable, peuvent être utilisés en sous couche routière (si tout contact des mâchefers avec de l’eau (pluie, superfi- cielle…) est évité); Mâchefers S: stockables. À forte fraction lixiviable, doivent être stockés en Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND) ou de Déchets Dangereux (ISDD), selon les cas, car trop de risque de lixiviation, donc de transfert des polluants contenus; Mâchefers M: maturables. Intermédiaires, peuvent être stockés directement dans des ISDND (cher), mais peuvent également être acheminés vers un Centre de Maturation et de Valorisation des Mâchefers (CTVM) pour réduire au préalable leur potentiel polluant: les mâchefers seront alors soit de catégorie S (et devront donc être enfouis en ISDND), soit de catégorie V (et pourront être valorisés en technique routière). Les mâchefers peuvent égale- ment subirent un traitement secondaire dans une centrale aux liants hydrauliques. On détermine ainsi le mode de valorisation (techniques routières…) ou d’élimination (installations de stockage de déchets non dangereux). Cependant, en Île-de-France, près de 98% des mâche- fers sont orientés au préalable vers des Centres de Traitement et de Valorisation des Mâchefers (les res- tants étant envoyés directement en ISDND) où leur po- tentiel polluant va être réduit et leurs caractéristiques physiques homogénéisées en vue d’une réutilisation. Les mâchefers vont dans un premier temps y subir des traitements mécaniques permettant d’élaborer des matériaux aux caractéristiques mécaniques suffisantes pour l’utilisation en technique routière. On peut citer: Déferraillage par tri magnétique séparant les métaux Destination des flux sortants des UIDND FIG 6 - DESTINATION DES FLUX SORTANTS DES UIDND FRANCILIENNES EN 2010 0 100000 200000 300000 400000 500000 600000 700000 800000 Mâcheferts REFIOMMétaux (ferreux et non ferreux) 104 473 694 551 61 093 ISDD Maturation Régénération ISDND Industries métallurgiques Mines de sel (Allemagne) vue de la jurisprudence actuelle et de la circulaire du 25 juin 2008, cette opération de remblaiement, réali- sée sous couvert de notifications en application du règle- ment de 2006 relatif aux transferts transfrontaliers de déchets, est considérée comme de la valorisation. 5 Évolutions des capacités d’incinération et des tonnages traités entre 2002 et 2011 En 2011, les capacités d’incinération en Île-de-France se rapprochent du niveau de 2003. TAB 3 - ÉVOLUTION DES CAPACITÉS TECHNIQUES D’INCINÉRATION EN ÎLE-DE-FRANCE ENTRE 2002 ET 2011 860 117 t de déchets et matériaux résultent de l’inciné- ration en 2010. Les mâchefers, 694 551 t, représentent environ 20% du tonnage de déchets incinérés. Seulement 1% de ceux-ci sont encore envoyés en stockage. Le reste est valorisé après avoir été réceptionné sur des centres de traitement dédiés (Centre de Traitement et de Valorisation des Mâchefers dits CTVM*). En 2010, au sein même des usines d’incinération, il a pu être extrait des mâchefers 58 997 t de métaux ferreux, ainsi que 2 096 t de métaux non ferreux, valorisés par la CAPACITÉ ANNUELLE TECHNIQUE EN EXPLOITATION EN IDF NOMBRE D’USINES EVÈNEMENTS MARQUANTS 2002 3 912 000 19 2003 4 006 900 19 FERMETURE DE L’USINE DE MELUN ET MISE EN SERVICE DE L’USINE DE VAUX-LE-PÉNIL EN 2003 2004 4 006 900 19 2005 4 026 900 19 AUGMENTATION DE 20 000 TONNES/AN DE LA CAPACITÉ TECHNIQUE DE L’USINE DE GUERVILLE SUITE À DES TRAVAUX DE MODERNISATION 2006 3 591 900 18 FERMETURE D’ISSY-LES-MOULINEAUX EN FÉVRIER 2007 3 545 900 18 MISE EN SERVICE D’ISSÉANE EN FIN D’ANNÉE, D’UNE CAPACITÉ INFÉRIEURE À L’USINE ISSY-LES-MOULINEAUX (1) 2008 3 966 900 19 FONCTIONNEMENT EN ANNÉE PLEINE D’ISSÉANE 2009 3 959 900 19 AUGMENTATION TEMPORAIRE DE + 27 000 TONNES POUR L’USINE D’ARGENTEUIL (ANNÉE 2009 ET 2010); RÉTABLISSEMENT DE LA CAPACITÉ TECHNIQUE DE VERT-LE-GRAND À 220 000 T/AN AU LIEU DE 195 000 T/AN 2010 3 959 900 19 AUGMENTATION TEMPORAIRE DE + 27 000 TONNES POUR L’USINE D’ARGENTEUIL (ANNÉE 2009 ET 2010 2011 3 977 900 19 AUGMENTATION DE + 45 000 TONNES POUR L’USINE DE MONTEREAU; RETOUR DE LA CAPACITÉ TECHNIQUE D’ARGENTEUIL À 173 000 T/AN

p. 34 / Étude d’imprégnation par les dioxines des populations vivant à proximité d’usines d’incinération d’ordures ménagères — Institut de veille sanitaire Figure 3F Modèle de dispersion aérienne des dioxines et furanes de l’UIOM de Vaux-le-Pénil : dépôt cumulé de 1994 à 2004 (TEQOMS ) Impact  écologique  avant/après  filtrage  des  fumées:   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   20   Tableau 1 Périodes de fonctionnement et flux moyen en dioxines et furanes en µg/h (non corrigé des périodes d’arrêt) UIOM Période 1 (ouverture) Période 2 Période 3 Période 4 Période 5 Bessières 08/01/2001 à 2004 1,57 µg/h Pluzunet 01/04/1997 01/07/2000 à 2004 inclus 36,43 µg/h 1,67 µg/h Cluny 1986 à 2001 Mars à juin 2002 444 µg/h 1477,66 µg/h Senneville-sur-Fécamp 1974 à 1991 1992 au 30 juin 1999 Juillet 1999 à mai 2002 777 µg/h 1160 µg/h 611,7 µg/h Gilly-sur-Isère 1971 à 1984 1985 à 1998 Début 1999 à octobre 2001 443 µg/h 10859 µg/h 10491 µg/h Vaux-le-Pénil 1975 à 1980 1981 à 1996 1997 à mai 1999 Juin 1999 à juin 2002 Janvier 2004 ouverture nouvelle UIOM SMITOM 3851,95 µg/h 3851,95 µg/h 4674 µg/h 4524 µg/h 9,46 µg/h Dijon 1974 à 1981 1982 à 1988 1989 à juin 1998 Juillet 1998 à fin 2002 Janvier 2003 à 2004 968,4 µg/h 820,1 µg/h 1346 µg/h 2725 µg/h 229 µg/h Maubeuge 1981 à 1991 1992 à mars 2001 Septembre 2001 nouvel incinérateur jusqu’à 2004 1056 µg/h 1849 µg/h 4,1 µg/h Cases en grisé : période à la suite de laquelle l’UIOM a fermé. Les données utilisées pour la modélisation sont disponibles sur demande auprès de l’Afssa. Le nombre de données disponibles concernant les dioxines et furanes était très limité, et la variabilité forte entre deux valeurs. Par exemple, à Gilly-sur-Isère l’écart entre les deux valeurs mesurées était très important, de 75 ng I-TEQOTAN /Nm3 à 11 % d’O2 sur gaz sec à 1285 ng/Nm3 . La représentativité de telles valeurs est difficile à établir ; cependantselonl’analyseduBureauVeritas,pouruneUIOMdemoins de 6 t/h peu équipée pour le traitement des fumées des valeurs de cent à plusieurs centaines de nanogrammes sont cohérentes. Pour Choix méthodologiques pour3.2.1.3 la modélisation des panaches Les recommandations de l’Inéris sur la modélisation des panaches ont été suivies. Le type de modèle à utiliser pour chaque site, le ratio particules/gaz, la taille des particules à prendre en considération ont été définies par l’Inéris [Rouil 2004]. La modélisation effectuée sur Maubeuge en 2004 par Aria ayant été évaluée satisfaisante [Rouil Source:  Ins;tut  Na;onal  de  Veille  Sanitaire  

Résidus  de  l’incinéra;on:  les  REFIOM   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   21   valorisé après avoir été réceptionné sur des centres de traitement dédiés (Centre de Traitement et de Valorisation des Mâchefers dits CTVM*). En 2010, au sein même des usines d’incinération, il a pu être extrait des mâchefers 58 997 t de métaux ferreux, ainsi que 2 096 t de métaux non ferreux, valorisés par la suite en industries métallurgiques. Ces mâchefers sont ensuite envoyés sur un centre de valorisation, où des métaux ferreux et non ferreux seront à nouveau extraits (Cf. Chapitre III – Les centres de traitement des mâche- fers d’incinération). Les REFIOM (Résidus d’Epuration des Fumées d’Inciné- ration des Ordures Ménagères) partent principalement Entre 2005 et 2006, une période de transition mar- quée par une baisse conjoncturelle des capacités (-12% des capacités techniques) est cependant observée. Cette baisse est essentiellement liée à la fermeture de l’UIDND d’Issy-les-Moulineaux. Entre 2005 et 2007, toutes les UIDND ont eu des fermetures ponctuelles (1) L’ancienne usine d’Issy-les-Moulineaux n’a fonctionné que deux mois au début de l’année 2006. Isséane (également à Issy-les-Moulineaux) n’a été mise en service qu’en fin d’année 2007. 2010 3 959 900 19 AUGMENTATION TEMPORAIRE DE + 27 000 TONNES POUR L’USINE D’ARGENTEUIL (ANNÉE 2009 ET 2010 2011 3 977 900 19 AUGMENTATION DE + 45 000 TONNES POUR L’USINE DE MONTEREAU; RETOUR DE LA CAPACITÉ TECHNIQUE D’ARGENTEUIL À 173 000 T/AN ts 2011 SÉRIE ENQUÊTES en stockage de déchets dangereux (ISDD), passant au préalable par une stabilisation (sur l’ISDD directement, ou par une installation intermédiaire). Ils sont également pour partie envoyés en régénération ou pour servir de remblais dans les mines de sels allemandes. Au vue de la jurisprudence actuelle et de la circulaire du 25 juin 2008, cette opération de remblaiement, réali- sée sous couvert de notifications en application du règle- ment de 2006 relatif aux transferts transfrontaliers de déchets, est considérée comme de la valorisation. 5 Évolutions des capacités d’incinération et des tonnages traités entre 2002 et 2011 En 2011, les capacités d’incinération en Île-de-France se rapprochent du niveau de 2003. TAB 3 - ÉVOLUTION DES CAPACITÉS TECHNIQUES D’INCINÉRATION EN ÎLE-DE-FRANCE ENTRE 2002 ET 2011 CAPACITÉ ANNUELLE TECHNIQUE EN EXPLOITATION EN IDF NOMBRE D’USINES EVÈNEMENTS MARQUANTS 2002 3 912 000 19 2003 4 006 900 19 FERMETURE DE L’USINE DE MELUN ET MISE EN SERVICE DE L’USINE

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   22   Compostage  en  IDF  

Une  alterna;ve  viable  pour  les  biodéchets   municipaux  :  la  méthanisa5on   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   23   Les procédés de méthanisation peuvent être classés selon plusieurs critères: Concentration: la teneur en matière sèche: on parle de voie humide pour un pourcentage de matière sèche < 15% (pour les effluents dits liquides (boues, lisiers, …) (ils peuvent être utilisés pour les déchets solides nécessitant alors une dilution), et les procé- dés à voie sèche (% Matière Sèche entre 15 % et 40%). Selon la température de réaction: la digestion anaé- robie mésophile (température moyenne = 35° C ; temps de séjour moyen = 3 semaines), la digestion anaérobie thermophile (température moyenne 55 à 60° C ; temps de séjour moyen réduit = 10 à 15 jours), différentes populations microbiennes aux cadences plus ou moins élevées (3 semaines ou 15 jours) et des résultats d’hygiénisation plus ou moins bons mais aussi plus ou moins faciles à contrô- ler. Cependant, la flore microbiologique en jeu est également réputée plus fragile. Selon la circulation du substrat : pour assurer une bonne fermentation, le substrat doit être ensemencé de façon homogène en flore microbiologique. Il convient également d’assurer un temps de séjour mi- nimal. En sortie du digesteur, une partie du substrat est réinjectée en tête, pour améliorer sa dégradation et recycler la flore microbienne. Il existe des diges- teurs dits « infiniment mélangés » : le substrat est brassé en permanence par des agitateurs mécani- ques internes, ou par injection de gaz. Dans d’autres digesteurs, appelés «piston», c’est le substrat intro- duit qui pousse le substrat en place, l’évacuation se fait de façon continue à l’autre extrémité du digesteur. Résidus générés Au même titre que le compostage, si la méthanisation se fait sur des déchets non exclusivement biodégradables, telles que les OMr par exemple, il subsistera du Tri- Mécano-Biologique des résidus de tri qui seront éliminés en incinération ou en stockage. Produits générés et récupérés La méthanisation est un procédé de dégradation de la matière fermentescible. Il en résulte donc une transfor- mation de la matière organique sous forme de digestat qui pourra faire l’objet d’un plan d’épandage, ou être composté s’il est choisi de réaliser un compostage addi- tionnel, le compost pouvant alors être vendu ou cédé en tant qu’amendement organique dès lors qu’il répond à la norme NFU-44-051. Récupération énergétique La méthanisation produit également du biogaz plus concentré en méthane (60% environ). Il contient égale- ment 40% de CO2 et des composés gazeux à l’état de traces (H2, NH3…). Il est capté dans les digesteurs et est ensuite valorisé énergétiquement (électricité ou gaz, réinjecté dans les réseaux). 2 Le parc francilien et la capacité de méthanisation de déchets ménagers La deuxième unité française de méthanisation de dé- chets ménagers a été créée en 2003 à Varennes-Jarcy (91) en remplacement d’une unité de tri-compostage sur ordures ménagères. Elle dispose d’une capacité an- nuelle de 100 000 tonnes. Le biogaz produit est valorisé en électricité. La production électrique alimente le site et le surplus est vendu à EDF. Source: Installation aux 31 décembre 2010 et 2011 TAB 20 - UNITÉ DE TRI-MÉTHANISATION-COMPOSTAGE DES DÉCHETS MÉNAGERS

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   24   Figure 9 : Limites des éléments traces métalliques (ETM) dans le compost produit dans les différents pays 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 1,4 1,6 1,8 2 Cadmium (Cd) Chrome (Cr) Cuivre (Cu) Mercure (Hg) Nickel (Ni) Plomb (Pb) Zinc (Zn) Comparaison des limitesen ETM en% des valeurs de lanorme française NFU44051 (traitrouge) Sortie statut dedéchetEU Eco Label EU Allemagne Autriche Classe A Autriche Classe A+ GB Italie Espagne Classe A Espagne classe C Belgique Flandre Belgique WallonieClasse A Belgique WallonieClasse B1 Suisse Canada type A Australie Warning Level France (= 100%) Comparaison  des  normes  sur  le  compost  

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   25   3 Trois scénarios énergétiques pour la France, Commissariat Général du Plan 2. Evaluation des émissions de CO2 liées au secteur électrique 2.1. Les émissions de CO2 liées à la production d'électricité Les centrales électriques génèrent des émissions de CO2 différentes suivant le combustible utilisé. Les niveaux d'émissions relatifs à chacun des modes de production possibles sont récapitulés dans le tableau 4. Tableau 4 : Émissions de CO2 des centrales électriques (en gCO2/kWh) Charbon Fioul Gaz/cycle combiné Cogénération gaz UIOM* Nucléaire Éolien Hydraulique 915 676 404 230 à 3803 860 à 1548 0 0 0 L'importance de la différence d'émissions entre les divers moyens de production d'électricité souligne l'importance de savoir vers quelles centrales sont orientés les derniers appels de puissance, et donc d'approcher de plus près la teneur en carbone des derniers kWh appelés pour, de manière symétrique, connaître les économies d'émission de CO2 qui seraient réalisées par de la baisse d'utilisation du parc de production centralisé. 2. Il s'agit d'une convention relative aux émissions. Cependant, si, dans un bilan global, la captation du carbone par les puits est comptabilisée indépendamment, les émissions de la combustion du bois devront également être comptabilisées, sous peine de comptabiliser la captation deux fois. * UIOM : Unité d'incinération des ordures ménagères 3. Les émissions de la cogénération gaz dépendent des techniques (turbines ou moteurs) et des rendements. Incinération et bilan carbone source  Ademe  2008  

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   26   n alternatives. quantity of carbon dioxide than originally mark to miss its Kyoto Protocol GHG reduction .S. GHG emissions could be impacted through low calorific value of waste, incinerators are amounts of reusable materials. While older 7%, a recent UK study13 found that 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 Incineration Coal-fired Oil-fired Natural Gas Carbon Dioxide Emissions by Energy Sources (lbs/MWh) Source: U.S. EPA, 2007. GAIA (Global Alliance for Incinerator Alternatives) | www.no-burn.org | February 2012 2 recently discovered that its incinerators were releasing double the quantity of carbon dioxide than originally estimated, and had probably been doing so for years, causing Denmark to miss its Kyoto Protocol GHG reduction targets.11 In contrast, a 2009 study by the EPA concluded that up to 42% of U.S. GHG emissions could be impacted through zero waste strategies such as recycling and composting.12 MYTH 4: Modern incinerators efficiently produce electricity. FACT: All incinerators are a massive waste of energy. Due to the low calorific value of waste, incinerators are only able to make small amounts of energy while destroying large amounts of reusable materials. While older incinerators generate electricity at very low efficiency rates of 19-27%, a recent UK study13 found that conversion efficiencies of new incineration technologies are even lower. Conversely, zero waste practices such as recycling and composting serve to conserve three to five times the amount of energy produced by waste incineration.14 The amount of energy wasted in the U.S. by not recycling aluminum and steel cans, paper, printed materials, glass, and plastic is equal to the annual output of 15 medium-sized power plants.15 MYTH 5: Incinerators provide jobs for communities. FACT: Recycling creates 10-20 times more jobs than incinerators. Incinerators require huge capital investment, but they offer relatively few jobs when compared to recycling. With a national recycling rate of less than 33%, the U.S. recycling industries currently provide over 800,000 jobs. A national recycling rate of 75% would create 1.5 million jobs.16 0 10 20 30 40 50 60 70 Incineration Landfilling Recycling sorting Recycling manufacturing Durables reuse Jobs per 10,000 tons of materials Jobs Creation: Recycling & Reuse vs Disposal Source: ILSR Incinéra;on  vs  ges;ons  alterna;ves     Le  bilan  écologique  et  social  est  sans  appel  …   …  l’incinéra;on  est  un  modèle  d’arrière  garde  

Par5e  3:   Vers  une  société  zéro  déchets,  exemples   •  Par;e  1)  Revue  cri;que  du  cycle  des  déchets,  comparaisons  na;onales  et  interna;onales   •  Par;e  2)  Sor;r  du  modèle  basé  sur  le  couple  incinérateurs/décharges,  le  cas  de  l’  I-­‐d-­‐F.     •  Par;e  3)  Changement  de  paradigme,  vers  une  société  zéro-­‐dechéts,  exemples   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   27   Sandro  De  Cecco     sandro.dececco@gmail.com   Info:  zerodechets.wordpress.com!

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   28   1. 2. 3. Produire sobrement Optimiser et allonger l’usage Préserver la matière Eco-conception et allongement de la durée de vie Réemploi, réutilisation, réparation, seconde main, mutualisation Tri à la source, collecte séparée, recyclage, compostage Les principes du Zero Waste:

Les principes du Zero Waste: des 3 aux 5 “R” •  Réduire •  Réutiliser •  Recycler •  “Rot”  (faire  du  compost!)   •  “Re-­‐design”   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   29  

ZW comment le réaliser? 20 % 40 % 50 % 70 % > 80 %Collecte porte à porte poussée incluant biodéchets + tarif incitative Collecte porte à porte poussée incluant biodéchets Points apport volontaire+ porte à porte pour quelques recyclables (papier) Biodéchets en points d’apport volontaire Recyclables secs en points d’apport volontaire on  est  ici   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   30  

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   31   “Zero  Waste  is  a  goal  that  is  ethical,  economical,  efficient  and  visionary,  to  guide  people  in  changing   their  lifestyles  and  prac;ces  to  emulate  sustainable  natural  cycles,  where  all  discarded  materials  are   designed  to  become  resources  for  others  to  use.     Zero  Waste  means  designing  and  managing  products  and  processes  to  systema;cally  avoid  and   eliminate  the  volume  and  toxicity  of  waste  and  materials,  conserve  and  recover  all  resources,     and  not  burn  or  bury  them.     Implemen5ng  Zero  Waste  will  eliminate  all  discharges  to  land,  water  or  air  that  are  a  threat   to  planetary,  human,  animal  or  plant  health.”       This  is  the  goal  we  are  striving  for.  Measures  of  success  in  mee;ng  this  goal  are  outlined  in  the  Zero   Waste  Business  Principles  and  the  Global  Principles  for  Zero  Waste  Communi;es.  Businesses  and   communi;es  that  achieve  over  90%  diversion  of  waste  from  landfills  and  incinerators  are  considered  to   be  successful  in  achieving  Zero  Waste,  or  darn  close.     Et  aussi:  (Mar;n  Bourque,  Berkeley  Ecology  Center,  2005)   “If  a  product  can’t  be  reused,  repaired,  rebuilt,  refurbished,  refinished,  resold,  recycled  or  composted,   then  it  should  be  restricted,  redesigned,  or  removed  from  produc;on.”       (*)  Planning  Group  of  the  Zero  Waste  Interna;onal  Alliance  adopted  the  first  peer-­‐reviewed  interna;onally  accepted  defini;on  of  Zero   Waste  on  November  29,  2004.  A  revised  defini;on  adopted  by  the  Zero  Waste  Interna;onal  Alliance  on  August  12,  2009  is  given  here.   Défini;on(*)  de  Zero  Waste  

s established itself as a global leader ent. The city has achieved 77 percent highest in the United States, with a three- nacting strong waste reduction legislation, e-minded waste management company to ams, and working to create a culture of sting through incentives and outreach. ng a Culture of Zero Waste s sting on a San Francisco bus. (photo: Larry Strong, courtesy Recology) SAN FRANCISCO State of California Population: 805,235 Area: 121 km2 Population density: 6,633/km2 Average annual rainfall: 518.16 mm Average temperature range: 8ºC to 21ºC Altitude: 16 meters above sea level La  “culture”  Zero  Waste  aux  US   Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   32   ON THE ROAD TO ZERO WASTE SUCCESSES AND LESSONS FROM AROUND THE WORLD Global Alliance for Incinerator Alternatives Global Anti-Incinerator Alliance Global Alliance for Incinerator Alternatives Global Anti-Incinerator Alliance Table of Contents Introduction: Stories From the Front Lines of the Zero Waste Movement ................................. 2 Pune, India: Waste Pickers Lead the Way to Zero Waste ............................................................... 6 San Francisco, USA: Creating a Culture of Zero Waste ...............................................................14 Alaminos, Philippines: Zero Waste, from Dream to Reality ..........................................................22 Hernani, Spain: Door-to-Door Collection as a Strategy to Reduce Waste Disposal .................... 30 La Pintana, Chile: Prioritizing the Recovery of Vegetable Waste ............................................... 38 Mumbai, India: Waste Picker-Run Biogas Plants as a Decentralized Solution .............................. 44 Flanders, Belgium: Europe’s Best Recycling and Prevention Program ....................................... 54 Taiwan: Community Action Leads Government toward Zero Waste ................................................ 64 Buenos Aires City, Argentina: Including Grassroots Recyclers ................................................... 74 Glossary ....................................................................................................................................... 82 Figure 1. San Francisco Waste Legislation and Diversion Rates Source: Adapted from San Francisco Planning and Urban Research Association, 2010. 2009 SF adopts mandatory recycling and composting 2010 Plastic Bag Reduction Ordiance Passed 2007 Food Service Waste Reduction Ordinance Passed 2007 Food Service Waste Reduction Ordinance Passed 2006 Construction and Demolition Debris Recovery Ordinance Passed 2002 SF Board of Supervisors adopt 75% waste diversion goal by 2012 2001 SF adopts city-wide compost colection 14 | ON THE ROAD TO ZERO WASTE: SUCCESSES AND LESSONS FROM AROUND THE WORLD San Francisco has established itself as a global leader in waste management. The city has achieved 77 percent waste diversion, the highest in the United States, with a three- pronged approach: enacting strong waste reduction legislation, partnering with a like-minded waste management company to innovate new programs, and working to create a culture of recycling and composting through incentives and outreach. Advertisement for composting on a San Francisco bus. (photo: Larry Strong, courtesy Recology) SAN FRAN State of Cali Population: 8 Area: 121 km Population de Average annu Average temp Altitude: 16 m Waste divers Waste genera urtesy Recology) SAN FRANCISCO State of California Population: 805,235 Area: 121 km2 Population density: 6,633/km2 Average annual rainfall: 518.16 mm Average temperature range: 8ºC to 21ºC Altitude: 16 meters above sea level Waste diversion rate: 77% Waste generation: 1.7 kg/capita/day

Sandro  DE  CECCO  -­‐  sandro.dececco@gmail.com   33   construc on and soon spread to three other communi es threatened with incinera on in the region. What’s the alterna ve? Tasked with implemen ng an alterna ve to incinera on, Ercolini decided that the only approach was that of waste reduc on. He took over the running of the local waste col lec on corpora on, ASCIT, to create a door to door waste collec on pilot scheme. A er town council of Capannori to be the first in Eu rope to sign up to the Zero Waste Strategy in 2007, commi ng to sending zero waste to landfill by 2020. Door to door collec on was introduced in stages across the municipality between 2005 and 2010, star ng with small villages, where any mistakes could be iden fied and corrected early on, then extended to cover the en re mu nicipal area in 2010. By that me, 82% of mu nicipal waste was separated at source, leaving just 18% of residual waste to go to landfill. In 2012 a number of villages in the municipality became subject to a new ‘Pay As You Throw’ waste tari , where the frequency of collec on per household is measured using microchips in s ckers on residual waste bags, scanned by a reader on the collec on vehicle. In those areas the new tari incen vized be er separa on and preven on, driving local source separa on rates up to 90%. 0 100 200 300 400 500 600 700 800 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Disposal Recycling Evolution of separate collection and waste generation in Capannori 2004 2013 (in Kg/person/year) 39% waste reduction! 82% separately collectedwaste Source: Tuscanyregion Designing waste out of the system In 2010 Capannori set up the first Zero Waste Research Centre in Europe, where waste experts iden fy what is s ll being thrown in the grey residual waste bags and come up with solu ons to get that 18% figure down even further. Finding that items such as co ee capsules were among the most commonly discarded items, the Re search Centre held mee ngs with co ee manufacturers such as Nespresso and Illy to work on biodegradable or recyclable alterna ves. The high volume of disposable nappies in re sidual waste led the municipality to o er subsidized washable nappies to local par ents. Taking a collabora ve rather than com ba ve approach has meant that manufactur ers have responded posi vely, with co ee manufacturers ini a ng research into alter na ves to capsules. One man’s trash is another’s treasure Not only

Add a comment

Related pages

Conférence UTOPIA : Les villes "zéro déchet", un ...

Conférence UTOPIA : Les villes "zéro déchet", un objectif réalisable ? Join Save Invite. Public · Hosted by Mouvement Utopia. Guests. 15 went. 13 ...
Read more