10112003gr5

43 %
57 %
Information about 10112003gr5
Education

Published on January 15, 2008

Author: Soffia

Source: authorstream.com

L’hyperoxaliurie primaire du chat:  L’hyperoxaliurie primaire du chat 1. Présentation:  1. Présentation Maladie héréditaire rare (découverte en 1984) touchant les chats âgés de 4 à 9 mois; Pas de prédisposition raciale; Insuffisance rénale aiguë provoquée par des dépôts de cristaux d’oxalate dans les tubules rénaux; Signes neurologiques associés à l’accumulation de neurofilaments dans les cellules nerveuses; Etat se dégrade rapidement une fois la pathologie cliniquement déclarée; Affection féline analogue à l’oxaliurie primaire de type II humain (déficience enzymatique en D-glycérate déshydrogénase, de l’acide L-glycérique dans les urines et une néphrolithiase récurrente). 2. Etude génétique:  2. Etude génétique Mode de transmission de la maladie de type autosomique récessif; Il faut 2 gènes (un de la mère et un du père) pour que le chaton soit atteint, la maladie est donc difficile à éradiquer; Maladie peut disparaître sur plusieurs générations et réapparaître après reproduction entre deux individus porteurs; Tous les animaux atteints ne doivent pas être utilisés en reproduction; Sur 16 chatons atteints: 11 mâles, 5 femelles; Parmi les non atteints, 10 mâles et 14 femelles; Donc, ce gène n’est ni lié au sexe, ni limité au sexe (c2, avec correction de Yates et pour un degré de liberté 1.842,P>0.1). Pedigree de chats atteints d’hyperoxaliurie primaire:  Pedigree de chats atteints d’hyperoxaliurie primaire Au sein d’une colonie de chats domestiques à poils courts, 16 animaux ont été reconnus atteints d’hyperoxaliurie primaire. Bien que le croisement d’origine n’ait pas été mis en évidence, l’analyse généalogique a révélé qu’ils appartenaient bien à la même famille. 3. Physiopathogénie:  3. Physiopathogénie Activité de plusieurs enzymes hépatiques chez des chats malades comparée à celle de sujets sains apparentés et non apparentés; Résultats de l’étude : La D-glycérate déshydrogénase est largement déficitaire chez les individus affectés (moins de 6% de la moyenne calculée chez les chats de contrôle); Cette enzyme possède également une activité glyoxylate réductase; Corrélation positive significative entre les deux actions enzymatiques : produits d’un gène commun; Valeurs les plus basses pour ces 2 enzymes chez les individus hétérozygotes (en supposant que la maladie est autosomique récessive); Ces dosages représentent donc une perspective intéressante dans le cadre du dépistage des porteurs de l’affection. 3. Physiopathogénie (2):  3. Physiopathogénie (2) Deux voies métaboliques principales pour expliquer la présence d’acide L-glycérique et d’acide oxalique dans l’urine des chats; Déficience en D-glycérate déshydrogénase dans le cytosol des cellules hépatiques aboutit à l’accumulation d’hydroxypyruvate réduit ensuite en acide L-glycérique par la lactate déshydrogénase; Impossibilité du glyoxylate à être métabolisé en glycolate dans le cytosol des cellules du foie à cause de la baisse d’activité de la glyoxylate réductase. Il est alors oxydé et transformé en oxalate vraisemblablement par la lactate déshydrogénase. Métabolisme supposé du glyoxylate dans le foie du chat:  Métabolisme supposé du glyoxylate dans le foie du chat Cellule hépatique féline Métabolisme supposé du glyoxylate dans le foie de l’homme:  Métabolisme supposé du glyoxylate dans le foie de l’homme Cellule hépatique humaine 3. Physiopathogénie (3):  3. Physiopathogénie (3) L’hyperoxaliurie se manifeste de façon beaucoup plus dramatique chez le chat que chez l’homme (insuffisance rénale naissante est d’emblée aiguë); Métabolisme singulier du glyoxylate dans les cellules hépatiques félines : Glyoxylate doublement toxique chez les animaux de façon : Indirecte : en empêchant l’oxydation du citrate dans les mitochondries; Directe : en générant de l’acide oxalique qui en se déposant dans les reins entraîne l’insuffisance rénale aiguë. L’oxalate est synthétisé majoritairement dans le peroxysome des cellules hépatiques; Chez l’homme : l’oxalate peut être transaminé en glycine par l’alanine (glyoxylate aminotransférase); Chez le chat : cette réaction n’a pas lieu car l’enzyme féline permettant la transamination est surtout présente dans les mitochondries des cellules hépatiques. Dès lors, la quantité de glyoxylate diffusant dans le cytosol est beaucoup plus importante chez l’animal, le rend plus sensible à un déficit en glyoxylate réductase (retentissements sur la fonction rénale sont d’autant plus graves que la synthèse d’oxalate sera accrue). 4. Etude anatomo-pathologique:  4. Etude anatomo-pathologique A. Aspect macroscopique Reins irréguliers, de taille augmentée ou diminuée suivant les individus; Certains montrent un cortex pâle et une médullaire rouge sombre; Le pelvis contient parfois des cristaux blancs; Aucune modification physique macroscopique mis à part une atrophie musculaire généralisée. 4. Etude anatomo-pathologique:  4. Etude anatomo-pathologique B. Aspect microscopique Nombreux cristaux d’oxalate biréfringents situés dans les tubules rénaux; Zones circonscrites de fibrose interstitielle; Fibrose periglomérulaire peut occasionnellement être apparente; Larges renflements dans les axones proximaux de la corne ventrale, dans les racines ventrales, les nerfs intramusculaires mais surtout dans les ganglions des racines dorsales de la moelle épinière; Ces protubérances correspondent à l’accumulation de neurofilaments qui sont, à plus long terme, à l’origine d’une dénervation musculaire; Parfois, certains nerfs périphériques montrent également des signes de dégénérescence Wallérienne. Illustration:  Illustration Cristaux d’oxalate intratubulaire chez un chien (Coloration HES, G. x10 x20 x1,25) Illustration:  Illustration Nombreux axones dilatés (flèches) dans un ganglion de racine dorsale (coloration Bleu de Toluidine, G. x120). Photographie au microscope du culot urinaire (cristaux d’oxalate):  Photographie au microscope du culot urinaire (cristaux d’oxalate) 5. Etude clinique (1):  5. Etude clinique (1) A. Symptômes et examen clinique Apparition des premiers signes de la maladie dès l’âge de 4 mois (de façon brutale); Signes d’insuffisance rénale aiguë (anorexie, déshydratation, mauvais état général…); A la palpation abdominale, les reins sont douloureux, irréguliers et fréquemment augmentés en taille (bien que certains soient réduits); Faiblesse qui s’installe au bout de quelques jours et s’accentuant avec le temps (défaillance remarquée avant même l’émergence du dysfonctionnement rénal). Elle serait donc l’expression d’un problème neurologique indépendant. Refus de monter les marches; Tendance à écarter les membres à la réception d’une chute; Les nerfs crâniens sont préservés; Réflexes posturaux et panniculaires sont souvent touchés; Réflexe patellaire et retrait des membres (face à un stimulus douloureux) peuvent être diminués; Au cours de la progression de l’affection, les chats s’affaissent, les jarrets se fléchissent et ils ont plus de mal à se tenir debout. 5. Etude clinique (2):  5. Etude clinique (2) B. Diagnostic 1. Diagnostic clinique, hématologique et urinaire Signes cliniques souvent frustres, dominés par un abattement de l’animal; Suspicion d’une atteinte rénale aiguë peut être levée en réalisant une analyse biochimique du sang (créatininémie et urémie augmentées, acidose métabolique, hyperphosphatémie et hyperkaliémie); Réalisation d’un culot de centrifugation permet parfois d’objectiver la présence de cristaux d’oxalate. 5. Etude clinique (3):  5. Etude clinique (3) 2. Electromyographie L’examen électromyographique de 3 chats malades a permis de détecter une activité électrique spontanée dans un grand nombre de leurs muscles, caractérisée par des salves de violents potentiels positifs ou des fibrillations; Cette découverte serait compatible avec des lésions de dénervations; 5. Etude clinique (4):  5. Etude clinique (4) 3. Diagnostic histologique Lésions histologiques de la maladie décrites auparavant; La biopsie musculaire n’apporte aucune information dans les stades débutants de la maladie 4. Investigation biochimique McKerrell et al. ont montré : que les chats malades excrètaient de façon intermittente de l’oxalate dans leurs urines et que leur taux moyen d’oxalate urinaire/créatinine urinaire (mol/mol) était nettement supérieur à celui des chats non affiliés et des animaux apparentés mais sains; Cependant ce ratio est finalement peu fiable : Les résultats individuels obtenus avec des individus affectés d’une part, et avec des individus normaux et apparentés d’autre part, se chevauchent; Variation de ce ratio avec l’âge puisque les jeunes chats, bien portants, âgés de moins de 4 mois, ont une teneur urinaire en oxalate plus élevée que d’autres animaux de la même famille; Sécretion d’oxalate dans l’urine décroît dans les stades terminaux de l’affection. 5. Etude clinique (5):  5. Etude clinique (5) Le diagnostic de certitude repose essentiellement sur la découverte d’acide L-glycérique dans l’urine. On utilise pour cela la chromatographie en phase gazeuse et la spectrophotométrie de masse. Seuls les sujets malades auraient un taux urinaire en glycérate décelable. Détection des animaux atteints en apparente bonne santé avant même l’apparition de l’urémie. Le dosage des enzymes hépatiques est difficilement réalisable et n’est donc pas utilisé en pratique pour confirmer le diagnostic. 5. Etude clinique (6):  5. Etude clinique (6) 5. Diagnostic différentiel Chez le chat, l’oxalose résulte le plus souvent d’une ingestion accidentelle d’éthylène glycol (préparations d’antigel); il n’est pas directement toxique mais sont oxydation dans le foie suscite la formation d’oxalate et d’autres métabolites dangereux; Signes cliniques observés : Variables suivant le degré d’intoxication Polydipsie, polyurie, vomissements, ataxie et une acidose métabolique (début de l’intoxication) Insuffisance rénale aiguë et acidose 24 à 72 heures après l’absorption du produit Le diagnostic d’hyperoxaliurie primaire doit donc être considéré lorsque l’insuffisance rénale aiguë touche de jeunes chats, quand l’histologie apporte la preuve de l’affection et quand l’animal n’a pas pu avoir accès à une source d’éthylène glycol. 5. Etude clinique (7):  5. Etude clinique (7) C. Pronostic Le pronostic de cette maladie est sombre; Evolution clinique très rapide; En quelques mois, l’animal ne peut plus se tenir debout; La mort survient généralement avant l’âge de 1 an. D. Traitement Comme la maladie est héréditaire, il n’existe pas de réel traitement; Par contre, le traitement est basé sur la symptomatologie: Lutter contre l’insuffisance rénale aiguë et ses conséquences (diarrhée, vomissements); Réhydrater l’animal, corriger l’acidose métabolique et les troubles hydroélectrolytiques; Maintenir un équilibre nutritionnel et une diurèse. 5. Etude clinique (8):  5. Etude clinique (8) D’autre part, le choix de la nourriture pourrait avoir une importance considérable dans la durée de survie de l’animal. Une colonie de jeunes chats affectés alimentés uniquement par des boîtes de conserves et une autre colonie qui reçoit le même type de denrées en boîte et aussi sous forme d’aliments secs. De cette expérience, il ressort que les animaux du deuxième groupe ne survivent pas au-delà du neuvième mois alors que l’autre population atteint facilement 17 mois. 6. Importance de ce modèle animal (1):  6. Importance de ce modèle animal (1) L’espèce féline s’annonce être un excellent modèle animal pour l’homme et est intéressant à plus d’un titre : Il permet de mieux appréhender la maladie et d’envisager des essais thérapeutiques comme l’évaluation d’enzymes inhibitrices qui réduiraient la formation d’oxalate; Du point de vue clinique, il se rapproche de l’hyperoxaliurie de type I de l’enfant qui succombe lui aussi très tôt à une insuffisance rénale. Les principales différences entre les deux espèces reposent sur l’existence d’une dénervation du muscle squelettique et la présence de lésions dans le système nerveux central chez le chat; 6. Importance de ce modèle animal (2):  6. Importance de ce modèle animal (2) Aucune publication ne rapporte une accumulation de neurofilaments dans les cellules nerveuses humaines; Par contre, des renflements similaires existent dans d’autres pathologies comme dans la sclérose amyotrophique latérale de l’homme ou l’atrophie musculaire spinale héréditaire de l’Epagneul Breton; la façon dont se forment les protubérances reste indéterminée mais il semblerait que des substances toxiques participent à la pathogénie. Nous pouvons rappeler qu’en 1999 l’Américain Günter Blobel a obtenu le prix Nobel de médecine pour ses travaux concernant l’information que porte la protéine elle-même.Celle-ci leur permet d’être acheminée et reconnue par le site où elle effectuera la tâche pour laquelle elle est conçue.Il a parallélement trouvé qu’une altération de ce signal pouvait entraîner un mauvais positionnement de la protéine dans la cellule et être à l’origine de maladies comme l’hyperoxaliurie primaire, l’hypercholestérolémie… 7. Conclusion:  7. Conclusion L’hyperoxaliurie primaire (hyperacidurie L-glycérique) est une affection héréditaire dont la transmission est autosomale récessive; Cette maladie est causée par un seul gène; ce dernier peut être masqué dans le génome et la maladie peut pendant plusieurs mois être inapparente; un accouplement entre deux chats porteurs pourrait la faire réapparaître; On peut donc conseiller à l’éleveur le retrait de la reproduction des individus atteints. 8. Bibliographie:  8. Bibliographie McKERRELL RE. Primary hyperoxaluria (L-glyceric aciduria) in the cat. Vet. Ann., 1991, 180-185. McKERREL RE, BLAKEMORE WF, HEATH MF, PLUMB J, BENNETT MJ, POLLITT RJ et al. Primary hyperoxaluria (L-glyceric aciduria) in the cat : a newly recognised inherited disease. Vet. Rec., 1989, 125, 31-34. BLAKEMORE WF, HEATH MF, BENNETT MJ, CROMBY CH, POLLITT RJ. Primary hyperoxaluria and L-Glyceric aciduria in the cat. J. Inher. Metab. Dis., 1988, 11, supplément 2, 215-217. DANPURE CJ, JENNINGS PR, MISTRY J, CHALMERS RA, McKERRELL RE, BLAKEMORE WF et al. Enzymological characterization of a feline analogue of primary hyperoxaluria type 2 : a model for the hyman disease. J. Inher. Metab. Dis., 1989, 12, 403-314.

Add a comment

Related presentations

Related pages

L’hyperoxaliurie primaire du chat - JM'2004

L’hyperoxaliurie primaire du chat 1. Présentation Maladie héréditaire rare (découverte en 1984) touchant les chats âgés de 4 à 9 mois; Pas de ...
Read more

Cours Lieu Des Racines - ppt : Cherchez.Me 1/20

1200 Résultats pour Cours Lieu Des Racines Format ppt - Page 1/20 (Temps écoulé: 0.0044)
Read more

Medecine Clinique Du Chien Et Du Chat - ppt : Cherchez.Me 1/1

18 Résultats pour Medecine Clinique Du Chien Et Du Chat Format ppt - Page 1/1 (Temps écoulé: 0.0165)
Read more

Troubles Hydroelectrolytiques - ppt : Lire.Me 1/2

60 Résultats pour Troubles Hydroelectrolytiques Format ppt - Page 1/2 (Temps écoulé: 0.1727)
Read more

Heures Presence - ppt : Lire.Me 19/1

896 Résultats pour Heures Presence Format ppt - Page 19/1 (Temps écoulé: 0.1286)
Read more

Chromatographie Phase Gazeuse - ppt : Cherchez.Me 1/2

56 Résultats pour Chromatographie Phase Gazeuse Format ppt - Page 1/2 (Temps écoulé: 0.0258)
Read more

Pathologie De Chien - ppt : Cherchez.Me 2/3

129 Résultats pour Pathologie De Chien Format ppt - Page 2/3 (Temps écoulé: 0.0270)
Read more

Ebooks-Gratuits.Me > Déficit En Cat.ppt : 1040 Résultats 2/20

Ebooks-Gratuits.Me > Déficit En Cat.ppt : 1040 Résultats Page 2/20 : Lancer votre recherche d'un document sur le web et trouver tous les types de ...
Read more