Actu Défense du 17 novembre 2016

50 %
50 %
Information about Actu Défense du 17 novembre 2016

Published on November 17, 2016

Author: DICoD

Source: slideshare.net

1. Actu DéfenseSynthèse du point presse jeudi 17 novembre 2016 La protection du territoire national : une priorité Le sondage semestriel sur les opérations intégrait pour la première fois les missions de sauvegarde maritime et de sûreté aérienne. Avec 84% d’opinions favorables, elles sont très nettement en tête. Associé aux 75% pour Senti- nelle, ce résultat marque la préoccupation des Français face au terrorisme et leur attachement à la mission pre- mière des armées : la protection du territoire et de la Nation. Les attentats de 2015 ont marqué une rupture dans les condi- tions d’emploi des armées sur le territoire. Un rapport au parle- ment en a fixé la nouvelle doctrine. La posture permanente de protection terrestre a été créée, s’appuyant en particulier sur Sentinelle. Cette redéfinition a également impliqué la montée en puissance de la posture de cyberdéfense. Sont intégrées égale- ment les capacités permanentes de réponse sanitaire et de sou- tien pétrolier, assurées par le service de santé des armées et le service des essences des armées, qui concourent à la continuité de l’action des armées et de la Nation. Par ailleurs, les postures permanentes dites « de milieu » sont renforcées. La posture permanente de sauvegarde maritime, contribution de la marine à la défense maritime du territoire et à l’action de l’Etat en mer, mobilise 3700 marins pour renseigner, surveiller et agir le cas échéant. La posture permanente de sûreté aérienne est assurée par l’armée de l’air et vise à garantir notre souveraineté dans l’espace aérien national, où transitent chaque jour près de 12 000 aéronefs. Europe : une « défense opératoire » Les 14 et 15 novembre le Conseil affaires étrangères de l’Union a réuni à Bruxelles les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des États membres. Le Conseil a adopté un plan de mise en œuvre de la stratégie globale de sécurité et de défense. Celui-ci présente un niveau d’ambition relevé destiné à développer une union plus forte et mieux capable de faire face aux menaces et défis actuels. Les trois priorités déterminées par la stratégie globale sont la réponse aux conflits externes et aux crises, le renforce- ment des capacités des partenaires et la protection de l’UE et de ses citoyens. Jean-Yves Le Drian a déclaré que nous étions mainte- nant dans l’Europe de la défense opératoire, avec une série d’objectifs qui vont permettre à l’Europe de faire un pas de plus vers l’autonomie stratégique. Les dirigeants se sont également penchés sur la politique de sécurité et de défense (PSDC) et sur la coopération OTAN-UE. Le ministre a rappelé que, suite à la déclaration OTAN-UE validée lors du sommet de Varsovie, il est hors de question d’avoir une duplica- tion entre les deux institutions. Hommage aux soldats irlandais Jean-Marc Todeschini s’est rendu dimanche 13 novembre à Dublin pour inaugurer le monument offert par la France à l’Irlande en hommage aux soldats irlandais venus com- battre en France lors de la guerre de 1870- 1871 et des deux guerres mondiales. Le monument se com- pose de la réplique d’une croix construite par les soldats de la 16th Irish Division dans les jardins de l’église de Ginchy (Somme), en hommage à leurs 1 200 camarades morts en 1916 lors des batailles de la Somme. Des pierres disposées à la base de la croix ont été gravées d’extraits d’un texte du maréchal Foch. Le SEDACM a également remis la Légion d’honneur à trois vétérans irlandais de la Seconde Guerre mondiale. Le général de division aérienne Jean-Christophe Zimmerman, commandant en second du Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA), a détaillé lors du point presse les missions de l’armée de l’air sur le territoire national. Voir p. 3.

2. Agendas ministériels Actu Défense Page 2 Déplacement du SEDACM dans le Pacifique Jean-Marc Todeschini effectue un déplacement en Nouvelle-Zélande et en Australie du 17 au 21 no- vembre. Jeudi 17, il s’est rendu au 19e salon des indus- tries de défense à Auckland. Il s’est ensuite rendu à l’Auckland War Memorial Museum, où il a déposé une gerbe puis remis la légion d’honneur à des vétérans. Il a visité les collections maories et celles de la Première Guerre mondiale. Le SEDACM s’est ensuite rendu à une réception tenue à l’occasion du 75e anniversaire de la Royal New Zealand Navy , à l’issue de laquelle il s’est entretenu avec le ministre de la Défense M. Gerry Brownlee. Il a également rencontré la communauté française et l’ambassadeur de France en Nouvelle- Zélande, Mme Florence Jeanblanc-Risler. M. Todeschini poursuivra sa visite à Wellington puis en Australie. Il participera notamment à des cérémonies mémorielles et s’entretiendra avec ses homologues. Colloque ingénieurs de l’armement Mardi 15, le ministre s’est rendu au colloque de la Confédération amicale des ingénieurs de l’armement. Consacrée à la question « l’État a-t-il encore besoin de grands corps d’ingé- nieurs dans la haute fonction publique ? », cette ren- contre a réuni des ingénieurs au service de l’État ainsi que des représentants de l’administration et de l’indus- trie. Le ministre a rappelé dans son discours que les qualités de l’esprit scientifique, technologique et ration- nel sont plus que jamais de mise, pour orienter et agir dans une situation internationale marquée par l’incerti- tude, l’instabilité mais aussi l’accélération technique. Coopération franco-britannique Jean-Yves Le Drian a ouvert avec son homo- logue Michael Fallon la 6e con- férence de Dé- fense organisée par le Conseil franco-britannique les 16 et 17 novembre. Les ministres ont salué la ratification par les parlements français et britannique de l’accord intergouvernemen- tal dans le domaine des missiles, entré en vigueur le 12 octobre, qui ouvre la voie à une véritable interdé- pendance dans ce secteur hautement stratégique et à une rationalisation industrielle entre les deux pays. Il encadre en particulier la mise en œuvre de huit centres d’excellence au sein de MBDA, avec un par- tage et une répartition des compétences. Les deux pays ont également rappelé la déclaration d’intention confirmant leur volonté de lancer la phase commune d’étude de concept pour le programme d’arme future de croisière anti-navire et leur souhait de signer un contrat en mars 2017. Communiqué Douaumont - Verdun M. Todeschini a présidé le 10 novembre la cérémonie d’inhumation de soldats inconnus à la Nécropole nationale de Fleury-devant-Douaumont, dont les corps ont été retrouvés en 2015 et 2016 sur le champ de bataille lors du chantier de rénovation du Mémorial de Verdun. Il a installé le premier conseil d’administration de l’Établissement public de coopération culturelle (EPCC) Mémorial de Verdun–Champ de bataille. Commémorations du 11 novembre Le secrétaire d’État a participé aux cérémonies de com- mémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918, date qui est également une journée d’hommage à tous les soldats morts pour la France. Une cérémonie s’est déroulée devant la plaque apposée sur les Champs- Élysées pour commémorer la participation, le 11 novembre 1940, de lycéens, étudiants et professeurs parisiens à la commémoration de l’armistice de 1918, malgré l’interdiction. 3 000 à 5 000 parisiens se sont également joints à cet hommage. M. Todeschini était aux côtés du président de la République, du Premier ministre et du ministre de le Défense pour la cérémonie qui s’est déroulée devant la statue de Georges Clémenceau. Ils se sont ensuite ren- dus à l’Arc de Triomphe pour la cérémonie nationale de l’armistice du 11 novembre 1918.

3. Actu Défense Page 3 Armée de l’air : protection du territoire 3 500 aviateurs œuvrent quotidiennement à la protection des Français sur le territoire national au travers d’un large spectre de missions visant à faire respecter la souveraineté de l’espace aérien français, surveiller l’espace exa- atmopshérique, participer au sol à la protection contre le risque terroriste ou contribuer aux missions de service public. La posture permanente de sûreté aérienne (PPS-A) est une mission prioritaire de l’armée de l’air confiée au CDAOA, sous l’autorité du Premier ministre. Ce dispositif actif 24h/24 permet d’assurer la souveraineté de l’espace aérien national grâce à la détection, l’identification et l’interception de tout intrus en quelques minutes. Près de 12 000 aéronefs survo- lent quotidiennement notre pays. Les attentats du 11 septembre 2001 ou les récentes démonstrations de puissance d’avions russes au large de nos côtes suffisent à rappeler son absolue nécessité. Pour 2016, ce sont déjà environ 120 décollages sur alerte d’avions de chasse ou d’hélicoptères (aéronefs au comportement suspect, perte de con- tact radio, violation de zone interdite, panne…) qui sont déjà dénombrés. Dans cette mission, les forces aériennes doivent pouvoir répondre à l’ensemble du spectre de menaces de l’avion de combat à la cible lente type parapente, en passant par les drones. Sur ce dernier point, l’Armée de l’air a entre- pris des démarches très encourageantes avec par exemple le programme « Moyens Intérimaires de Lutte Anti Drone » ou le dressage d’aigles en cours d’évaluation pour l’interception de drones. La coordination interalliés revêt une grande importance (OTAN, accords transfrontaliers…). Les interceptions d’aéronefs russes ont notamment montré la pertinence de cette coordination. Cette posture peut enfin être renforcée par un dispositif particulier pour la sécurisation ponctuelle de grands événements (sommets internationaux, 14 juillet, grands événements sportifs…). Surveillance de l’espace : la France est le seul État européen à posséder une capacité d’appréciation de la situation spatiale : détection et suivi des satellites en orbite basse grâce aux radars de l’armée de l’air (GRAVES et SATAM). Un centre spatial permettant de fournir quotidiennement une situation très précise en fusionnant les informations issues de l’ensemble des capteurs est situé à Lyon-Mont-Verdun. Il permet notamment d’anticiper et d’éviter les collisions entre satellites ou encore les risques d’entrées dans l’atmos- phère de débris spatiaux. Ces moyens permettent par ailleurs de soute- nir les opérations et le renseignement. Protection des sites - Sentinelle : des aviateurs sont aussi mobilisés pour la protection des aéroports d’Orly, Nice ou Bordeaux. L’armée de l’air assure par ailleurs la protection de 95 installations militaires sensibles. L’armée de l’air souhaite étendre progressivement son appui aux forces de sécurité intérieure (renseignement, surveillance, recon- naissance…), notamment grâce à ses drones et ses hélicoptères. Service public : le Centre de coordination de sauvetage de l’armée de l’air à Lyon conduit les opérations de recherche et sauvetage (SAR) au profit d’aéronefs en difficulté, grâce à des moyens placés en alerte permanente. En 2016, plus d’une trentaine de missions ont été réalisées et 23 vies sauvées. L’agence de biomédecine sollicite en outre régulièrement l’armée de l’air pour ouvrir des terrains militaires dans le cadre de transport de greffons. Les plateformes militaires prennent le relais des aéroports civils en heures non ouvrables. Ce type d’opération est en constante augmentation, avec déjà 117 ouvertures en 2016 (115 en 2015). L’ensemble des acteurs de cette chaîne de vie ne dispose que de quelques heures pour procéder à la greffe des organes prélevés.

4. Actu Défense Page 4 Actualités de la Défense Actualités des opérations Forum DGA-Innovation La 5e édition du forum innova- tion organisé par la Direction générale de l’armement (DGA) se tiendra le 24 novembre à l’École polytechnique. La DGA investit chaque année plus de 730 millions d’euros dans la recherche et la technologie, dont une partie destinée aux PME innovantes. le forum rassem- blera 850 acteurs du monde de la recherche et de l’innovation, des universités, PME, grands groupes in- dustriels etc. Une centaine d’innovations seront pré- sentées, parmi lesquelles certaines seront primées . Exercice Croix du Sud Les Forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC) ont conduit du 13 au 15 novembre la première phase de l’exercice interarmées et interallié Croix du Sud organi- sé tous les deux ans. L’exercice rassemble onze nations partenaires de la région Pacifique et 1800 participants. Son scenario a permis à la force multinationale de si- muler une opération d’aide humanitaire, suivie d’une évacuation de 171 ressortissants sur l’Île des Pins. Les moyens aériens et maritimes ont acheminé 350 personnes au cours de l’opération amphibie ainsi que 40 tonnes de fret et 12 véhicules, pendant que la force maritime composée de sept bâtiments conduisait une opération d’embargo au large. Cet exercice constitue une échéance opérationnelle attendue des partenaires de la région Pacifique et per- met de développer l’interopérabilité avec ces pays. Outre le maintien de l’aptitude opérationnelle des FANC, il permet de réagir rapidement et efficacement en situation réelle. Salon de l’éducation Le Salon européen de l'Éducation se tiendra au Parc des exposi- tions de la Porte de Versailles (Paris) du 18 au 20 novembre. C’est l’occasion pour le ministère de la Défense d'informer les jeunes citoyens sur le recrute- ment et de promouvoir l'esprit de défense. Les trois armées et la DGA présenteront aux visiteurs l'étendue des métiers militaires et civils de la Défense. Un stand Garde nationale informera les jeunes souhaitant s'engager en tant que réservistes. Un espace animation diffusera les clips de campagne de recrutement, et une vidéo à 360 degrés plongera les jeunes au cœur des activités de la Marine nationale. Les besoins de recrutement atteindront 15 000 jeunes de 17 à 30 ans en 2017, de niveau 3e à Bac+5. SGDSN Le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) organise les 22 et 23 novembre un col- loque international consacré à l'histoire du SGDSN et ses missions, qui a pour objectif de réfléchir aux enjeux actuels de sécurité et de dé- fense, en commémoration de son 110e anniversaire. Programme et inscription SAHEL : opération Barkhane Appréciation de la situation La situation sécuritaire reste fragile dans la Bande sa- hélo-saharienne (BSS). Plusieurs attaques ont eu lieu cette semaine contre les forces gouvernementales, qui ont montré de très bonnes réactions. Les Forces ar- mées nigériennes (FAN) ont subi une attaque d’un poste frontière le 8 novembre à Bani Bangou. Au Mali, les forces armées maliennes (FAMa) ont fait face à des attaques sur le poste de N’Thaka. La résis- tance des FAMa et des FAN ainsi que l’arrivée rapide de renforts ont permis de mettre fin aux attaques et d’interpeller des assaillants.

5. Actu Défense Page 5 Opération Barkhane : suite Les Groupes armés terroristes (GAT) continuent de constituer une menace sérieuse pouvant fragiliser la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation (APR). Les rencontres et discussions entre les autorités ma- liennes, la MINUSMA et les leaders des mouvements Groupes armés signataires (GAS) montrent des avan- cées en faveur de l’APR, notamment pour la planifica- tion des patrouilles mixtes et la mise en place des auto- rités intérimaires dans les secteurs de Gao et de Kidal. Activités de la force L’activité opérationnelle de Barkhane se maintient à un niveau important, avec des opérations quotidiennes contre les GAT ou au profit des partenaires pour contri- buer au retour de la sécurité dans la bande sahélo- saharienne (BSS). Barkhane agit contre les GAT : opération Ithaque 2 Dans le nord du Mali, Barkhane exerce une pression sur les GAT pour lutter contre la résurgence des foyers terroristes. Elle se traduit par la conduite d’opérations combinées impliquant des moyens terrestres (infanterie, blindés, artillerie), com- plétés par des moyens aériens destinés à éclairer, ren- seigner ou appuyer (drone, hélicoptères, chasseurs…). Du 5 au 10 novembre, 150 militaires appuyés par les hélicoptères de la force Barkhane ont conduit l’opéra- tion « Ithaque 2 » dans la région de Talhandak. Elle a débuté par la reconnaissance de l’axe entre Tessalit et Talhandak près de 100 km sur des pistes en terrain diffi- cile avec alternances de zones sablonneuses et de zones rocheuses difficilement franchissables, ponctuées de points de passage obligés qui ralentissent les progres- sions et contraignent les mouvements de la force. La reconnaissance du village de Talhandak (800 habitants) a ensuite été menée, passage obligé proche de la fron- tière algérienne. Il constitue une plateforme logistique potentielle pour le ravitaillement des GAT qui emprun- tent cet axe. Au cours de cette opération, le recueil d’information auprès des populations vient compléter l’observation des mouvements et des activités dans la zone. Ces actions permettent d’améliorer chaque fois la com- préhension et la connaissance du théâtre, pouvant aboutir à des saisies qui démantèlent et érodent peu à peu les capacités de nuisance des GAT. Cette opération permet en outre de marquer la pré- sence de la force Barkhane dans le triangle du Nord Mali, elle a aussi un rôle dissuasif qui perturbe l’activité des GAT, et dénie leur liberté d’action. Barkhane agit au profit de ses partenaires : opération Chevreul Du 10 au 13 novembre, une section des FAMa appuyée par le Détachement de liaison et d’appui opérationnel n° 4 (DLAO 4) a effectué une opération de contrôle de zone dans la région de Tombouctou. Après la sécurisation de la ville et de ses abords par la mise en place de check-points permettant de réaliser des contrôles de véhicules, l’opération s’est poursuivie par des patrouilles à pied à l’intérieur de la ville. Des reconnaissances d’axes ont été menées vers l’ouest en direction de Goundam et vers le bac de Korioumé, point clé de la circulation au sud de Tombouctou. L’opération Chevreul s’est achevée par une Aide médi- cale à la population (AMP) dans la localité d’Acharane, le 13 novembre, à l’occasion de laquelle 70 personnes ont pu bénéficier de soins dispensés par les FAMa et la force Barkhane. Levant : opération Chammal Sur l’ensemble du territoire, le recul de Daech est limité mais se poursuit : l’organisation terroriste oppose toujours une forte résistance et valorise le terrain perdu en le piégeant et en faisant un usage intensif de véhicules piégés (VBIED), de tirs indirects par mortiers ou de tirs de snipers. En Irak, Daech est en position de défense ferme dans la ville de Mossoul. Dans le reste du pays, les forces irakiennes font effort pour sécuriser l’axe entre Haditah (vallée de l’Euphrate) jusqu’à Bayji (vallée du Tigre) pour contrôler l’accès vers Bagdad.

6. Opération Chammal : suite En Syrie, les forces syriennes d’opposition ont effectué une poussée importante vers Al Bab dont ils sont dé- sormais à une dizaine de kilomètres. Les forces démo- cratiques syriennes poursuivent leur descente vers Raqqah appuyées par les moyens aériens de la Coali- tion. Avancées sur la bataille de Mossoul Les djihadistes cherchent systématiquement l’enchevê- trement et l’imbrication avec les unités amies et la po- pulation civile pour compliquer ou empêcher l’action des moyens d’appui. Au nord de la ville, une poche de résistance de Daech se maintient autour de Tal Kayf. Au nord-est, les Pesh- mergas sont parvenus à sécuriser Bashiqah. A l’est, l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS) a stoppé sa progression. Les forces peshmergas sécurisent les zones conquises tandis que les Popular Mobilization Forces sont stabilisées à 20 km de Tal Afar. Au Sud, la résistance limitée a permis la conquête de Hamam Al Alil. Les forces irakiennes progressent plus lentement, avec l’objectif d’établir un dispositif cohérent autour de la ville pour lutter méthodiquement contre l’ennemi et gêner l’organisation de la défense de Daech. Contact presse opérations et CEMA : 09 88 68 28 65 / 09 88 68 28 66 emapresse@gmail.com Produit par le bureau porte-parole de la Délégation à l’information et à la communication de la Défense (DICoD) Directrice de la publication : Valérie Lecasble Rédacteur en chef : CF Lionel Delort Rédacteurs: CC Alexis Edme, Chloé Ruard, Marie-Astrid Lefeuvre, Pauline Royer-Briand, EMA/COM (opérations) crédit Image en opérations @EtatMajorFR CONTACTS PRESSE : 09 88 67 33 33 ou presse@dicod.defense.gouv.fr Actu Défense Page 6 Elles ont permis de conduire dix frappes, dont neuf dans la région de Mossoul, et de détruire onze objec- tifs. Le ralentissement de l’activité cinétique de la coalition et des avions français engagés dans l’opération Cham- mal est avéré en raison de la physionomie des opéra- tions dans les abords de la ville. Cette semaine, la Task Force Wagram a réalisé un tir d’illumination au profit des forces irakiennes. Composition du groupe aéronaval Le groupe aéronaval, déployé autour du porte-avions a été réorganisé avec le départ de la frégate allemande Augsburg qui a quitté l’escorte le 16 novembre après plus d’un mois et demi de mission aux côtés du Charles De Gaulle en Méditerranée orientale. C’est le deuxième déploiement de cette frégate au sein du GAN français en moins d’un an. Par ailleurs la frégate de défense aérienne Chevalier Paul a quitté le groupe tandis que la frégate légère furtive La Fayette, de retour de mission en océan In- dien a intégré l’escorte.

Add a comment